"No Man's Love" de Ni­dhal Chat­ta Les er­rances de Ha­kim

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ha­tem BOURIAL

Avec Lot­fi Ab­del­li et Fe­thi Hed­daoui à l'af­fiche, "No Man's Love" de Ni­dhal Chat­ta a toutes les chances d'ac­cro­cher le grand pu­blic. Comme un conte phi­lo­so­phique, ce film nous met face à un homme à la dé­rive qui tente de re­prendre son des­tin en main. Sur nos écrans à par­tir du 30 no­vembre... C'est à par­tir d'au­jourd'hui que le film "No Man's Love" de Ni­dhal Chat­ta fait sa sor­tie sur les écrans tu­ni­siens. L'at­tente pour dé­cou­vrir ce film au­ra au fi­nal du­ré seize ans. En ef­fet, après s'être dis­tin­guée aux JCC 2000, cette oeuvre n'a pas fait de sor­tie com­mer­ciale ni même cir­cu­lé dans le cir­cuit cultu­rel. Les obs­tacles sont dé­sor­mais le­vés et voi­ci ce film de Chat­ta, pro­duit en l'an 2000 qui va à la ren­contre du pu­blic sous un double titre puisque "No Man's Love" s'in­ti­tule aussi "Kol Trab", en langue arabe.

Avec Lot­fi Ab­del­li et Fe­thi Hed­daoui à l'af­fiche, "No Man's Love" de Ni­dhal Chat­ta a toutes les chances d'ac­cro­cher le grand pu­blic. Comme un conte phi­lo­so­phique, ce film nous met face à un homme à la dé­rive qui tente de re­prendre son des­tin en main. Sur nos écrans à par­tir du 30 no­vembre...

C'est à par­tir d’au­jourd’hui que le film "No Man's Love" de Ni­dhal Chat­ta fait sa sor­tie sur les écrans tu­ni­siens. L'at­tente pour dé­cou­vrir ce film au­ra au fi­nal du­ré seize ans. En ef­fet, après s'être dis­tin­guée aux JCC 2000, cette oeuvre n'a pas fait de sor­tie com­mer­ciale ni même cir­cu­lé dans le cir­cuit cultu­rel. Les obs­tacles sont dé­sor­mais le­vés et voi­ci ce film de Chat­ta, pro­duit en l'an 2000 qui va à la ren­contre du pu­blic sous un double titre puisque "No Man's Love" s'in­ti­tule aussi "Kol Trab", en langue arabe. Un homme et sa tra­ver­sée du dé­sert Ce der­nier titre pour­rait être lit­té­ra­le­ment tra­duit par "Rien que de la pous­sière" et semble se ré­fé­rer au par­cours chao­tique de Ha­kim, le per­son­nage prin­ci­pal du film. Si­tuée aux confins du temps, dans un monde ima­gi­naire, l'ac­tion de "No Man's Love" est d'abord struc­tu­rée par les er­rances de Ha­kim, en proie à des tour­ments qui le tor­turent et ob­sé­dé par les images de sa soeur dé­cé­dée.

Fai­sant face à un frère aî­né qui cherche à lui im­po­ser son au­to­ri­té, Ha­kim se cherche, tâ­tonne, tré­buche, ne par­vient pas à se for­ger une iden­ti­té forte. En quête de sa propre vé­ri­té, il va ac­cep­ter une mis­sion mys­té­rieuse. A bord d'une vieille guim­barde, il va ef­fec­tuer une tra­ver­sée du dé­sert, un par­cours réel qui a aussi va­leur de mé­ta­phore. C'est aux ordres de Fé­rid, un homme puis­sant et re­dou­té, que Ha­kim va obéir dans cette équi­pée au bout de la­quelle il de­vrait en­fin s'ac­com­plir. Dès lors, le film de­vient une in­tros­pec­tion sur fond de tra­ver­sée du dé­sert, une ren­contre avec soi tou­jours dif­fé­rée. Road mo­vie et aussi ana­lyse d'un per­son­nage qui dé­rive, "No Man's Love" nous laisse face à une at­tente lan­ci­nante: Ha­kim sau­ra-t-il bri­ser ses chaines et af­fron­ter la réa­li­té? Quel homme de­vien­dra-t-il au bout de ce long et mys­té­rieux voyage?

Un cas­ting de qua­li­té La fable du film de Ni­dhal Chat­ta l'ap­pa­rente à un conte phi­lo­so­phique, la ca­thar­sis d'un homme af­fron­tant son des­tin. Le cas­ting par contre dé­passe ce ca­rac­tère ex­pé­ri­men­tal en nous met­tant de­vant deux monstres sacrés de la scène tu­ni­sienne.

En ef­fet, Lot­fi Ab­del­li et Fe­thi Hed­daoui se par­tagent l'af­fiche de "No Man's Love". Ce der­nier avait ob­te­nu aux JCC 2000 le prix du meilleur se­cond rôle mas­cu­lin alors que le film était dis­tin­gué par le prix de la meilleure oeuvre. De­puis, bien de l'eau a cou­lé sous les ponts aussi bien pour les in­ter­prètes que pour le réa­li­sa­teur et, seize ans plus tard, c'est la fraî­cheur des dé­buts de tout cette équipe que le pu­blic va re­trou­ver. Le cas­ting du film est com­plé­té par Hai­fa Bou­zoui­ta, Yas­mine Bah­ri, Fe­rid Mem­miche et Mo­ha­med Ali Ben Jemaa. C'est à par­tir d’au­jourd’hui que ce film se­ra sur les écrans avec pour la salle Amil­car quatre pro­jec­tions par jour. Avec cette fic­tion de 82 mi­nutes, Ni­dhal Chat­ta réa­li­sait en 2000 sa pre­mière oeuvre après avoir été à l'ori­gine de plu­sieurs films courts. C'est avec cu­rio­si­té et dé­sir de re­trou­ver un ci­néaste at­ta­chant et un cas­ting de qua­li­té que le pu­blic ira à la dé­cou­verte de "No Man's Love".

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.