Er­do­gan me­nace l’eu­rope d’ou­vrir les fron­tières aux mi­grants

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le pré­sident turc Re­cep Tayyip Er­do­gan a me­na­cé, hier, d’ou­vrir ses fron­tières pour lais­ser pas­ser les mi­grants vers l’eu­rope, au len­de­main d’un vote du Par­le­ment eu­ro­péen de­man­dant le gel des né­go­cia­tions d’adhé­sion de la Tur­quie. L’al­le­magne a im­mé­dia­te­ment ré­pli­qué, af­fir­mant que «me­na­cer» le pacte Ue-tur­quie sur les mi­grants «n’avance à rien».

Un ac­cord sur les mi­grants contro­ver­sé

Cette es­ca­lade sur­vient après des se­maines d’échanges acerbes entre An­ka­ra et Bruxelles, qui ac­cuse les au­to­ri­tés turques de ma­tra­quer l’op­po­si­tion dans la fou­lée de la ten­ta­tive de coup d’etat en juillet. Cette tem­pête di­plo­ma­tique fait tan­guer un pacte contro­ver­sé, conclu en mars, entre le gou­ver­ne­ment turc et L’UE qui a per­mis d’as­sé­cher le flux de pas­sages clan­des­tins re­joi­gnant l’eu­rope par les îles grecques en mer Egée. «Lorsque 50 000 mi­grants se sont amas­sés au poste-fron­tière de Ka­pi­kule (à la fron­tière tur­co-bul­gare), vous avez crié à l’aide. Vous avez com­men­cé à vous de­man­der : ‘Que fe­rons-nous si la Tur­quie ouvre ses fron­tières ?’», a dé­cla­ré le pré­sident Er­do­gan hier.

Ecou­tez-moi bien. Si vous al­lez plus loin, ces fron­tières s’ou­vri­ront, met­tez-vous ça dans la tête. Cet aver­tis­se­ment abrupt sur­vient à quelques mois de scru­tins ma­jeurs en Eu­rope, dont une élec­tion pré­si­den­tielle en France et des élec­tions fé­dé­rales en Al­le­magne, deux pi­liers eu­ro­péens confron­tés à la mon­tée des po­pu­lismes et où la ques­tion mi­gra­toire risque d’être cen­trale. Le pacte sur les mi­grants a per­mis de ré­duire à quelques di­zaines le nombre de per­sonnes ga­gnant quo­ti­dien­ne­ment les îles grecques en mer Egée, contre plu­sieurs mil­liers au pic de l’exode vers l’eu­rope, au cours de l’été 2015.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.