La Rus­sie veut re­ti­rer sa si­gna­ture du trai­té fon­da­teur

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Les au­to­ri­tés russes re­prochent à la CPI, char­gée de ju­ger les per­sonnes ac­cu­sées de crime contre l’hu­ma­ni­té et de crime de guerre, son manque d’in­dé­pen­dance. «Le pré­sident (Vla­di­mir Pou­tine) a si­gné un dé­cret sur l’in­ten­tion de la Rus­sie de ne pas être État par­tie au Sta­tut de Rome de la Cour pé­nale in­ter­na­tio­nale. La no­ti­fi­ca­tion par­vien­dra bien­tôt» à la Cour. Avec ce com­mu­ni­qué, émis hier par le mi­nis­tère russe des Af­faires étran­gères, la Rus­sie s’éloigne de la Cour pé­nale in­ter­na­tio­nale (CPI). Le pays an­nonce ain­si son in­ten­tion de re­ti­rer sa si­gna­ture du trai­té de Rome, texte fon­da­teur de la ju­ri­dic­tion pé­nale char­gée de ju­ger les per­sonnes ac­cu­sées de crime contre l’hu­ma­ni­té et de crime de guerre. En 2000, Moscou avait si­gné le fa­meux trai­té mais ne l’avait ja­mais ra­ti­fié de­puis (comme les États-unis et la Chine). La Rus­sie re­proche à l’ins­tance de ne pas être «vé­ri­ta­ble­ment in­dé­pen­dante», se­lon le mi­nis­tère russe des Af­faires étran­gères. «La Cour n’a pas été à la hau­teur des es­poirs qui ont été pla­cés en elle (...) De fait, en 14 ans d’ac­ti­vi­té de la CPI, elle a seule­ment pro­non­cé quatre ver­dicts, en dé­pen­sant mal­gré ce­la plus d’un mil­liard de dol­lars». La di­plo­ma­tie russe re­proche aus­si à la CPI de se concen­trer sur les crimes pré­su­més com­mis par les mi­lices os­sètes et les troupes russes en Géor­gie lors de la guerre ayant op­po­sé les deux pays en août 2008. Se­lon la Rus­sie, la Cour pas­se­rait sous si­lence ceux com­mis par les troupes géor­giennes. «Dans de telles cir­cons­tances, on ne peut guère par­ler de la cré­di­bi­li­té de la Cour pé­nale in­ter­na­tio­nale», pour­suit le mi­nis­tère. La CPI avait an­non­cé fin jan­vier ou­vrir une en­quête sur la guerre rus­so-géor­gienne de 2008, sa pre­mière en de­hors de l’afrique. Elle en­quête éga­le­ment sur le sou­lè­ve­ment pro-eu­ro­péen du Maï­dan en Ukraine et le conflit qui a sui­vi dans l’est du pays, où Moscou a été ac­cu­sé de sou­te­nir mi­li­tai­re­ment les sé­pa­ra­tistes pro­russes.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.