Le “ca­li­fat is­la­mique” va-t-il être li­qui­dé ?

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le ca­li­fat is­la­mique en Sy­rie et Irak (Daech) vit ses der­niers mois. L’ar­mée ira­kienne ap­puyée par les Oc­ci­den­taux va vrai­sem­bla­ble­ment ache­ver d’ici la fin de l’an­née sa re­con­quête de Mos­soul. Elle contrôle dé­jà la moi­tié des quar­tiers orien­taux de ce qui est, de­puis 2014, la ca­pi­tale ira­kienne de l’or­ga­ni­sa­tion is­la­mique. La seule in­cer­ti­tude dans cette ba­taille concerne les pertes in­fli­gées par les mines, sni­pers, ka­mi­kazes et armes chi­miques des ter­ro­ristes. L’ir­rup­tion des drones de ren­sei­gne­ment bou­le­verse la donne des gué­rillas ur­baines au pro­fit des ar­mées et pour­rait ai­der à li­mi­ter le car­nage. En Sy­rie, c’est une course de vi­tesse qui est en­ga­gée pour la prise de Ra­q­qa, l’autre ca­pi­tale de Daech, entre les forces turques, l’ar­mée sy­ro-russe et la coa­li­tion kur­do-arabe sou­te­nue par les Oc­ci­den­taux (dont des com­man­dos fran­çais en pre­mière ligne). Le pre­mier pays plan­tant son dra­peau au centre de l’ul­time ci­ta­delle de Daech, à l’image du fa­meux cli­ché so­vié­tique sur le Reichs­tag en mai 1945, rem­por­te­ra un suc­cès po­li­tique et de pres­tige sans prix. La ba­taille de Ra­q­qa se pré­sente comme plus dif­fi­cile que celle de Mos­soul et de­vrait donc du­rer au-de­là de la fin de man­dat de Ba­rack Oba­ma le 20 jan­vier. Daech s’y bat­tra dos au mur et y au­ra re­grou­pé des forces plus im­por­tantes que les 3.000 ter­ro­ristes de Mos­soul. La concur­rence entre les trois coa­li­tions an­ti Daech pour­rait aus­si faire dé­ra­per l’opé­ra­tion. La re­con­quête pro­bable d’ici le prin­temps du ter­ri­toire de Daech pri­ve­ra ses re­cru­teurs d’un mythe mo­bi­li­sa­teur, ce­lui d’un ca­li­fat is­la­mique te­nant tête au monde en­tier. Elle ne si­gne­ra tou­te­fois pas pour au­tant la fin de l’or­ga­ni­sa­tion, dont l’idéo­lo­gie et les re­lais en Oc­ci­dent sur­vi­vront. Les ter­ro­ristes opé­rant en Eu­rope y sont gé­né­ra­le­ment nés et n’ont pas be­soin des centres d’en­traî­ne­ment ou des don­neurs d’ordre en Sy­rie pour conti­nuer leurs at­ten­tats.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.