Ker­ry ap­pelle le dé­par­te­ment d’etat à co­opé­rer avec Trump

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le se­cré­taire d’etat amé­ri­cain John Ker­ry a dit hier qu’il avait or­don­né aux res­pon­sables de son mi­nis­tère de co­opé­rer plei­ne­ment avec la fu­ture ad­mi­nis­tra­tion du pré­sident élu Do­nald Trump. Il fait ain­si écho au pré­sident Ba­rack Oba­ma, qui a dit mer­cre­di qu’il te­nait à as­su­rer une tran­si­tion aus­si réus­sie que pos­sible avec Do­nald Trump, qui pren­dra sa place à la Mai­son blanche le 20 janvier et a pro­mis de re­ve­nir sur ses ré­formes à l’in­té­rieur comme à l’ex­té­rieur. John Ker­ry a dit que le per­son­nel du dé­par­te­ment d’etat ne de­vait pas perdre de vues les su­jets im­por­tants aux­quels étaient con­fron­tés les Etatsu­nis. «Une des belles choses de la dé­mo­cra­tie - et nous nous en­or­gueillis­sons tout par­ti­cu­liè­re­ment aux Etats-unis - est cette pas­sa­tion de pou­voir si in­croya­ble­ment pa­ci­fique», a-t-il dit à des jour­na­listes en Nou­velle-zé­lande. John Ker­ry est de pas­sage dans le pays avant de se rendre en An­tarc­tique. Fin oc­tobre, 24 pays, dont les Etats-unis, et l’union eu­ro­péenne se sont en­ten­dus ven­dre­di pour créer le plus grand parc ma­rin du monde dans l’océan An­tarc­tique, dont 1,55 mil­lion de ki­lo­mètres car­rés se­ront dé­sor­mais pro­té­gés. «Nous fe­rons tout ce qui est notre pou­voir, et c’est ce que j’ai or­don­né à nos équipes, de tra­vailler le plus plei­ne­ment et le plus ou­ver­te­ment pos­sible avec la fu­ture ad­mi­nis­tra­tion, d’être le plus utile pos­sible afin que la pas­sa­tion de pou­voir se passe le mieux pos­sible sans que ce soient per­dus de vue les dos­siers im­por­tants pour nous», a ajou­té le se­cré­taire d’etat.

Cer­tains des spé­cia­listes ré­pu­bli­cains de po­li­tique étran­gère qui s’étaient op­po­sés à Do­nald Trump au cours de la cam­pagne pré­si­den­tielle ont dit mer­cre­di qu’ils n’en­ten­daient pas chan­ger d’avis à la suite de la vic­toire de l’homme d’af­faires à l’élection pré­si­den­tielle. Dé­but août, 50 res­pon­sables de la sé­cu­ri­té na­tio­nale ré­pu­bli­cains, dont un an­cien di­rec­teur gé­né­ral de la CIA, ont es­ti­mé que Do­nald Trump n’avait pas les qua­li­fi­ca­tions né­ces­saires pour di­ri­ger le pays, ajou­tant qu’il se­rait «le pré­sident le plus im­pru­dent de l’his­toire amé­ri­caine». Cer­tains di­plo­mates de car­rière pour­raient de leur cô­té de­voir tran­cher entre une dé­mis­sion en rai­son de leur désac­cord avec les prin­cipes de po­li­tique étran­gère de la nou­velle ad­mi­nis­tra­tion et la pos­si­bi­li­té d’in­fluen­cer de l’in­té­rieur cette po­li­tique. «Je ne m’at­tends pas à un exode mas­sif», a tou­te­fois dé­cla­ré Mark To­ner, porte-pa­role du dé­par­te­ment d’etat.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.