Ren­zi ex­clut de par­ti­ci­per à un gou­ver­ne­ment de tran­si­tion

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le pré­sident du Conseil ita­lien Mat­teo Ren­zi a in­di­qué qu’il ne fe­rait pas par­tie d’un gou­ver­ne­ment de tran­si­tion ou d’un ca­bi­net tech­no­cra­tique si la ré­forme consti­tu­tion­nelle qu’il sou­met à ré­fé­ren­dum le 4 dé­cembre est re­je­tée. Ren­zi a pro­mis de dé­mis­sion­ner si le «non», qui est don­né ga­gnant par les ins­ti­tuts de son­dage, l’em­porte le mois pro­chain. Nombre d’ob­ser­va­teurs es­timent que dans cette hy­po­thèse un gou­ver­ne­ment de tran­si­tion pour­rait être consti­tué afin de ré­vi­ser le sys­tème élec­to­ral. Une autre op­tion se­rait la consti­tu­tion d’un gou­ver­ne­ment «tech­nique» com­po­sé d’ex­perts sans af­fi­lia­tion par­ti­sane. «Je ne suis pas du genre à né­go­cier un ac­cord avec d’autres par­tis pour consti­tuer un pe­tit gou­ver­ne­ment ou un gou­ver­ne­ment ayant un but li­mi­té (la ré­forme du sys­tème élec­to­ral)», a com­men­té Mat­teo Ren­zi. «Je ne sou­haite pas prendre part à des jeux po­li­tiques dé­mo­dés. Soit on change, soit je n’ai au­cun rôle à jouer», a pour­sui­vi le chef du gou­ver­ne­ment. La ré­forme consti­tu­tion­nelle pro­po­sée par Ren­zi met fin au bi­ca­mé­risme in­té­gral en ré­dui­sant de ma­nière si­gni­fi­ca­tive le rôle et les pré­ro­ga­tives du Sé­nat afin, sou­tient-il, de sim­pli­fier la pro­cé­dure lé­gis­la­tive et de li­mi­ter l’in­sta­bi­li­té gou­ver­ne­men­tale. Les ad­ver­saires du pro­jet af­firment qu’il va com­pli­quer l’adop­tion des lois et qu’il re­met en cause l’équi­libre des forces dé­mo­cra­tiques.

L’ac­tuel sys­tème élec­to­ral, in­tro­duit par Ren­zi au Par­le­ment en 2015, pré­voit un scru­tin à deux tours qui oc­troie au vain­queur une so­lide ma­jo­ri­té à la chambre des dé­pu­tés. Le pro­blème est que ce sys­tème ne concerne pas le Sé­nat et qu’un risque de blo­cage po­li­tique est pos­sible si des élec­tions lé­gis­la­tives sont convo­quées avec deux types dif­fé­rents de scru­tin. Les par­tis tra­di­tion­nels, de gauche comme de droite, re­doutent par ailleurs que la ré­forme fa­vo­rise le Mou­ve­ment 5 Etoiles (po­pu­liste et an­ti-sys­tème) qui, se­lon les en­quêtes d’opi­nion, bé­né­fi­cie­rait du scru­tin à deux tours.

Un son­dage de l’ins­ti­tut Cise pour le jour­nal Il Sole 24 Ore a mon­tré hier que le «non» est cré­di­té de 34% des in­ten­tions de vote contre 29% pour le «oui» tan­dis que 37% des élec­teurs se disent in­dé­cis ou pré­voient de s’abs­te­nir.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.