Le se­cret d'omi Mou­na

Le se­cret d’omi Mou­na est un court mé­trage réa­li­sé par Moh­sen El Ghar­bi. C’est la pre­mière créa­tion du réa­li­sa­teur qui est à la base, de for­ma­tion théâ­trale. Le film est pro­duit par Moh­sen El Ghar­bi et Xa­vier Van Den Doo­ren, fil­mé en su­per 8mm et Mi­ni-dv.

Le Temps (Tunisia) - - Arts & Culture - Fai­za MESSAOUDI

In­ter­view A la re­cherche des ra­cines de la vio­lence

Ce­pen­dant, ten­ter une ar­chéo­lo­gie dans la mé­moire d’une vieille femme cen­te­naire, à la re­cherche de la source de vio­lence, était-il pos­sible ? Le temps agit-il au dé­tri­ment de la mé­moire, et au pro­fit de l’ou­bli... Et quand ce pas­sé est dou­lou­reux, avons-nous la vo­lon­té de le ré­veiller...la tâche pa­rait lourde... entre le far­deau de l’ou­bli et le dé­sir d’en­ter­rer dé­fi­ni­ti­ve­ment ce pas­sé, la vieille a dé­rou­té son in­ter­lo­cu­teur pour l’in­ci­ter à ne pas se sou­cier du pas­sé et à vivre le temps pré­sent dans la joie. Entretien avec le réa­li­sa­teur.

Le Temps : Pré­sen­tez votre film aux lec­teurs Moh­sen El Ghar­bi : Le se­cret d’omi Mou­na est un court mé­trage, sec­tion do­cu­men­taire. Le sy­nop­sis est écrit à par­tir d’une ma­tière per­son­nelle, bio­gra­phique. Je l’ai trai­té ci­né­ma­to­gra­phi­que­ment, tout en éta­blis­sant une cer­taine dis­tan­cia­tion par rap­port au su­jet du film, vu que je suis le su­jet et l’ob­jet du scé­na­rio. Il y a plu­sieurs couches dans le film. Il y a mon his­toire, il y a l’his­toire de ma grand-mère. J’ai struc­tu­ré le film sur des temps dif­fé­rents, des in­cur­sions du pas­sé dans le pré­sent.

L’idée du film est gé­niale, elle est tou­chante, mais es­thé­ti­que­ment par­lant, le film est très sobre.

Le scé­na­rio et le mon­tage sont tra­vaillés pro­fes­sion­nel­le­ment, par contre, les images ont été tour­nées il y a seize ans. J’ai écrit le mo­no­logue mais je ne peux pas tour­ner de nou­velles images. Omi Mou­na est dé­cé­dée. Mon dé­fi était Comment ra­con­ter une his­toire avec les images que je pos­sède. Ce n’est pas un film sur le trai­te­ment, ou sur une es­thé­tique d’images. Mais, on ra­conte une his­toire qui va droit au coeur du pu­blic. J’au­rai pu re­pous­ser la sor­tie du film et fil­mer de nou­velles images, néan­moins, j’ai dé­ci­dé d’as­su­mer les images du pas­sé. J’ai op­té pour un sy­nop­sis tou­chant en fai­sant le deuil de l’es­thé­tique. J’ai eu une ob­ses­sion sur l’his­toire plus que sur l’ap­proche es­thé­tique. J’ai pen­sé que pour un pre­mier film j’au­rai le prix du coeur du pu­blic. Mon ob­jec­tif n’était pas de sé­duire, mais de tou­cher. Je ré­ser­ve­rai le culte de l’image et de l’es­thé­tique pour mon pro­chain film. Fi­na­le­ment vous n’avez pas abou­ti à une ré­ponse à votre sou­ci sur les ori­gines du mal.

J’ai struc­tu­ré le film sur deux par­ties. Au dé­but, je n’ai pas ces­sé de po­ser les ques­tions, j’avais cette en­vie ar­dente de creu­ser dans la mé­moire de mon ar­rière-grand-mère, et sa­tis­faire par la suite ma cu­rio­si­té. Mais dans la deuxième par­tie, j’ai com­pris que c’est vain de re­tour­ner au pas­sé et qu’il faut pro­fi­ter de l’ins­tant pré­sent. La ques­tion que je me suis po­sée à la fin du tour­nage était s’il s’agis­sait vrai­ment d’une perte de mé­moire ou si Omi Mou­na ne vou­lait pas ré­veiller le pas­sé. J’ai consta­té qu’elle a réus­si quelque chose d’ad­mi­rable, c’est de vivre dans la joie. À la fin du film, elle chan­tait, elle ex­pri­mait son bon­heur. C’est aus­si un mes­sage im­por­tant !

En fait, je suis sur plu­sieurs pro­jets. Comme co­mé­dien, je vais jouer dans une pièce de théâtre en an­glais pour un met­teur en scène qué­bé­cois d’ori­gine an­glo­phone. Le mois d’avril, je don­ne­rai un spec­tacle « Juste pour mou­rir mo­no­logue d’un ka­mi­kaze ra­té », je re­vi­site un spec­tacle que j’ai joué il y a dix ans, parce que le ter­ro­risme a pris une nou­velle fi­gure. Il se­ra en tour­née au Qué­bec, j’es­père le jouer ici en Tu­ni­sie. Je suis aus­si sur des pro­jets de ci­né­ma. Je vais adap­ter mon der­nier rôle dans le spec­tacle « un meur­trier de masse ».

Avez-vous d’autres pro­jets

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.