Plus de 80 ci­vils tués dans des vio­lences

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le conseiller spé­cial des Na­tions unies pour la pré­ven­tion du gé­no­cide a an­non­cé ven­dre­di être en pos­ses­sion d’élé­ments in­di­quant que des mi­lices en Cen­tra­frique ont pour­chas­sé et mas­sa­cré des membres de la com­mu­nau­té peule, tuant 85 ci­vils cette se­maine. Des heurts ont écla­té lun­di à Bria, une ville à 600 km au nord-est de la ca­pi­tale, Ban­gui, entre deux groupes re­belles ri­vaux ex-sé­lé­ka mu­sul­mans, le Front po­pu­laire pour la re­nais­sance de la Cen­tra­frique (FRPC) et l’union pour la Paix en Cen­tra­frique (UPC). L’UPC compte une ma­jo­ri­té de Peuls, com­mu­nau­té mu­sul­mane is­sue de ber­gers no­mades de la ré­gion sa­hé­lo-sa­ha­rienne, ré­par­tis dé­sor­mais dans une quin­zaine de pays en Afrique de l’ouest et du centre. Dans un com­mu­ni­qué, le conseiller spé­cial des Na­tions unies pour la pré­ven­tion du gé­no­cide, Ada­ma Dieng, a an­non­cé que le FRPC avait ci­blé des Peuls à Bria, fouillant chaque mai­son avant de tuer, de piller ou de vo­ler les ha­bi­tants. Les com­bat­tants des FPRC sont éga­le­ment en­trés dans un hô­pi­tal où ils ont em­pê­ché des per­sonnes peules bles­sées de re­ce­voir des soins. Outre les 85 ci­vils tués, en­vi­ron 76 per­sonnes ont été bles­sées et près de 11.000 dé­pla­cées par les vio­lences, a pré­ci­sé Ada­ma Dieng. La ville de Bam­ba­ri, à 200 km au sud-ouest de Bria, a aus­si été le théâtre de heurts entre les deux groupes.

Les vio­lences de cette se­maine re­pré­sentent les plus im­por­tantes com­mises à l’égard de mi­no­ri­tés de­puis la fin de l’opé­ra­tion fran­çaise San­ga­ris le 31 oc­tobre. Il re­vient dé­sor­mais prin­ci­pa­le­ment aux 12.500 casques bleus de la Mi­nus­ca, ap­puyés par l’union eu­ro­péenne, d’as­su­rer la sé­cu­ri­té. La mis­sion de l’onu a ren­for­cé sa pré­sence à Bria afin d’évi­ter de nou­velles vio­lences.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.