Des of­fi­ciers turcs de­mandent l’asile po­li­tique en Eu­rope

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le se­cré­taire gé­né­ral de l’or­ga­ni­sa­tion du trai­té de l’at­lan­tique nord (OTAN), Jens Stol­ten­berg, a confir­mé, que « plu­sieurs » membres de la dé­lé­ga­tion turque au­près de l’or­ga­ni­sa­tion avaient de­man­dé l’asile po­li­tique en Eu­rope.

« Il est exact que des of­fi­ciers turcs em­ployés dans la struc­ture de com­man­de­ment ont sol­li­ci­té l’asile dans les pays où ils tra­vaillent », a dé­cla­ré M. Stol­ten­berg lors d’une confé­rence à Bruxelles. La di­rec­tion de L’OTAN, comme plu­sieurs dé­lé­ga­tions au siège de l’al­liance, re­fuse de pré­ci­ser com­bien de per­sonnes sont concer­nées. Mer­cre­di, la presse al­le­mande ré­vé­lait que des sol­dats de la base aé­rienne de Ramm­stein et leur fa­mille avaient de­man­dé l’asile. Leurs de­mandes s’ajoutent aux quelque 4 400 en­re­gis­trées dans ce pays de­puis le dé­but de l’an­née. En Grèce, huit mi­li­taires qui avaient fui dès le 16 juillet, au len­de­main du coup d’etat avor­té, ont de­man­dé l’asile mais leur re­quête a été re­je­tée à la fin du mois de sep­tembre. Ils ont fait ap­pel tan­dis qu’an­ka­ra ré­clame leur ex­tra­di­tion. Une si­tua­tion em­bar­ras­sante pour L’OTAN « L’OTAN n’a pas de man­dat pour dé­ci­der d’ac­cor­der ou non l’asile », a rap­pe­lé M. Stol­ten­berg, qui a conve­nu que le ré­gime turc avait dé­jà rem­pla­cé des mi­li­taires dans les struc­tures de l’or­ga­ni­sa­tion. Cer­tains d’entre eux, convo­qués dans leur pays après le putsch, ont été ap­pré­hen­dés. Le se­cré­taire gé­né­ral de L’OTAN doit se rendre au­jourd’hui à Is­tan­bul. Son or­ga­ni­sa­tion est, comme l’union eu­ro­péenne, em­bar­ras­sée par la si­tua­tion mais ne peut rompre avec un al­lié-clé dans une ré­gion en crise. L’al­liance a condam­né le putsch de juillet mais elle a de­man­dé le res­pect de la dé­mo­cra­tie, des li­ber­tés et de l’etat de droit. En sou­li­gnant que la res­pon­sa­bi­li­té d’ac­cor­der, ou non, l’asile dé­pend de chaque pays, le se­cré­taire gé­né­ral veut évi­ter de com­pli­quer la re­la­tion entre L’OTAN et un ré­gime qui mul­ti­plie les ar­res­ta­tions, et dès lors les su­jets de conflit avec ses al­liés eu­ro­péens.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.