Une bombe à re­tar­de­ment

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Yosr GUERFEL AKKARI

En at­ten­dant l’exa­men en plé­nière de la loi de Fi­nances 2017 pré­vu pour ven­dre­di 18 no­vembre 2016, cette der­nière risque d’être « dé­nu­dée » de son fond. Après l’an­nu­la­tion de la dis­po­si­tion por­tant le­vée du se­cret ban­caire et la sup­pres­sion de la taxe dite « de pis­cines » d’autres dis­po­si­tions no­tam­ment celles contro­ver­sées me­nacent abro­ga­tion. Les avo­cats au­ront-ils gain de cause et fe­ront avor­ter l’as­su­jet­tis­se­ment de la pro­fes­sion au nou­veau timbre fis­cal ? Si oui, le gou­ver­ne­ment d’union Na­tio­nale dis­po­se­ra-t-il d’al­ter­na­tives ? D’où vat-il pui­ser ses res­sources bud­gé­taires sur­tout s’il fi­ni­ra par cé­der? Et si le gou­ver­ne­ment cè­de­ra face à L’UGTT sur le gel des aug­men­ta­tions sa­la­riales et ses co­rol­laires et face à L’UTICA au su­jet de la contri­bu­tion ex­cep­tion­nelle au titre du bud­get 2017 ? Qu’en se­ra-t-il du « pres­tige » de l’etat non pas à l’in­té­rieur mais sur­tout à l’ex­té­rieur. Les bailleurs de fonds étran­gers dont le FMI en tête de liste, im­posent la ré­duc­tion de la masse sa­la­riale et la « ré­forme de la fonc­tion pu­blique », comme condi­tion ir­ré­vo­cable à tout sou­tien fi­nan­cier de la Tu­ni­sie. Les gou­ver­ne­ments pré­cé­dents ont été tou­jours taxés de manque d’au­dace et d’in­ca­pa­ci­té à prendre les me­sures ri­gou­reuses à même de ré­équi­li­brer les fi­nances pu­bliques voire d’évi­ter le pire, soit l’in­sol­va­bi­li­té du pays. Au­jourd’hui, le gou­ver­ne­ment Cha­hed se trouve dans l’im­passe et les dis­po­si­tions dites dou­lou­reuses à ajour­ner au­jourd’hui risquent de de­ve­nir de­main des bombes à re­tar­de­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.