Af­faire Lot­fi Naghdh, mise en dé­li­bé­ré

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Societe -

Le tri­bu­nal de pre­mière ins­tance a pour­sui­vi hier l’exa­men de l’af­faire de l’as­sas­si­nat de Lot­fi Naghdh, le se­cré­taire gé­né­ral ré­gio­nal de Ni­daa Tounes à Ta­taouine. Rap­pe­lons que Lot­fi Naghdh était le co­or­di­na­teur de Ni­daa Tounes dans la ré­gion de Ta­taouine. Il avait été, le 18 oc­tobre 2012, ta­bas­sé à mort lors des af­fron­te­ments qui avaient eu lieu dans la même ré­gion entre les membres de la Ligue pro­tec­tion de la Ré­vo­lu­tion(lpr) et ceux du CPR. L’au­top­sie, or­don­née par le pro­cu­reur avait conclu une pre­mière fois que la cause de la mort était due à un ar­rêt car­diaque. Tou­te­fois, la vic­time pré­sen­tait des traces no­toires de vio­lence, ce qui ame­na la dé­fense à pré­sen­ter un re­cours pour de­man­der une contre-ex­per­tise. Ce fut cette der­nière qui avait éta­bli qu’il y avait une re­la­tion de cause à ef­fet entre l’ar­rêt car­diaque de la vic­time et les vio­lences dont elle a été vic­time. Les chefs d’ac­cu­sa­tion se­lon l’ar­rêt de la chambre d’ac­cu­sa­tion pen­chaient fi­na­le­ment dans le sens de l’ho­mi­cide vo­lon­taire en ver­tu des ar­ticles 201 et 202 du code pé­nal. L’af­faire a été mise en dé­li­bé­ré , ce­pen­dant que des ac­cro­chages ont eu lieu entre des par­ti­sans de Ni­daa Tounes et des membres de la Ligue de Pro­tec­tion de ré­vo­lu­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.