Trump ac­cuse les mé­dias

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

De nou­velles ma­ni­fes­ta­tions ont eu lieu, jeu­di 10 no­vembre, dans plu­sieurs grandes villes amé­ri­caines, pour pro­tes­ter contre l’élec­tion de Do­nald Trump à la Mai­son Blanche. Les dé­fi­lés ont concer­né tout le pays, même s’ils étaient par­fois plus clair­se­més que la veille.

Pour la pre­mière fois, le pré­sident élu a ré­agi, sur Twit­ter : « [Nous] ve­nons d’avoir une élec­tion pré­si­den­tielle cou­ron­née de suc­cès et trans­pa­rente. Et main­te­nant, des ma­ni­fes­tants pro­fes­sion­nels, in­ci­tés par les mé­dias, manifestent. Très in­juste ! » Les dé­fi­lés ont com­men­cé dès la ma­ti­née de jeu­di. A San Fran­cis­co (Ca­li­for­nie), plus de 1 000 étu­diants ont fait l’école buis­son­nière dans le quar­tier fi­nan­cier de la ville en agi­tant des drapeaux arc-en-ciel re­pré­sen­tant les com­mu­nau­tés LGBT (les­biennes, gays, bi­sexuels et trans­genres), mais aus­si des drapeaux mexi­cains et des pan­cartes hos­tiles au pré­sident élu.

« Emeute »

A Los An­geles (sud-ouest), des cen­taines d’étu­diants ont dé­fi­lé sur le cam­pus de l’uni­ver­si­té UCLA en bran­dis­sant des pan­cartes où on li­sait : « Dump Trump »(lâ­chez Trump) et « l’amour écrase la haine ». Puis, aux cris de « J’em­merde la su­pré­ma­tie blanche », « Ne dé­niez pas le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique » – en ré­fé­rence à la pro­po­si­tion de Do­nald trump de re­ve­nir sur l’ac­cord de la COP21 – , plu­sieurs ma­ni­fes­tants se sont di­ri­gés vers la mai­rie. Le maire de Los An­geles, Eric Gar­cet­ti, a sa­lué ces ras­sem­ble­ments, tout en ap­pe­lant les ma­ni­fes­tants à ne rien van­da­li­ser et à ne pas s’aven­tu­rer sur les au­to­routes. « Ce fut une élec­tion trau­ma­ti­sante, a-t-il dit. Il y a beau­coup de di­vi­sions, beau­coup d’ac­cu­sa­tions des deux cô­tés, mais cer­taines choses qui ont été dites n’étaient pas par­ti­sanes, sur les femmes, sur nos frères et soeurs mu­sul­mans, sur les im­mi­grants. »

Dans la soi­rée, un nou­veau dé­fi­lé a par­cou­ru le centre-ville, tout comme à San Fran­cis­co, où une au­to­route a été blo­quée, à Oak­land, éga­le­ment en Ca­li­for­nie, et à Port­land, dans l’ore­gon. Dans cette der­nière ville, la po­lice a aver­ti que la ma­ni­fes­ta­tion se­rait dé­sor­mais consi­dé­rée comme une « émeute », en rai­son de la gé­né­ra­li­sa­tion d’un « com­por­te­ment cri­mi­nel et dan­ge­reux ». Plu­sieurs cen­taines d’étu­diants de l’uni­ver­si­té de l’etat du Texas, à San Mar­cos, se sont aus­si ras­sem­blés sur le cam­pus. Des dé­fi­lés ont eu lieu à Bal­ti­more (Ma­ry­land), Phi­la­del­phie (Penn­syl­va­nie), Grand Ra­pids (Mi­chi­gan), Chi­ca­go, de­vant la tour Trump de la ville, ou en­core Min­nea­po­lis (Min­ne­so­ta), où l’au­to­route I94 a été blo­quée pen­dant plu­sieurs heures. A Den­ver (Co­lo­ra­do), les ma­ni­fes­tants ont été dis­per­sés à l’aide de gaz la­cry­mo­gènes alors qu’ils occupaient l’au­to­route I25.

« Ce n’est pas mon pré­sident ! »

A New York, une ma­ni­fes­ta­tion à Wa­shing­ton Square, dans Man­hat­tan, a ras­sem­blé plu­sieurs cen­taines de per­sonnes. Une ran­gée de plots de bé­ton a été ins­tal­lée pour mettre à dis­tance les pas­sants de la Trump To­wer. Ce dis­po­si­tif n’a tou­te­fois pas em­pê­ché plu­sieurs di­zaines de ma­ni­fes­tants de se réunir à nou­veau de­vant le bâ­ti­ment. La veille, des ras­sem­ble­ments an­ti­trump avaient dé­jà ras­sem­blé des mil­liers de per­sonnes dans un grand nombre de mé­tro­poles et de villes uni­ver­si­taires. Les par­ti­ci­pants scan­daient « Ce n’est pas mon pré­sident ! » et « Non à Trump ! », et dans cer­tains cas, ils ont blo­qué tem­po­rai­re­ment la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile.

Ru­dy Giu­lia­ni, an­cien maire ré­pu­bli­cain de New York et partisan de Do­nald Trump – il est pres­sen­ti pour faire par­tie du fu­tur ca­bi­net du pré­sident élu –, a par­lé de« tas d’en­fants gâ­tés et de pleur­ni­chards ».

« Les vé­ri­tables cré­tins de gau­chistes sur les cam­pus, ce sont les profs, pas les étu­diants, a-t-il ajou­té, jeu­di, sur la chaîne conser­va­trice Fox News. Aus­si sont-ils d’au­tant plus in­fluen­cés par les profs. (…) Qu’ils se calment, les choses ne vont pas aus­si mal qu’ils le pensent ! » A Wa­shing­ton, Ba­rack Oba­ma a fait sa­voir, jeu­di, via son porte-pa­role, Josh Ear­nest, qu’il croyait au droit des Amé­ri­cains à pro­tes­ter pa­ci­fi­que­ment contre l’élec­tion de Do­nald Trump, mais qu’il sou­hai­tait que les gens com­prennent que« nous sommes amé­ri­cains et pa­triotes » avant d’être des dé­mo­crates ou des ré­pu­bli­cains. Des ap­pels à ma­ni­fes­ter ont été lan­cés éga­le­ment pour le week-end, mais aus­si pour le 20 jan­vier, jour de l’in­ves­ti­ture du nou­veau pré­sident.

Ma­ni­fes­ta­tion contre Do­nald Trump, à Den­ver « Cré­tins de gau­chistes »

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.