Eau trouble

Le Temps (Tunisia) - - ARTS & CULTURE -

L’es­pace “Car­ré d’art “a ac­cueilli mar­di après mi­di l’ar­tiste dan­seur Florent Ni­kié­ma qui y a pré­sen­té son spec­tacle cho­ré­gra­phique « Ko­ben­dé » dans le cadre de la 18ème ses­sion des Jour­nées Théâ­trales de Car­thage.

Seul sur scène du dé­but à la fin, l’ar­tiste se joue de l’es­pace et des lu­mières. Il exé­cute ses pas de danse avec l’agi­li­té d’un fé­lin, la sou­plesse d’un ath­lète et la force d’un guer­rier. Fort de ses ori­gines afri­caines, il conquiert la scène par­celle par par­celle. Il ap­pa­raît d’abord dans le noir, sim­ple­ment vê­tu d’un tis­su sa­ti­né blanc qu’il noue au des­sus de son nom­bril. Les pas sont lan­gou­reux. Il est can­ton­né dans un cercle de lu­mière puis à me­sure que le rythme ac­cé­lère, l’es­pace de lu­mière s’élar­git, l’ar­tiste se dé­vê­tit et les gestes de­viennent plus ra­pides, plus brusques.

En dan­sant ain­si, que cherche à trans­mettre l’ar­tiste ? Un mes­sage d’es­poir et un ap­pel à la vie. La ma­gie de la vie, c’est jus­te­ment le fil qui nous y re­tient. La force de notre corps, c’est le mou­ve­ment. Jus­te­ment, quel est ce mys­tère qui nous per­met de nous mou­voir et de com­mu­ni­quer par le corps, qui in­flue sur nos actes, qui in­flue notre culture, qui im­pacte notre être et dé­cide de notre ap­pa­rence phy­sique ? « Ko­ben­dé » est un hymne à la paix mais pas n’im­porte la­quelle, la paix avec son en­vi­ron­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.