Frank-wal­ter Stein­meier, can­di­dat CDE à la pré­si­dence

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

La rai­son a fi­ni par l’em­por­ter. Après de nom­breuses hé­si­ta­tions, l’union chré­tienne-dé­mo­crate (CDU) et ses al­liés ba­va­rois du CSU ont ac­cep­té de sou­te­nir la can­di­da­ture de Frank-wal­ter Stein­meier à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique al­le­mande. L’ac­tuel mi­nistre so­cial-dé­mo­crate des Af­faires étran­gères sem­blait être un as­pi­rant idéal pour ce poste es­sen­tiel­le­ment ho­no­ri­fique. Mais en dé­ci­dant d’adou­ber of­fi­ciel­le­ment ce fils d’un me­nui­sier et d’une ou­vrière dans une in­ter­view ac­cor­dée le 23 oc­tobre au jour­nal Bild am Sonn­tag, le pré­sident du SPD, Sig­mar Ga­briel, a mis les conser­va­teurs de­vant le fait ac­com­pli. Les membres de la grande coa­li­tion étaient sup­po­sés dé­si­gner un pré­ten­dant consen­suel pour l’élec­tion pré­si­den­tielle au suf­frage in­di­rect qui se tien­dra le 12 fé­vrier. La CDU et la CSU ont pen­sé, pen­dant un temps, pro­po­sé la can­di­da­ture du se­cré­taire gé­né­ral de la CSU An­dreas Scheuer, avant de choi­sir fi­na­le­ment le mi­nistre so­cial­dé­mo­crate. Le dé­mé­na­ge­ment de ce pro­tes­tant au châ­teau de Bel­le­vue à Ber­lin risque en ef­fet d’ar­ran­ger tout le monde… Frank-wal­ter Stein­meier connaît tout d’abord par­fai­te­ment les ar­canes du pou­voir en Al­le­magne. Ce ma­ri ai­mant, qui n’a pas hé­si­té à prendre plu­sieurs se­maines d’ar­rêt ma­la­die en 2010 pour don­ner un rein à sa femme qui est juge, a choi­si de se tour­ner vers la po­li­tique après ses études de droit et de re­joindre la chan­cel­le­rie ré­gio­nale de Basse-saxe. L’homme fort de ce Land, un cer­tain Ge­rhard Schrö­der, a ra­pi­de­ment re­mar­qué ce jeune loup. « Il était dif­fé­rent des autres, il osait dire ce qu’il pen­sait et ce qu’il vou­lait faire. Je me suis donc dit : hey, tu as vrai­ment be­soin d’un type pa­reil », a ré­vé­lé, des an­nées plus tard, le fu­tur chan­ce­lier.

Une cam­pagne très à gauche

En 1993, Frank-wal­ter Stein­meier se voit pro­pul­ser au poste de chef du ca­bi­net de son pa­tron cha­ris­ma­tique. Lorsque ce der­nier ac­cède aux plus hautes au­to­ri­tés à Ber­lin, il ob­tient « na­tu­rel­le­ment » la fonc­tion de di­rec­teur de la chan­cel­le­rie qu’il oc­cu­pe­ra de 1999 à 2005. Très im­pli­qué dans la pré­pa­ra­tion des ré­formes Hartz IV qui ont li­bé­ra­li­sé le mar­ché du tra­vail, il est ré­cu­pé­ré par An­ge­la Mer­kel en 2005. La chan­ce­lière le nomme au mi­nis­tère des Af­faires étran­gères de son pre­mier gou­ver­ne­ment de grande coa­li­tion. Sa cam­pagne tour­née à gauche pour ten­ter de re­ga­gner la chan­cel­le­rie fé­dé­rale lors des élec­tions lé­gis­la­tives de 2009 se sol­de­ra par la plus cui­sante dé­faite du SPD de­puis la fin de la Se­conde Guerre mon­diale. Dans l’op­po­si­tion pen­dant trois ans, ce père d’une jeune femme âgée de 20 ans ac­cep­te­ra de perdre le lea­der­ship de son par­ti. La for­ma­tion d’une nou­velle grande coa­li­tion en 2013 lui per­met­tra de re­trou­ver le por­te­feuille de mi­nistre des Af­faires étran­gères qu’il af­fec­tionne tant.

Un al­lié en­com­brant

Son tra­vail à ce poste est sa­lué par tous. Une en­quête a ré­cem­ment mon­tré que les trois quarts des Al­le­mands sont sa­tis­faits de la ma­nière dont il re­pré­sente le pays à l’étran­ger. Quelque 40 % des per­sonnes in­ter­ro­gées consi­dèrent même qu’il est le can­di­dat le plus na­tu­rel pour suc­cé­der à An­ge­la Mer­kel, se­lon un son­dage de l’ins­ti­tut For­sa. 58 % des sym­pa­thi­sants du SPD sou­hai­te­raient qu’il re­pré­sente leur par­ti lors des pro­chaines lé­gis­la­tives de sep­tembre 2017 alors qu’ils ne sont que 20 % à sou­te­nir l’ac­tuel pa­tron du mou­ve­ment.

Cette po­pu­la­ri­té est une réelle me­nace pour Sig­mar Ga­briel, mais aus­si pour An­ge­la Mer­kel. En le pous­sant vers la pré­si­dence pour un man­dat re­nou­ve­lable de cinq ans, les lea­ders des deux prin­ci­paux par­tis po­li­tiques al­le­mands se « dé­bar­rassent » d’un « al­lié » en­com­brant…

Frank-wal­ter Stein­meier

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.