Sau­ver la struc­ture de la pro­duc­tion lai­tière

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

L’union tu­ni­sienne de l’agri­cul­ture et de la pêche (UTAP) a ap­pe­lé les au­to­ri­tés et les struc­tures gou­ver­ne­men­tales à ac­cé­lé­rer la ré­vi­sion du prix du lait au ni­veau de la pro­duc­tion.

L’ob­jec­tif re­cher­ché, est de ga­ran­tir la cou­ver­ture du cout réel afin de sau­ver la struc­ture de pro­duc­tion qui fait face à une si­tua­tion ca­tas­tro­phique et pré­ser­ver la pé­ren­ni­té du sec­teur, pré­cise l’or­ga­ni­sa­tion agri­cole dans un com­mu­ni­qué pu­blié, hier, ajou­tant que la moyenne du cout ont aug­men­té au ni­veau na­tio­nal at­tei­gnant en­vi­ron 910 mil­limes le litre de lait, sans comp­ter la marge bé­né­fi­ciaire et la fac­ture de fi­nan­ce­ment. L’UTAP rap­pelle que les prix de vente à la pro­duc­tion n’ont pas chan­gé de­puis deux ans, évo­quant les dif­fi­cul­tés aux­quelles fait face le sec­teur à cause de la sé­che­resse qui se pour­suit de­puis deux an. La hausse des prix des ali­ments pour ani­maux qui re­pré­sente plus de 60% du cout de pro­duc­tion du lait, outre la hausse du cout de la main d’oeuvre, ont ren­for­cé da­van­tage les pertes su­bies par les éle­veurs. L’UTAP a, par ailleurs, mis en garde contre « la pour­suite de la po­li­tique de non­cha­lance qui né­glige les pro­blèmes aux­quels fait face le sec­teur et leurs im­pacts sur l’ave­nir du sec­teur».

Plu­sieurs éle­veurs de vaches lai­tières ont été obli­gés de vendre leurs trou­peaux à bas prix ce qui a ren­for­cé le phé­no­mène de l’abat­tage anar­chique et en­ri­chi les contre­ban­diers, outre les dé­gâts cau­sés au sys­tème de viandes rouges, pré­cise en­core la même source.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.