Oni­risme et fo­rêts de sym­boles

Ex­po­si­tion "Dream­scapes" de Jo Ann Mor­ning

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ha­tem BOURIAL

De re­tour en ga­le­rie, l'ar­tiste amé­ri­caine Jo Ann Mor­ning ex­pose sa nou­velle col­lec­tion du 19 no­vembre au 3 dé­cembre à la ga­le­rie Sa­la­din, à Si­di Bou Saïd. Va­ria­tions sur le rêve, pro­me­nades men­tales et re­cherche de l'abs­trac­tion struc­turent les oeuvres de cette plas­ti­cienne qui ré­side à Ham­ma­met de­puis de longues an­nées... Plu­sieurs ar­tistes de nom­breux pays ont fait, à l'image de Jo Ann Mor­ning, le choix de la Tu­ni­sie. En ef­fet, cette Amé­ri­caine a de­puis plu­sieurs an­nées po­sé ses va­lises à Ham­ma­met et, de­puis, a en­tre­pris de confron­ter sa pa­lette aux lu­mières de Tu­ni­sie.

De re­tour en ga­le­rie, l'ar­tiste amé­ri­caine Jo Ann Mor­ning ex­pose sa nou­velle col­lec­tion du 19 no­vembre au 3 dé­cembre à la ga­le­rie Sa­la­din, à Si­di Bou Saïd. Va­ria­tions sur le rêve, pro­me­nades men­tales et re­cherche de l'abs­trac­tion struc­turent les oeuvres de cette plas­ti­cienne qui ré­side à Ham­ma­met de­puis de longues an­nées...

Plu­sieurs ar­tistes de nom­breux pays ont fait, à l'image de Jo Ann Mor­ning, le choix de la Tu­ni­sie. En ef­fet, cette Amé­ri­caine a de­puis plu­sieurs an­nées po­sé ses va­lises à Ham­ma­met et, de­puis, a en­tre­pris de confron­ter sa pa­lette aux lu­mières de Tu­ni­sie. Ré­gu­liè­re­ment, Mor­ning sort de son ate­lier et vient à la ren­contre du pu­blic des arts. Que ce soit à la ga­le­rie Sa­la­din où Rid­ha Souab­ni a su l'at­ti­rer puis la re­te­nir ou en­core au Centre cultu­rel in­ter­na­tio­nal de Ham­ma­met, cette ar­tiste dont les oeuvres sont co­tées en Eu­rope et en Amé­rique, fait ain­si des in­cur­sions dans les ga­le­ries tu­ni­siennes.

Les pay­sages men­taux ou les rêves res­ti­tués par la lu­mière

Ain­si, Jo Ann Mor­ning ex­pose-telle ses nou­velles col­lec­tions et ses der­nières re­cherches. Car la quête de cette ar­tiste est in­épui­sable. An­crant son tra­vail dans la fi­nesse d'une re­mar­quable étude chro­ma­tique, l'amé­ri­caine de Ham­ma­met cultive concepts et ap­proches rai­son­nées. Tout en agis­sant sur le for­mel en re­cher­chant des échap­pées abs­traites nou­velles, Jo Ann Mor­ning donne des ca­ne­vas à ses oeuvres, maî­trise en quelque sorte ses ins­pi­ra­tions en les ca­na­li­sant dans des ma­trices mo­men­ta­nées et tou­jours re­nou­ve­lées. Avec "Dream­scapes", elle in­ves­tit la di­men­sion oni­rique et re­trouve les res­sorts du sur­réel sous-ja­cent dans toute dé­marche abs­traite. Le terme de "Dream­scape" est en ce sens un jo­li néo­lo­gisme à la croi­sée des mots "dream" et "land­scape" qui si­gni­fient res­pec­ti­ve­ment "rêve" et "pay­sage". De la sorte, le titre de cette ex­po­si­tion nous ren­voie à des pay­sages oni­riques, des vi­sions éma­nant du rêve.

C'est Gé­rard de Ner­val qui di­sait que "le rêve est une se­conde vie". Jo Ann Mor­ning, avec ses traits pa­ra­doxaux et ses ombres fuyantes, sug­gère que cette se­conde vie est fuyante, su­brep­tice mais que l'ar­tiste peut en re­te­nir cer­taines vi­sions. Ce sont dès lors des pay­sages men­taux qui s'offrent à notre re­gard, des re­flets sur la toile qui sug­gèrent aus­si bien les ar­ché­types qui tra­vaillent l'au­teur que les états d'âme de l'ar­tiste.

A la re­cherche des aubes d'été, des voyelles in­ar­ti­cu­lées et des fleuves im­pas­sibles

C'est un oni­risme dé­bri­dé qui se dé­ploie sous notre re­gard, dans des fo­rêts de sym­boles et une spirale de cou­leurs? Ces pro­me­nades men­tales aux­quelles nous convie Jo Ann Mor­ning sont mar­quées du sceau du vir­gi­nal, du temps sus­pen­du, de la fuite des images. On ne cap­ture pas ses rêves. On peut tout au plus s'en sou­ve­nir et en res­ti­tuer le foi­son­ne­ment. Cette exu­bé­rance de­vint alors un vé­ri­table al­pha­bet de lu­mières, de contrastes, de rup­tures et par­fois de fu­gaces ec­to­plasmes. A l'image de la poé­sie rim­bal­dienne, la pein­ture de Mor­ning part à la re­cherche des aubes d'été, des voyelles in­ar­ti­cu­lées ou des fleuves im­pas­sibles.

Toute en poé­sie, ru­ti­lante et feu­trée à la fois, la dé­marche de Jo Ann Mor­ning ins­taure une dia­lec­tique du rêve et du pay­sage et fait sur­gir des re­gistres éso­té­riques où les signes de vie et les lignes de fuite struc­turent le pay­sage men­tal de l'ar­tiste. Une nou­velle fois, Jo Ann sur­prend par le dé­dale qu'elle crée et les cor­res­pon­dances sub­tiles qu'elle in­vite. Son ex­po­si­tion se tien­dra du 19 no­vembre au 3 dé­cembre à la ga­le­rie Sa­la­din de Si­di Bou Saïd et pro­met monts et mer­veilles oni­riques. Sa­chons les dé­cou­vrir et ren­con­trer une oeuvre avant que l'ar­tiste ne re­vienne à la so­li­tude la­bo­rieuse et ac­tive de son ate­lier de Ham­ma­met.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.