Ha­mad Al-ka­wa­ri fus­tige le fa­na­tisme et plaide pour une «ci­toyen­ne­té uni­ver­selle»

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture -

An­cien mi­nistre qa­ta­ri de la Culture, des arts et du pa­tri­moine, Ha­mad Al-ka­wa­ri, est can­di­dat au poste de Di­rec­teur gé­né­ral de l'or­ga­ni­sa­tion des Na­tions Unies pour l'édu­ca­tion, la science et la culture (UNES­CO).

Ce poste, cen­sé être va­cant en No­vembre 2017, a été at­tri­bué, d’un com­mun ac­cord entre les 195 Etats membres de l’unes­co et pour la pre­mière fois, à la ré­gion arabe. Trois pays arabes, le Li­ban, l’egypte et l’etat du Qa­tar ont jusque-là man­da­té of­fi­ciel­le­ment des can­di­dats.

Dr. Al-ka­wa­ri, dé­si­gné of­fi­ciel­le­ment, le 16 mars 2016, par son pays, a ap­puyé sa cam­pagne par un livre ma­ni­feste in­ti­tu­lé : «Ma­j­lis Mon­dial pour le dialogue des cultures». Ce livre est ar­ti­cu­lé au­tour des ver­tus dé­mo­cra­tiques du «Ma­j­lis», une ver­sion arabe de l’ago­ra grecque ou du fo­rum la­tin. Cet es­pace de vie, qui pri­vi­lé­gie le dialogue et le consen­sus, a été ins­crit, en 2015, par l’unes­co au pa­tri­moine cultu­rel im­ma­té­riel de l’hu­ma­ni­té.

Le can­di­dat qa­ta­ri pro­pose dans cet ou­vrage, un vé­ri­table dialogue des ci­vi­li­sa­tions, fon­dé sur l’édu­ca­tion, le par­tage des sa­voirs, la di­plo­ma­tie cultu­relle, la pla­nète nu­mé­rique, la né­ces­saire conci­lia­tion de la mo­der­ni­té et de la tra­di­tion dans la­quelle s’en­ra­cine toute so­cié­té. Dans ce livre pro­gramme, Dr. Ka­wa­ri dé­nonce avec vi­ru­lence le fa­na­tisme et l’ex­tré­misme : «nous étions pas­sés du cli­mat op­ti­miste d’un après-guerre fru­gal, écrit-il, à cet in­quié­tant cli­mat de déses­pé­rance lu­dique qui est ce­lui des avant-guerres».

L’au­teur re­vient sur l’atro­ci­té et la bar­ba­rie des attentats meur­triers qui ont eu lieu par­tout dans le monde en 2015. Pour lui « les actes des nou­veaux bar­bares » se ré­sument à «une guerre contre le pa­tri­moine», al­lu­sion à la des­truc­tion des sites ar­chéo­lo­giques par les fa­na­tiques dae­chiens. «C’est ain­si qu’en toute oc­ca­sion, je nomme, dit-il, les faits et mé­faits des fa­na­tiques de toute obé­dience».

Son livre est un ap­pel ar­dent à une ci­toyen­ne­té pan-na­tio­nale : «la ci­toyen­ne­té mon­diale est une belle uto­pie, mais vi­tale », note-t-il. C’est aus­si un hymne à «la dif­fu­sion d’une culture de la mo­des­tie, de la re­la­ti­vi­té, du res­pect et de la col­la­bo­ra­tion avec l’autre».

Pour y par­ve­nir, il pense que «les arts et la lit­té­ra­ture ont le pou­voir im­mense de dé­pas­ser les fron­tières na­tio­nales et les dif­fé­rences eth­niques, lin­guis­tiques et idéo­lo­giques. Dans leur es­sence, il s’agit d’un dialogue, d’une conver­sa­tion et des rêves in­di­vi­duels et col­lec­tifs de l’hu­ma­ni­té».

Cette au­to­bio­gra­phie in­tel­lec­tuelle est truf­fée de ré­fé­rences aux pen­sées uni­ver­sa­listes de nom­breux phi­lo­sophes, sages, poètes, écri­vains qui ont beau­coup don­né à l’hu­ma­ni­té. Par­mi ceux-ci fi­gurent, le Pro­phète Mo­ha­med, le poète arabe Al­mou­ta­nab­bi, le poète phi­lo­sophe sy­rien Abou Alaa Al – Ma’ar­ri, le phi­lo­sophe Aver­roès, le prix No­bel de lit­té­ra­ture, l’egyp­tien Na­guib Mah­fouz, le phi­lo­sophe fran­çais Al­bert Camus, l’écri­vain, poète, avia­teur et re­por­ter fran­çais, An­toine de Saint-exu­pé­ry, le phi­lo­sophe et so­cio­logue fran­çais Ed­gar Mo­rin, le prix No­bel russe de lit­té­ra­ture Alexandre Is­saïe­vitch Sol­je­nit­syne, le so­cio­logue tu­ni­so-al­gé­rien Ibn Khal­doun et autres. Il énu­mère les ac­quis ac­com­plis par l’etat de Qa­tar dans le do­maine cultu­rel. Men­tion spé­ciale y est faite pour la mé­ta­mor­phose de Do­ha en ci­té cultu­relle ré­gio­nale et uni­ver­selle. Il s’at­tarde par­ti­cu­liè­re­ment sur d’im­por­tantes réa­li­sa­tions: le vil­lage cultu­rel «Ka­ta­ra», Souk Wa­kif, le mu­sée d’art islamique, le mu­sée d’art mo­derne et le mu­sée na­tio­nal du Qa­tar. Au ni­veau arabe, il fait l’apologie de la mai­son de «Beyt El­hik­ma» (la mai­son de la sa­gesse), un lieu de trans­mis­sion de sa­voir mul­ti­dis­ci­pli­naire créé au Ixème siècle et ré­ha­bi­li­té, de nos jours, presque dans toutes les ca­pi­tales arabes. Par de­là son at­ta­che­ment à ses ra­cines, Dr. Al-ka­wa­ri plaide pour une sa­gesse éten­due à toute l’hu­ma­ni­té et pour une des­ti­née com­mune «des ci­toyens du monde». « Nous sommes sur la même em­bar­ca­tion, c’est bien la même, «Terre des hommes», et nous sommes tous sans ex­cep­tion sur cette même pla­nète», écrit-il.

Ha­mad Al-ka­wa­ri, Ma­j­lis Mon­dial pour le dialogue des cultures, Ed. Odile Ja­cob, Paris 2016. Nour EL-HOU­DA SADFI

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.