Entre ap­pro­ba­tion et re­jet

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

A l'as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP), les avis des dé­pu­tés étaient par­ta­gés sur la dé­cla­ra­tion du gou­ver­ne­ment, pré­sen­tée, hier, par le chef du gou­ver­ne­ment, Yous­sef Cha­hed, au cours de la plé­nière consa­crée à l'exa­men du pro­jet de bud­get de l'etat pour 2017.

A l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP), les avis des dé­pu­tés étaient par­ta­gés sur la dé­cla­ra­tion du gou­ver­ne­ment, pré­sen­tée, hier, par le chef du gou­ver­ne­ment, Yous­sef Cha­hed, au cours de la plé­nière consa­crée à l’exa­men du pro­jet de bud­get de l’etat pour 2017.

Cer­tains consi­dèrent que la conjonc­ture ac­tuelle ne per­met pas de pres­sions sup­plé­men­taires sur le bud­get et les fi­nances pu­bliques de l’etat et que d’im­por­tantes ré­formes doivent être dé­ployées, alors que d’autres es­timent que la dé­cla­ra­tion du gou­ver­ne­ment dé­fend les mêmes choix, à l’ori­gine de l’ag­gra­va­tion de la crise. Fadhel Om­rane, dé­pu­té de Ni­daa Tounes, a qua­li­fié de « clair et franc « le dis­cours du chef du gou­ver­ne­ment où il ap­pelle les ci­toyens à sai­sir la gra­vi­té de la si­tua­tion étant don­né que le bud­get de l’etat ne sup­por­te­rait pas la charge des ma­jo­ra­tions sa­la­riales pour ab­sence de res­sources. Se­lon lui, la dé­cla­ra­tion du gou­ver­ne­ment a aus­si in­vi­té l’union gé­né­rale tu­ni­sienne du tra­vail(ugtt), les or­ga­ni­sa­tions na­tio­nales et les syn­di­cats à faire preuve de com­pré­hen­sion face à la conjonc­ture dif­fi­cile de la Tu­ni­sie. Pour sa part, Slim Besbes, dé­pu­té d’en­nahd­ha, a es­ti­mé que le dis­cours du chef du gou­ver­ne­ment était dans son en­semble « po­si­tif «. Pour lui, Yous­sef Cha­hed a mis l’ac­cent sur les dé­fis de l’étape qui né­ces­sitent d’en­tre­prendre des ré­formes ur­gentes pou­vant conduire à une po­li­tique d’aus­té­ri­té. Ces ré­formes ont mis en confron­ta­tion le gou­ver­ne­ment et la cen­trale syn­di­cale, a-t-il rap­pe­lé, pré­ci­sant que les ré­formes en temps de crise exigent de l’au­dace et du cou­rage. Elles doivent éga­le­ment être prises dans le cadre d’une ap­proche par­ti­ci­pa­tive afin d’évi­ter toute confron­ta­tion, a-t-il es­ti­mé. Zied La­khd­har, dé­pu­té du Front na­tio­nal, a es­ti­mé que le gou­ver­ne­ment Cha­hed conti­nue de dé­fendre les mêmes orien­ta­tions que le Front n’a ces­sé de cri­ti­quer et qu’il consi­dère « res­pon­sables de la crise ac­tuelle que tra­verse le pays «.

Il a re­le­vé que « le cou­rage po­li­tique « dont parle Yous­sef Cha­hed dans son dis­cours ré­side plu­tôt dans la dé­non­cia­tion des pilleurs des de­niers pu­blics, des éva­dés fis­caux et les gros tra­fi­quants ain­si que la ré­vé­la­tion des foyers de cor­rup­tion et les dys­fonc­tion­ne­ments au sein de l’ad­mi­nis­tra­tion tu­ni­sienne. De son cô­té, Zou­hair Magh­zaoui, dé­pu­té du mou­ve­ment Echaab, a in­di­qué que le dis­cours du chef du gou­ver­ne­ment est un dis­cours qui com­porte beau­coup de gé­né­ra­li­tés et ne ré­pond pas aux ques­tions de l’heure. La dé­pu­tée Rym Mah­joub (Afek Tounes) a es­ti­mé que ce dis­cours a bros­sé un ta­bleau de la si­tua­tion gé­né­rale et éco­no­mique du pays, sans four­nir suf­fi­sam­ment de don­nées chif­frées.

Le chef du gou­ver­ne­ment, a-t-elle ajou­té, a par­lé d’un cer­tain nombre ré­formes sans te­nir compte du tra­vail de la com­mis­sion des fi­nances et du re­jet de cer­tains ar­ticles ain­si que des dif­fé­rends en­core en sus­pens à pro­pos d’autres ar­ticles.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.