Un mi­nistre qui ne ment pas…

Le Temps (Tunisia) - - Proximite -

En théo­rie, c’est im­pen­sable –sauf votre res­pect- : les exi­gences de ce poste, tous por­te­feuilles confon­dus, font qu’il soit plus pru­dent, bien des fois, de jon­gler avec cer­taines, vé­ri­tés, quitte à biai­ser le dis­cours pour noyer le pois­son, plu­tôt que de s’avan­cer à vi­sage nu, la bouche en coeur, au risque d’es­suyer une « dé­rouillée » en en­clen­chant une tem­pête, pour avoir ex­pri­mé, sans fards, une réa­li­té qu’il conve­nait de flou­ter. Nous par­lons bien de pru­dence, et non de du­pli­ci­té, la fron­tière entre les deux étant par­fois très te­nue, il est vrai. Hé­di Ma­j­doub fait par­tie de cette nou­velle gé­né­ra­tion de « francs ti­reurs », s’il en est, qui ne parle pas beau­coup, mais qui agit, et qui, lors­qu’il s’agit de s’ex­pri­mer, ne choi­sit pas la dé­ro­bade. C’est plu­tôt rare… Sous nos la­ti­tudes, on aime bien dé­men­tir, et re­je­ter tout en bloc chaque ac­cu­sa­tion qui est por­tée, à tort ou à rai­son d’ailleurs, contre un corps de mé­tier, sa­chant que nuan­cer le pro­pos, per­met tou­jours de se re­mettre en ques­tion, en ayant le cou­rage d’avouer que non, tout ne va pas tou­jours pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et que c’est bien pour ce­la qu’il faut ten­ter de chan­ger les choses pour les faire avan­cer. En lieu et place de se re­cro­que­viller sur de fausses cer­ti­tudes, en per­dant l’oc­ca­sion de faire son mea-culpa, sa­chant que ce­lui-ci est un exer­cice très sa­lu­taire, car ce­la per­met dans la fou­lée, de rec­ti­fier le tir. Face à Ad­nene El Ha­j­ji à L’ARP, la ré­ponse du mi­nistre de l’in­té­rieur n’a pas été si­byl­line, mais claire, et bien à-pro­pos. Et sur­tout sans fards. Et sans équi­voques. Le chan­ge­ment des men­ta­li­tés au sein du mi­nis­tère est en train de s’opé­rer. Oui. mais il fau­dra des gé­né­ra­tions avant qu’il ne soit avé­ré.

Sa­mia HARRAR

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.