Ils ont Dit:

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

«Les Ligues de pro­tec­tion de la ré­vo­lu­tion (LPR), sont la branche ar­mée d’en­nahd­ha, ajou­tant que le par­ti a tou­jours jus­ti­fié les agis­se­ments de ces ligues. A l’avè­ne­ment de la ré­vo­lu­tion on pou­vait com­prendre l’exis­tence de ces ligues, tou­te­fois elles ont conti­nué à exis­ter et à agir, sou­vent dans la vio­lence, après les élec­tions. Même quand les LPR ont ten­té de for­cer, bâ­ton à la main, le siège de L’UGTT, le 4 dé­cembre 2012 nous avons alors fait ap­pel au mi­nis­tère de l’in­té­rieur à l’époque et les forces de l’ordre n’ont rien fait. Ils di­saient à l’époque que c’était un con­flit in­terne alors que ces gens n’avaient rien à avoir avec le syn­di­cat.»

Hou­cine Abas­si (Se­cré­taire gé­né­ral de L’UGTT)

«Cer­taines ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques ne fer­me­ront plus leurs portes le sa­me­di et ce à par­tir du 19 no­vembre. Les ins­ti­tu­tions concer­nées sont la CNSS, la CNRPS, la STEG, la SONEDE, la re­cette des fi­nances, Tu­ni­sie Te­le­com et la Poste, qui ou­vri­ront do­ré­na­vant leurs portes aux ci­toyens de 9h à mi­di le sa­me­di.

Par ailleurs, que les ad­mi­nis­tra­tions de ser­vices ra­pides se­ront im­plan­tées dans de nom­breuses grandes sur­faces. Une ré­com­pense fi­nan­cière se­ra ac­cor­dée aux meilleures ad­mi­nis­tra­tions qui four­nissent aux ci­toyens un ac­cueil et un ser­vice ir­ré­pro­chables. En outre, des struc­tures d’ad­mi­nis­tra­tion ra­pide re­grou­pant plu­sieurs ser­vices se­ront bien­tôt im­plan­tées dans huit ré­gions mar­gi­na­li­sées et iso­lées.»

Abid Bri­ki (Mi­nistre de la Fonc­tion pu­blique et de la Gou­ver­nance)

«Les construc­tions anar­chiques re­pré­sentent au­jourd’hui près de 35% de l’en­semble du parc im­mo­bi­lier. Il a pré­ci­sé que ces construc­tions mettent en pé­ril le bien pu­blic, par­fois des biens pri­vés, me­nacent des éco­sys­tèmes et par­fois, dé­té­riorent des zones ma­ri­times pu­bliques. Ce­ci doit s’ar­rê­ter, les gens ont l’im­pres­sion qu’il n’y a plus d’etat. En plus des mai­sons construites anar­chi­que­ment, il existe des cas où des im­meubles sont construits sans per­mis. On a trou­vé un en­droit où il y avait 400 ha­bi­ta­tions construites sans per­mis. Il se­rait peu­têtre im­pos­sible de dé­truire toutes les construc­tions anar­chiques mais qu’il fal­lait qu’un terme soit mis à cette pra­tique.»

Riadh Moua­kher (Mi­nistre de l’en­vi­ron­ne­ment et des Af­faires lo­cales)

«Le mi­nis­tère des Fi­nances m’a ac­cor­dé les sa­laires de seule­ment 280 em­ployés de L’IVD qui compte 580 em­ployés ac­tuel­le­ment et 610 à la fin de l’an­née ac­tuelle, les sa­laires des em­ployés de L’IVD coûtent 17 mil­lions de di­nars par an. L’ins­tance s’at­ten­dait à re­ce­voir entre 30 à 35 mille plaintes or ils ont été sur­pris de re­ce­voir 65 mille plaintes ce qui né­ces­site des res­sources hu­maines sup­plé­men­taires. Entre 5 et 6 per­sonnes sont né­ces­saires pour le trai­te­ment d’un seul dos­sier. Le tra­vail de L’IVD pren­dra fin dans une an­née et de­mie et il faut mettre en place les res­sources hu­maines né­ces­saires à ce­la.»

Si­hem Ben Se­drine (Pré­sident de L’IVD)

Ces dé­cla­ra­tions ont été ac­cor­dées à dif­fé­rents mé­dias

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.