L’écart se res­serre après le der­nier dé­bat

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

France- Pri­maire de la droite

Le troi­sième dé­bat té­lé­vi­sé de la pri­maire de la droite, jeu­di 17 no­vembre, ne semble pas avoir en­rayé la forte pro­gres­sion de Fran­çois Fillon. Au contraire. D’après un ul­time son­dage réa­li­sé par Ip­sos, ven­dre­di 18 no­vembre, au­près de 9 574 per­sonnes, dont 807 se dé­cla­rant cer­taines d’al­ler vo­ter, l’an­cien pre­mier mi­nistre est cré­di­té au­près de ces der­nières de 30 % d’in­ten­tions de vote. Il de­van­ce­rait d’une très courte tête Alain Jup­pé et Ni­co­las Sar­ko­zy, qui ar­rivent tous deux à éga­li­té à 29 %. Dans la hui­tième vague de l’enquête élec­to­rale me­née par le Centre de re­cherches po­li­tiques de Sciences Po (Ce­vi­pof), en col­la­bo­ra­tion avec Le Monde et réa­li­sée par Ip­sos-so­pra Ste­ria du 8 au 13 no­vembre au­près de 18 200 per­sonnes, dont 1 337 se dé­cla­rant cer­taines d’al­ler vo­ter, M. Fillon avait dé­jà en­re­gis­tré une spec­ta­cu­laire pro­gres­sion de 10 points en un mois, pas­sant de 12 % à 22 % d’in­ten­tions de vote. Se­lon Ip­sos, il au­rait donc ga­gné à nouveau huit points en une se­maine. L’autre ten­dance ob­ser­vée dans notre enquête, le re­cul de M. Jup­pé, se se­rait pour­sui­vi dans le même laps de temps : après avoir per­du 5 points en un mois (41 % en oc­tobre, 36 % en no­vembre), M. Jup­pé au­rait per­du 7 points sup­plé­men­taires au cours des der­niers jours. M. Sar­ko­zy reste stable, à 29 % d’in­ten­tions de vote. Il n’avait per­du qu’un point en un mois dans l’enquête Ce­vi­pof.

Vers un match à trois

Rap­pe­lons-le une fois en­core : ces son­dages com­portent des marges d’er­reur et n’ont pas de va­leur pré­dic­tive. L’am­pleur de la mo­bi­li­sa­tion et le pro­fil des vo­tants, qui se­ront l’une des clés d’ex­pli­ca­tion des ré­sul­tats du pre­mier tour, au­jourd’hui, sont par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­ciles à éva­luer par avance s’agis­sant d’une pri­maire, exer­cice in­édit pour la droite. Ces chiffres sont donc à prendre avec pré­cau­tion. On peut ac­cor­der plus de cré­dit aux tendances : ce qui se pro­file est la pers­pec­tive d’un match à trois, po­ten­tiel­le­ment très ser­ré, pour deux places qua­li­fi­ca­tives. Il pa­raît dif­fi­cile d’en dire da­van­tage. Le di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué d’ip­sos, Brice Tein­tu­rier, es­time pour sa part que « la dy­na­mique de Fran­çois Fillon, qui se pour­suit, lui per­met a prio­ri de se qua­li­fier pour le se­cond tour ». « La deuxième et la troi­sième place sont en re­vanche très dif­fi­ciles à dé­par­ta­ger », ajoute-t-il.

Il apparaît clai­re­ment que les quatre autres candidats sont dé­sor­mais hors jeu. Bru­no Le Maire perd à nouveau deux points, à 5 % d’in­ten­tions de vote. Na­tha­lie Kos­cius­ko-mo­ri­zet en re­cueille 3,5 % (+ 0,5). Stable à 2 %, Jean-fré­dé­ric Pois­son conti­nue de de­van­cer lé­gè­re­ment Jean-fran­çois Co­pé, qui ar­rive bon der­nier avec 1,5 % d’in­ten­tions de vote.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.