In­ci­ter à la consom­ma­tion et à l’in­ves­tis­se­ment pri­vé

Pour la réa­li­sa­tion d’un taux de crois­sance de 2,5%

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

«Tout frein à la consom­ma­tion et à l’in­ves­tis­se­ment, prin­ci­paux mo­teurs de la crois­sance, ren­drait im­pos­sible la réa­li­sa­tion d’un taux de crois­sance de 2,5% en 2017, tel que pré­vu par la loi de fi­nances et le bud­get de l’etat pour 2017», es­time l’ex­pert éco­no­mique, Rid­ha Ch­kan­da­li.

Il a in­di­qué, hier, lors d’un dé­bat or­ga­ni­sé par le par­ti d’ «El Bi­naa Al Wa­ta­ni «, sur le thème « une vi­sion al­ter­na­tive dans le bud­get de 2017 «, que le choix de ge­ler les sa­laires au­ra un im­pact sur la consom­ma­tion et le pou­voir d’achat du ci­toyen et par­tant sur le rythme de crois­sance. D’après lui, si le taux de crois­sance pré­vu ne se­ra pas réa­li­sé en 2017, les re­cettes fis­cales vont bais­ser et il y au­ra un grand pro­blème dans le bud­get de l’an­née qui sui­vra (2018). L’ex­pert a pro­po­sé de re­mé­dier aux fai­blesses du pré­sent bud­get de l’etat en ins­ti­tuant des me­sures et des dis­po­si­tions qui in­citent à la consom­ma­tion et à l’in­ves­tis­se­ment pri­vé, re­le­vant que le seul point fort de la loi des fi­nances 2017, soit l’an­nu­la­tion de la taxe sur les ex­por­ta­tions, vient d’être re­je­té par la com­mis­sion des fi­nances à L’ARP.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.