Ac­cord sur l'ins­crip­tion de l'iden­ti­fiant fis­cal sur chaque acte

Exo­né­ra­tions fis­cales d’une du­rée al­lant de 3 à 5 ans à cer­taines ca­té­go­ries de contri­buables tels que les jeunes avo­cats ou les jeunes mé­de­cins

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Wa­lid KHEFIFI

Tout porte à croire que le Chef du gou­ver­ne­ment d'union na­tio­nale Yous­sef Cha­hed est en train réus­sir là où a échoué feu Hé­di Noui­ra, an­cien Pre­mier mi­nistre du pré­sident Bour­gui­ba, quand il a ten­té vai­ne­ment d'im­po­ser aux mé­de­cins de libre pra­tique les fac­tures nu­mé­ro­tées et aux avo­cats de s'as­treindre à un re­gistre sur le­quel ils doivent ins­crire les af­faires dans les­quelles ils plaident en vue d'amé­lio­rer la col­lecte des im­pôts.

Tout porte à croire que le Chef du gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale Yous­sef Cha­hed est en train réus­sir là où a échoué feu Hé­di Noui­ra, an­cien Pre­mier mi­nistre du pré­sident Bour­gui­ba, quand il a ten­té vai­ne­ment d’im­po­ser aux mé­de­cins de libre pra­tique les fac­tures nu­mé­ro­tées et aux avo­cats de s’as­treindre à un re­gistre sur le­quel ils doivent ins­crire les af­faires dans les­quelles ils plaident en vue d’amé­lio­rer la col­lecte des im­pôts. Le pré­sident du bloc par­le­men­taire de Ni­daâ Tounes, So­fiène Tou­bel, a en ef­fet ré­vé­lé qu’un ac­cord de prin­cipe sur l’amé­lio­ra­tion de la tra­ça­bi­li­té des re­ve­nus des pro­fes­sions li­bé­rales a été conclu le week-end der­nier entre des re­pré­sen­tants du gou­ver­ne­ment et des di­ri­geants des or­ga­ni­sa­tions re­pré­sen­ta­tives des pro­fes­sions li­bé­rales. Cet ac­cord conclu lors d’une réunion or­ga­ni­sé di­manche par le bloc par­le­men­taire de Ni­daâ Tounes pré­voit l’ins­crip­tion de l’iden­ti­fiant fis­cal sur chaque af­faire trai­tée pour les avo­cats ou chaque acte réa­li­sé pour les mé­de­cins, ar­chi­tectes, les ex­perts comp­tables et les autres ca­té­go­ries de pro­fes­sions li­bé­rales.

L’ac­cord pré­voit aus­si l’oc­troi d’exo­né­ra­tions fis­cales d’une du­rée al­lant de 3 à 5 ans à cer­taines ca­té­go­ries de contri­buables exer­çant des pro­fes­sions li­bé­rales tels que les jeunes avo­cats ou les jeunes mé­de­cins.

Ain­si, l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale au­ra ac­cès à un re­gistre re­grou­pant les af­faires trai­tées par les avo­cats dans chaque tri­bu­nal et à des don­nées plus pré­cises sur le nombre de consul­ta­tions ou des actes réa­li­sés par les mé­de­cins, les chi­rur­giens et les ki­né­si­thé­ra­peutes , les ex­ploi­tants des la­bo­ra­toires d’ana­lyses mé­di­cales au ni­veau de la Caisse na­tio­nale d’as­su­ran­ce­ma­la­die(cnam) et des so­cié­tés pro­po­sant des contrats d’as­su­rance groupe ma­la­die.

Les autres pro­fes­sions li­bé­rales comme les in­gé­nieurs conseil, les ur­ba­nistes, les ar­chi­tectes et les comp­tables de­vraient être ap­pe­lées à éta­blir des fac­tures ou des notes d’ho­no­raires nu­mé­ro­tées.

Ap­pli­ca­tion pro­blé­ma­tique

Dans la pra­tique, la mise en oeuvre de ce nou­veau sys­tème fis­cal pour­rait s’avé­rer com­pli­quée. Ain­si, l’ac­cès par l’ad­mi­nis­tra­tion aux bul­le­tins de soins rem­plies par les mé­de­cins et les pres­ta­taires de soins pri­vés pour­rait consti­tuer une en­torse à l’obli­ga­tion de res­pect du se­cret pro­fes­sion­nel.

D’autre part, le fait d’im­po­ser des notes d’ho­no­raires nu­mé­ro­tées ou des fac­tures aux pro­fes­sions li­bé­rales im­plique un ef­fort de ges­tion sup­plé­men­taire ou le re­cours à l’ex­ter­na­li­sa­tion de la comp­ta­bi­li­té pour gé­rer des «notes/fac­tures » se­lon un nu­mé­ro­tage strict. Par ailleurs, la dé­ter­mi­na­tion des re­ve­nus an­nuels des avo­cats risque de sou­le­ver une vive po­lé­mique. Les dé­fen­seurs de la veuve et de l’or­phe­lin pour­raient en ef­fet plai­der dans des af­faires, dont l’exa­men par les tri­bu­naux dure plu­sieurs an­nées, et ne sont payés in­té­gra­le­ment qu’après la pro­non­cia­tion du ver­dit fi­nal. Sur un autre plan, au­cun ba­rème pré­cis des ho­no­raires des avo­cats n’existe à ce jour. Pour rap­pel, la com­mis­sion des fi­nances re­le­vant de l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) a dé­ci­dé de re­por­ter l’exa­men des ar­ticles 31 et 32 re­la­tifs à l’im­po­si­tion des pro­fes­sions li­bé­rales et de pré­sen­ter les pro­po­si­tions des dé­pu­tés au mi­nis­tère des Fi­nances. Les dé­pu­tés membres de cette com­mis­sion se sont éga­le­ment ac­cor­dés lors de la dis­cus­sion du pro­jet de loi de fi­nances, ar­ticle par ar­ticle, sur la né­ces­si­té d’amen­der les deux ar­ticles et d’adop­ter une ver­sion uni­fiée qui concer­ne­ra l’en­semble des pro­fes­sions li­bé­rales et ga­ran­ti­ra l’ef­fi­ca­ci­té de la col­lecte des im­pôts au­près de ces pro­fes­sions.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.