Pé­na­li­ser tous les pol­luants sans ex­cep­tion

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­lah BEN HAMADI

Le pro­jet de créa­tion d'une po­lice en­vi­ron­ne­men­tale rat­ta­chée aux mu­ni­ci­pa­li­tés a été, hier, au centre d'un point de presse ani­mé par l'as­so­cia­tion SOS en­vi­ron­ne­ment (SOS BIAA), au siège du syn­di­cat na­tio­nal des jour­na­listes tu­ni­siens.

Le pré­sident de l'as­so­cia­tion, Mor­ched Ga­boug, a qua­li­fié l'ini­tia­tive d'heu­reuse et d'im­por­tant pas dans la bonne voie, à condi­tion que la me­sure soit ap­pli­quée à tous les pol­luants sans ex­cep­tion, grands et pe­tits et quelle que soit la na­ture de la pol­lu­tion.

Le pro­jet de créa­tion d’une po­lice en­vi­ron­ne­men­tale rat­ta­chée aux mu­ni­ci­pa­li­tés a été, hier, au centre d’un point de presse ani­mé par l’as­so­cia­tion SOS en­vi­ron­ne­ment (SOS BIAA), au siège du syn­di­cat na­tio­nal des jour­na­listes tu­ni­siens. Le pré­sident de l’as­so­cia­tion, Mor­ched Ga­boug, a qua­li­fié l’ini­tia­tive d’heu­reuse et d’im­por­tant pas dans la bonne voie, à condi­tion que la me­sure soit ap­pli­quée à tous les pol­luants sans ex­cep­tion, grands et pe­tits et quelle que soit la na­ture de la pol­lu­tion. En ef­fet, a-t-il dit, ce qui nous pré­oc­cupe est qu’en se ré­fé­rant aux dé­cla­ra­tions des res­pon­sables à ce su­jet, la me­sure semble vi­ser prin­ci­pa­le­ment les ci­toyens en les sanc­tion­nant par des amendes et même par la pri­va­tion de li­ber­té pour les dis­sua­der de ne pas re­je­ter les dé­chets mé­na­gers, dans la rue et la na­ture , n’im­porte com­ment. Ain­si, a-t-il ajou­té, la me­sure oc­culte les grands et vrais pol­luants de l’en­vi­ron­ne­ment que sont les en­tre­prises in­dus­trielles des sec­teurs tant pu­blic que pri­vé, les hô­tels tou­ris­tiques, les hô­pi­taux ,et autres pres­ta­taires de ser­vices, ain­si que les or­ga­nismes éta­tiques en rap­port étroit avec l’en­vi­ron­ne­ment, comme l’of­fice na­tio­nal de l’as­sai­nis­se­ment (ONAS). En ef­fet les études ont éta­bli que 40% des eaux usées trai­tées par les sta­tions d’épu­ra­tion de L’ONAS et re­je­tées dans la Mé­di­ter­ra­née ne sont pas conformes aux normes dans ce do­maine, au point qu’un grand pro­jet in­ti­tu­lé DEPOLMED , d’un coût es­ti­mé à 735 mil­lions di­nars et fi­nan­cé par plu­sieurs bailleurs de fonds, est pro­po­sé pour mettre à ni­veau ces sta­tions d’épu­ra­tion.

L’ora­teur a, par ailleurs, fait re­mar­quer qu’il n’y a pas seule­ment les dé­chets mé­na­gers et les dé­chets so­lides qui sont une source de pol­lu­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, mais il y a aus­si la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique cau­sée par les re­jets des gaz toxiques.

Sur un autre plan, il a si­gna­lé que l’agence nationale de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment ,créée de­puis 1988, est, en prin­cipe, char­gée de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment contre les re­jets in­dus­triels pol­luants et elle dis­pose d’un corps de contrô­leurs à cet ef­fet. Mais à en ju­ger par l’état dé­sas­treux de l’en­vi­ron­ne­ment en Tu­ni­sie, en ce mo­ment, à cause des re­jets in­dus­triels anar­chiques , au Grand Tu­nis, à Sousse, Sfax, Ga­bès, Gaf­sa ou en­core à Kas­se­rine, l’ac­tion de contrôle et de pré­ven­tion de cette Agence n’a pas don­né de ré­sul­tats tan­gibles, de sorte qu’il faut en ti­rer les en­sei­gne­ments afin que l’ac­tion es­comp­tée de la po­lice en­vi­ron­ne­men­tale soit plus ef­fi­cace et ac­com­plisse les ob­jec­tifs am­bi­tion­nés.

Les dé­chets mé­na­gers, une source de pol­lu­tion qui dé­fi­gure les villes

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.