La paix so­ciale est-elle menacée ?

Le Temps (Tunisia) - - Proximite - Sal­ma Bou­raoui

L’union gé­né­rale tu­ni­sienne du tra­vail (UGTT) a pu­blié un com­mu­ni­qué, lun­di, pour in­for­mer que le pré­avis de sa grève gé­né­rale dans le sec­teur pu­blic, pré­vue pour le 8 dé­cembre, a of­fi­ciel­le­ment été si­gné par le se­cré­tai­re­gé­né­ral de la cen­trale syn­di­cale. Ac­cu­sant le gouvernement de dé­cré­di­bi­li­ser les né­go­cia­tions et des ac­cords conclus entre les par­te­naires so­ciaux, L’UGTT a of­fi­ciel­le­ment in­for­mé la pré­si­dence du gouvernement de la grève gé­né­rale si ja­mais au­cun ac­cord ne se­ra trou­vé d’ici là entre les deux par­ties en ce qui concerne les ma­jo­ra­tions sa­la­riales pour la Fonc­tion pu­blique. La veille de la pu­bli­ca­tion de ce pré­avis, le bu­reau ré­gio­nal de L’UGTT à Sfax a or­ga­ni­sé un grand ras­sem­ble­ment dans la ville pour ma­ni­fes­ter son désac­cord avec la po­li­tique du gouvernement d’union na­tio­nale qui, se­lon la cen­trale syn­di­cale, en­freint, avec l’ar­ticle du re­port des aug­men­ta­tions sa­la­riales, et la conti­nui­té de l’etat et le Pacte de Car­thage au­quel L’UGTT avait pris part au mois d’août der­nier. Ven­dre­di 25 no­vembre, une séance de né­go­cia­tion entre les deux par­ties s’est sol­dée par un échec. Ayant cam­pé sur sa po­si­tion à sa­voir la né­ces­si­té de ver­ser les aug­men­ta­tions sa­la­riales à temps, à par­tir du mois de jan­vier 2017, L’UGTT a ‘te­nu pa­role’ en al­lant vers la grève gé­né­rale. De son cô­té, le gouvernement a pro­po­sé que le ver­se­ment des ma­jo­ra­tions sa­la­riales se fasse à par­tir du mois d’oc­tobre 2017, sa­chant que les aug­men­ta­tions des neufs pre­miers mois de la même an­née soient ver­sées, sur des échéances, à par­tir de l’an­née 2018. Cette pro­po­si­tion a été qua­li­fiée de non-sé­rieuse de la part de la partie syn­di­cale. Tou­te­fois, le pro­blème ne ré­side pas uni­que­ment entre ces deux par­ties. L’UGTT mène une autre ba­taille pour la re­prise des né­go­cia­tions des aug­men­ta­tions dans le sec­teur pri­vé. Ac­cu­sant l’union tu­ni­sienne de l’in­dus­trie, du commerce et de l’ar­ti­sa­nat (UTICA) de tout faire afin de blo­quer le dé­mar­rage des né­go­cia­tions dans le sec­teur pri­vé, la cen­trale syn­di­cale semble n’avoir peur de rien. Lors d’un mee­ting à Mahdia, le se­cré­taire-gé­né­ral ad­joint de L’UGTT, Sa­mi Tah­ri, a ac­cu­sé l’organisation pa­tro­nale de se ca­cher der­rière la crise éco­no­mique que vit le pays et quelques en­tre­prises afin de re­tar­der les­dites né­go­cia­tions. Tah­ri a ex­pli­qué que si ja­mais les aug­men­ta­tions sa­la­riales n’étaient pas ap­pli­quées dans des dé­lais brefs, L’UGTT ira vers la grève gé­né­rale dans le sec­teur pri­vé. Re­bon­dis­sant sur ces pro­pos, le membre du bu­reau exé­cu­tif de L’UTICA, Ha­bib Tas­tou­ri, a in­di­qué, dans une dé­cla­ra­tion ra­dio­pho­nique, que la cen­trale pa­tro­nale ne compte pas fuir les né­go­cia­tions mais qu’elle est elle-même pré­oc­cu­pée par la san­té fi­nan­cière des en­tre­prises qui sont au­jourd’hui ap­pe­lées à payer plus d’im­pôt. Sol­li­ci­té de ré­pondre au nom de L’UTICA à la me­nace de la grève gé­né­rale, Ha­bib Tas­tou­ri a as­su­ré que l’organisation ne compte pas su­bir la pres­sion et que les pa­trons aussi ont droit d’ob­ser­ver une grève. ‘Si les ou­vriers et les fonc­tion­naires ont le droit consti­tu­tion­nel de faire la grève, nous de­man­dons à ce que notre droit d’in­ter­dire le tra­vail (pen­dant quelques jours, en guise de grève) soit, lui aussi, ins­crit dans la Cons­ti­tu­tion.’

Il est clair que la paix so­ciale, qu’a entre autres vi­sée le pré­sident de la Ré­pu­blique, Bé­ji Caïd Es­seb­si, avec son ini­tia­tive de for­ma­tion du gouvernement d’union na­tio­nale, se re­trouve au­jourd’hui sé­rieu­se­ment menacée. Le gouvernement et L’UTICA iront cer­tai­ne­ment vers le re­port des aug­men­ta­tions sa­la­riales ce qui ne fe­ra qu’en­cou­ra­ger L’UGTT à main­te­nir la pres­sion et à confir­mer ses mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion et ses grèves. Ces mou­ve­ments so­ciaux qui semblent in­évi­tables pour tout le monde ne fe­ront qu’em­pi­rer la si­tua­tion du pays qui s’ap­prête à vivre l’une de ses plus dif­fi­ciles an­nées.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.