Ques­tion de ci­visme

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Societe -

Il mar­cha long­temps, dans l’une des rues de la ca­pi­tale à la re­cherche d’un pa­nier à or­dures, afin de se dé­bar­ras­ser du pa­quet de ci­ga­rettes vide qu’il avait frois­sé dans la main. En vain, il a en­fin trou­vé à un mo­ment don­né au coin de la même rue un amon­cel­le­ment de car­tons conte­nant des tas de dé­tri­tus. Et c’est là où il a je­té le pa­quet vide et écra­sé dans un geste de sou­la­ge­ment, en pen­sant que c’était mieux que de l’avoir je­té par terre. Il conti­nua son che­min et re­mar­qua un bon­homme em­mi­tou­flé dans son im­per qui fai­sait ses pe­tits be­soins der­rière l’un des jo­lis pla­tanes. A sa vue ce bon­homme était gê­né et comme pour s’ex­cu­ser il l’abor­da en lui di­sant qu’il était ma­lade des reins, et qu’il n’y avait pas de ves­pa­siennes dans les pa­rages, ajou­tant que dans tous les ca­fés, les toi­lettes sont fer­mées à clé et que pour en faire usage il faut consom­mer.

En fait, les ves­pa­siennes ont été in­ven­tées par un em­pe­reur ro­mains ré­pon­dant au nom de Ves­pa­sien. C’était des toi­lettes pu­bliques payantes. C’est lui qui ré­tor­qua lorsque son fils lui fit re­mar­quer que l’ar­gent des ves­pa­siennes sent mau­vais : « l’ar­gent n’a pas d’odeur mon fils ». Re­ve­nons à nos mou­tons et au bon­homme qui fai­sait ses pe­tits be­soins dans la rue, pour dire qu’en un sens il n’avait pas tort, car il a l’ex­cuse d’être ma­lade.

Mais en gé­né­ral, il est très cou­rant de voir des in­di­vi­dus ivres se sou­la­ger la ves­sie dans la rue, sans se sou­cier des pas­sants et sans au­cune gêne. Ces mêmes per­sonnes n’hé­sitent pas à agres­ser le pre­mier qui in­ter­vient pour leur re­pro­cher leur geste.

Il y va éga­le­ment de la res­pon­sa­bi­li­té de la mu­ni­ci­pa­li­té te­nue de veiller en prin­cipe à la pro­pre­té de la ville. En ce qui concerne le jet de pa­piers et autres dé­tri­tus, il est né­ces­saire d’ins­tal­ler des pa­niers prêts à re­ce­voir les dé­chets. En ce qui concerne les ves­pa­siennes, il y en avait plu­sieurs dans la ca­pi­tale mais elles ont dis­pa­ru une à une.

Il y a un lais­ser al­ler aus­si bien de la part des ci­toyens que de la part des res­pon­sables mu­ni­ci­paux.

La ci­toyen­ne­té est une qua­li­té qui existe abs­trac­tion faite de l’at­ti­tude de cha­cun, mais le ci­visme oblige cha­cun de ne pas em­pié­ter sur les droits des autres.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.