Des mil­liers de ma­ni­fes­tants dans la rue

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Des mil­liers de ma­ni­fes­tants mar­chaient dans les rues de nombre de grandes villes amé­ri­caines, ici à Seat­tle, pour pro­tes­ter contre la vic­toire in­at­ten­due de Do­nald Trump

Des mil­liers de per­sonnes ont ma­ni­fes­té mer­cre­di soir dans plu­sieurs villes des Etats-unis pour pro­tes­ter contre la vic­toire in­at­ten­due de Do­nald Trump à l’élection pré­si­den­tielle, condam­nant les propos po­lé­miques te­nus par l’homme d’af­faires lors de la cam­pagne. A New York, les ma­ni­fes­tants se sont di­ri­gés par mil­liers vers la Trump To­wer, la ré­si­dence luxueuse du fu­tur 45e pré­sident des Etats-unis si­tué sur la Cin­quième ave­nue tan­dis que des cen­taines d’autres se ras­sem­blaient dans un parc de Man­hat­tan au cris de «Pas mon pré­sident». Dans le centre de Chi­ca­go, quelque 1.800 per­sonnes mas­sées à l’ex­té­rieur d’un bâ­ti­ment ap­par­te­nant au ma­gnat im­mo­bi­lier - la Trump In­ter­na­tio­nal Ho­tel and To­wer - ont scan­dé des slo­gans tels que «Non à Trump ! Non au KKK (Ku Klux Klan) ! Non à une Amé­rique ra­ciste !» La po­lice de Chi­ca­go a blo­qué les rues au­tour de la zone de la ma­ni­fes­ta­tion. Au­cune in­ter­pel­la­tion ni actes de vio­lence n’ont été si­gna­lés. «Je suis tout sim­ple­ment ter­ri­fiée par ce qui ar­rive à mon pays», a dit Adria­na Riz­zo, 22 ans, ve­nue avec une pan­carte «Pro­fi­tez de vos droits tant que vous le pou­vez». A Oak­land, en Ca­li­for­nie, quelque 6.000 ma­ni­fes­tants ont blo­qué le tra­fic rou­tier et lan­cé des pro­jec­tiles en di­rec­tion des forces de po­lice. Des vi­trines de ma­ga­sin ont été bri­sées et des pou­belles in­cen­diées. La po­lice a ri­pos­té en ti­rant des gaz la­cry­mo­gènes, a rap­por­té un jour­na­liste de Reu­ters. Deux agents de po­lice ont été bles­sés et deux vé­hi­cules d’in­ter­ven­tion en­dom­ma­gés, a dé­cla­ré sur CNN la por­te­pa­role de la po­lice d’oak­land. A Los An­geles, ils étaient un peu plus de 5.000 à avoir ré­pon­du à un ap­pel à un sit-in géant contre le mil­liar­daire ré­pu­bli­cain. A Seat­tle, un homme a bles­sé cinq per­sonnes par balles, dont l’une se trouve dans un état cri­tique, lors d’une dis­pute qui a écla­té non loin d’une ma­ni­fes­ta­tion contre Do­nald Trump. La po­lice a tou­te­fois dé­cla­ré que les coups de feu ne sem­blaient avoir au­cun lien avec la ma­ni­fes­ta­tion. Des cen­taines de per­sonnes se sont éga­le­ment ras­sem­blées à Phi­la­del­phie, Bos­ton, Port­land ou en­core Aus­tin, la ca­pi­tale du Texas. Au­cun com­men­taire n’a pu être ob­te­nu dans l’im­mé­diat au­près de l’équipe de cam­pagne de Trump. Lors de son dis­cours de vic­toire, tard dans la nuit de mar­di à mer­cre­di, le ma­gnat de l’im­mo­bi­lier a lan­cé un ap­pel à l’uni­té

au terme d’une cam­pagne qui a mis en lu­mière de ma­nière sou­vent crue les di­vi­sions pro­fondes de la so­cié­té amé­ri­caine. De son cô­té, après avoir concé­dé une dé­faite «dou­lou­reuse», la dé­mo­crate Hilla­ry Clin­ton, a sou­hai­té que Do­nald Trump soit un bon pré­sident pour tous les Amé­ri­cains, ajou­tant qu’il fal­lait lui lais­ser «la chance de di­ri­ger».

Plus tôt dans la jour­née, plus d’un mil­lier de ly­céens et d’en­sei­gnants avaient quit­té les classes à Ber­ke­ley, en Ca­li­for­nie, pour pro­tes­ter sous le mot d’ordre «Pas notre pré­sident» contre la vic­toire sur­prise de Do­nald Trump.

« Pas mon pré­sident ! »

Quelque 1.500 ly­céens se sont ras­sem­blés dans la cour de la Ber­ke­ley High School, se­lon Charles Bur­ress, por­te­pa­role du dis­trict sco­laire, dans la baie de San Fran­cis­co. Ils se sont en­suite di­ri­gés vers le cam­pus de l’uni­ver­si­té de Ber­ke­ley, ville connue pour son pro­gres­sisme. «Nous avons re­mon­té le temps et sommes re­ve­nus aux an­nées 1950 en éli­sant cet im­bé­cile. Vous sa­vez quoi ? Trump nous fait réa­li­ser com­bien la haine et l’igno­rance sont en­core ré­pan­dues», a dé­cla­ré une étu­diante pré­sente sur place, se­lon une re­trans­mis­sion en di­rect via l’ap­pli­ca­tion Pe­ri­scope. Bran­dis­sant des pan­cartes frap­pées de slo­gans an­ti­trump et des dra­peaux mexi­cains, les étu­diants scan­daient «Not my pre­sident !» (pas mon pré­sident) et «Si se puede !», formule clas­sique du mou­ve­ment des droits ci­viques des im­mi­grés. «Un en­fant ne de­vrait pas vivre dans la peur d’être ex­pul­sé», a dé­cla­ré Ste­pha­nie Hi­po­li­to, l’une des or­ga­ni­sa­trices de ce mou­ve­ment ly­céen. Un tract dis­tri­bué lors de ce ras­sem­ble­ment dé­nonce l’ar­ri­vée d’une «ty­ran­nie Trump» et re­jette toute at­teinte aux droits des im­mi­grés ain­si que la «mi­li­ta­ri­sa­tion» de la fron­tière avec le Mexique. Trump s’est pro­po­sé pen­dant la cam­pagne d’y construire un mur pour en­di­guer l’im­mi­gra­tion. Des ma­ni­fes­ta­tions avaient eu lieu dès mar­di soir dans la ré­gion de San Fran­cis­co contre Do­nald Trump.

Une autre ma­ni­fes­ta­tion a eu lieu à l’uni­ver­si­té de Ca­li­for­nie, à Da­vis, non loin de la ca­pi­tale de l’etat, Sa­cra­men­to, où des étu­diants ont blo­qué les rues et scan­dé : «Vous n’êtes pas l’amé­rique! Nous sommes l’amé­rique!»

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.