La dé­ci­sion de la jus­tice doit être res­pec­tée

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

Le mou­ve­ment En­nahd­ha a es­ti­mé hier, que le non-lieu ren­du lun­di der­nier dans l’af­faire Lot­fi Nagd­hest une dé­ci­sion de jus­tice qui doit être res­pec­tée. Pour En­nahd­ha, «il n’y a au­cun in­té­rêt à mettre en cause cette dé­ci­sion qui ne peut être constes­tée que par voie de re­cours de­vant la jus­tice. En­nahd­ha qui re­grette la mort de Lot­fi Nagdh et re­nou­velle ses condo­léances à sa fa­mille, consi­dère que l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de cette af­faire risque de faire de l’ombre aux vraies ques­tions na­tio­nales et de di­vi­ser les Tu­ni­siens, peut-on lire dans un com­mu­ni­qué pu­blié hier. L’af­faire Nagdh n’est pas un dif­fé­rend entre En­nahd­ha et Ni­daa Tounes. Elle a eu lieu en 2012, dans un contexte de ten­sion. En­nahd­ha af­firme dans sa dé­cla­ra­tion n’avoir au­cun lien avec les « ligues de pro­tec­tion de la ré­vo­lu­tion» in­ter­dites de­puis 2014, se di­sant contre le re­tour de ces as­so­cia­tions.

Le mou­ve­ment a, par ailleurs, ap­pe­lé à faire pré­va­loir l’in­té­rêt du pays par le consen­sus et à unir tous les ef­forts pour per­mettre au pays de re­le­ver les dé­fis. En­nahd­ha a pré­co­ni­sé de tout mettre en oeuvre pour la réus­site de la confé­rence in­ter­na­tio­nale sur l’in­ves­tis­se­ment. La chambre cri­mi­nelle près le tri­bu­nal de pre­mière ins­tance de Sousse 1 a pro­non­cé, lun­di soir à une heure tar­dive, un non-lieu en fa­veur des ac­cu­sés dans l’af­faire du meurtre du co­or­di­na­teur ré­gio­nal du mou­ve­ment Ni­daa Tounes Lot­fi Nagdh. Le tri­bu­nal a, éga­le­ment, con­dam­né des ac­cu­sés dans cette af­faire à des peines al­lant de six mois à un an de pri­son ferme pour agres­sion vio­lente, par­ti­ci­pa­tion à la rixe et dé­ten­tion d’arme blanche.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.