Mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion à l’hô­pi­tal de la Rab­ta

Le Temps (Tunisia) - - Proximite - Sa­lah BEN HA­MA­DI

Les mé­de­cins et les cadres pa­ra­mé­di­caux de l’hô­pi­tal uni­ver­si­taire de la Rab­ta ont por­té, mar­di 29 no­vembre, le bras­sard rouge «en signe de pro­tes­ta­tion contre la dégradation alar­mante de la si­tua­tion dans cet hô­pi­tal pu­blic, vieux de quelques 120 ans, à tous les points de vue, met­tant en dan­ger réel la vie des ma­lades, se­lon le syn­di­cat de base de la Rab­ta, re­le­vant de la fé­dé­ra­tion de la san­té au sein de L’UGTT, et le syn­di­cat de base de la Rab­ta des mé­de­cins, den­tistes et pharmaciens hos­pi­ta­lou­ni­ver­si­taires qui ont ap­pe­lé à ce mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion. Lors d’un point de presse te­nu, à cette oc­ca­sion, à l’hô­pi­tal de la Rab­ta, le se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat de base, Ab­del­fat­tah Aya­ri, et la re­pré­sen­tante du syn­di­cat de base de la Rab­ta des mé­de­cins, den­tistes et pharmaciens hos­pi­ta­lo-uni­ver­si­taires, Ha­bi­ba Mi­zou­ni, ont an­non­cé l’organisation d’autres ac­tions de pro­tes­ta­tion, dans la pé­riode à ve­nir, dont une marche à par­tir de l’hô­pi­tal vers le mi­nis­tère de la San­té pu­blique et autres formes de pro­tes­ta­tion, y com­pris des grèves et des ar­rêts de tra­vail. Ils ont re­je­té la res­pon­sa­bi­li­té de cette dégradation de la si­tua­tion sur l’au­to­ri­té de tu­telle, rap­pe­lant que confor­mé­ment au com­mu­ni­qué pu­blié à l’is­sue de la der­nière réunion de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive de L’UGTT, il a été dé­ci­dé de dé­po­ser une plainte au­près des ju­ri­dic­tions com­pé­tentes contre la mi­nistre de tu­telle en vue d’an­nu­ler son ar­rê­té du 18 oc­tobre 2016, mo­di­fiant l’ar­rê­té du 17 dé­cembre 2013 qui fixe les normes et in­dices de be­soins en équi­pe­ments ma­té­riels lourds, comme les scan­ners et les IRM. Le nou­vel ar­rê­té, ont-ils es­ti­mé, a li­bé­ra­li­sé lar­ge­ment l’ac­qui­si­tion de pa­reils équi­pe­ments lourds, ce qui risque de dés­équi­li­brer l’offre et la de­mande dans ce do­maine au dé­tri­ment des hô­pi­taux pu­blics. A cet égard, ils ont in­di­qué que l’hô­pi­tal uni­ver­si­taire de la Rab­ta, ré­pu­té pour être l’hô­pi­tal pu­blic du peuple et des couches éco­no­mi­que­ment faibles de Tunis et de l’intérieur du pays, se trouve en grandes dif­fi­cul­tés fi­nan­cières oc­ca­sion­nant de sé­rieux manques d’ap­pro­vi­sion­ne­ment avec de graves per­tur­ba­tions de l’ac­ti­vi­té sa­ni­taire: des opé­ra­tions an­nu­lées du fait de l’ab­sence de consom­mables, de bi­lans non réa­li­sés du fait de l’ab­sence de ré­ac­tifs… «La somme que doit à ce jour la CNAM à l’hô­pi­tal de la Rab­ta se chiffre en mil­liards, au­tant de manque dans les re­cettes et de dé­fi­cit du bi­lan fi­nan­cier et de ma­té­riels et consom­mables non pour­vus, ont ajou­té les deux res­pon­sables syn­di­caux qui ont dé­non­cé l’iner­tie de l’au­to­ri­té de tu­telle face à cette ago­nie de l’hô­pi­tal et des autres CHU, à cause de ce qu’ils ont ap­pe­lé «une mar­gi­na­li­sa­tion dé­li­bé­rée du sec­teur pu­blic de la san­té au pro­fit du sec­teur pri­vé. En ef­fet ont-ils dit, au mo­ment où les re­ve­nus de la CNAM pro­viennent ma­jo­ri­tai­re­ment des fonc­tion­naires et des agents de l’etat et des col­lec­ti­vi­tés pu­bliques, les rem­bour­se­ments vont à hau­teur de 80% aux cli­niques pri­vées et au sec­teur pri­vé en gé­né­ral. Aussi, la conti­nui­té des soins se trouve en pé­ril dans la plu­part des éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers pu­blics, ont-ils sou­li­gné. Ce point de presse a été pré­sen­té comme un cri d’alarme adres­sé aux ci­toyens et à l’opi­nion pu­blique pour les in­for­mer que les mé­de­cins et les cadres pa­ra­mé­di­caux ne sont pas res­pon­sables des in­suf­fi­sances des pres­ta­tions dans le sec­teur pu­blic de san­té, mais qu’au contraire, ils n’as­pirent qu’à four­nir aux ma­lades les meilleures pres­ta­tions avec la qua­li­té et la di­li­gence re­quises.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.