Quinze mille fonc­tion­naires de plus, écar­tés

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Près de 15.000 autres fonc­tion­naires, mi­li­taires et po­li­ciers ont été ren­voyés et 375 ins­ti­tu­tions ain­si que des organes de presse ont été fer­més en Tur­quie pour leur liens sup­po­sés avec le coup d'etat man­qué du 15 juillet. Sur les 15.000 per­sonnes ren­voyées, près de 2.000 font par­tie des forces ar­mées, en­vi­ron 7.600 de la po­lice, 400 de la gen­dar­me­rie et plus de 5.000 sont des agents d'ins­ti­tu­tions pu­bliques, par­mi les­quels des in­fir­mières, des mé­de­cins et des sages-femmes. Les der­nières an­nonces, conte­nues dans deux dé­crets, portent à plus de 125.000 le nombre de per­sonnes ren­voyées ou sus­pen­dues de leur fonc­tion de­puis le coup d'etat man­qué de juillet mis par les au­to­ri­tés turques sur le compte de Fe­thul­lah Gü­len, pré­di­ca­teur mu­sul­man qui s'est exi­lé aux Etats-unis en 1999. De­puis juillet, au to­tal, 36.000 per­sonnes ont été pla­cées en dé­ten­tion en l'at­tente de leur pro­cès pour leur rôle pré­su­mé dans ce putsch man­qué, qui a fait plus de 240 morts. Fe­thul­lah Gü­len, op­po­sant au pré­sident Re­cep Tayyip Er­do­gan après avoir été son al­lié, a dé­men­ti être à l'ori­gine du com­plot. Le dé­cret an­nonce aus­si la fer­me­ture de 375 ins­ti­tu­tions, de 18 as­so­cia­tions ca­ri­ta­tives et de neuf organes de presse. De­puis le mois de juillet, plus de 130 organes de presse ont été contraints de fer­mer en Tur­quie. In­dé­pen­dam­ment des deux dé­crets ren­dus pu­blics, les au­to­ri­tés ont émis des man­dats d'ar­rêt hier contre 60 per­sonnes dont des pi­lotes de l'ar­mée de l'air ba­sés à Ko­nya, dans le centre du pays, et soup­çon­nés d'être liés au camp gu­lé­niste. Plus de 300 pi­lotes ont d'ores et dé­jà été in­ter­pel­lés ou ren­voyés de­puis la ten­ta­tive de coup de force, au cours de la­quelle les put­schistes ont uti­li­sé des chas­seurs et des hé­li­co­ptères, mais aus­si des chars, pour bom­bar­der le par­le­ment et d'autres édi­fices of­fi­ciels à An­ka­ra et ten­ter de s'em­pa­rer du pou­voir. Les or­ga­ni­sa­tions de dé­fense des droits de l'homme ac­cusent le pré­sident Er­do­gan de se ser­vir du putsch man­qué pour mu­se­ler toute op­po­si­tion dans le pays qui sou­haite pour­tant en­trer dans l'union eu­ro­péenne.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.