Maux et remèdes

Le Temps (Tunisia) - - Faits De Société -

Sur le vif

La Tu­ni­sie cé­lèbre chaque an­née, la jour­née mon­diale et na­tio­nale de l’en­vi­ron­ne­ment et la jour­née na­tio­nale de la pro­pre­té et de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.et pour­tant la pol­lu­tion reste un vrai pro­blème me­na­çant la san­té des ci­toyens et af­fec­tant la beau­té des fo­rêts et des mer­veilleux sites tu­ni­siens. A titre d’exemple la fo­rêt de Ra­dés est de plus en plus dé­lais­sée avec l’amon­cel­le­ment d’or­dures ça et là et le manque top­tal d’en­tre­tien. Pour­tant c’est dans cette fo­rêt que les ha­bi­tants de la ville ain­si que ceux des en­vi­rons, viennent se dé­las­ser, qui en fai­sant du jog­ging et qui en ve­nant pro­me­ner ses en­fants, et prendre un bol d’air frais. Idem pour la fo­rêt de Ham­mam Echatt et Borj Cé­dria, de plus en plus pol­luée par les dé­chets et les or­dures. Le ci­toyen est en l’oc­cur­rence, en grande partie res­pon­sable, car il est le pre­mier à veiller à la pro­pre­té de ces en­droits. Ja­dis, des pique-niques ou des cam­pings étaient or­ga­ni­sés par des jeunes scouts ou dans le cadre des co­lo­nies de va­cances. Le pre­mier sou­ci des mo­ni­teurs et des guides était de veiller à la pro­pre­té du site.

Al­lez faire un tour au­jourd’hui dans ces en­droits, et vous de­vi­ne­rez se­lon les dé­chets que des scouts ou des jeunes sont pas­sés par là en lais­sant çà et là des bou­teilles vides en plas­tique, des boites de conserves ou des éplu­chures de fruits. Qu’est-ce que ça leur au­rait coû­té de ran­ger tous ces dé­chets dans des sa­chets­pou­belles pour les je­ter ul­té­rieu­re­ment dans les conte­neurs à or­dures. Ce phé­no­mène se re­pro­duit quo­ti­dien­ne­ment et par­tout dans les fo­rêts et éga­le­ment sur les plages et dans cer­tains en­droits de la ville, ou de la Mé­di­na de Tunis. En al­lant du cô­té de la rue El Mak­tar, me­nant à Souk El Blat, vous êtes es­to­ma­qué de voir des or­dures je­té ça et là, cau­sant une nui­sance avec les odeurs et at­ti­rant les mul­tiples in­sectes nui­sibles.

Certes il y a des plans d’ac­tion éla­bo­rés en vue de ré­duire la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique dans les dif­fé­rentes ré­gions du pays de 5 à 20%, à l’ho­ri­zon de 2020, par l’agence na­tio­nale de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment (ANPE). Mais cer­tains manque de mo­ti­va­tion. Ces plans portent sur la cons­ti­tu­tion d’une pla­te­forme de contrôle conti­nu dans les en­tre­prises éner­gi­vores et les plus pol­luantes en Tu­ni­sie en vue de s’as­su­rer de l’ef­fi­ca­ci­té des ou­tils uti­li­sés dans la lutte contre la pol­lu­tion.

Autre source de pol­lu­tion, les dé­chets de construc­tion, qui sont souvent lais­sés plu­sieurs jours avant qu’ils ne soient ra­mas­sés. C’est à la mu­ni­ci­pa­li­té de la ville de veiller par tous les moyens à ce que ces gra­vas soient le­vés, par le res­pon­sable, sous peine d’amende et d’as­treinte jour­na­lière. L’ANPE ne cesse de se dé­ployer pour évi­ter la le­vée de ces gra­vas. A cet égard, 6 équipes de tra­vail com­po­sées d’ex­perts en contrôle et d’agents de l’ad­mi­nis­tra­tion ont été for­mées. Elles se char­ge­ront d’as­sis­ter les ser­vices concer­nés dans l’iden­ti­fi­ca­tion et le trai­te­ment des sources de pol­lu­tion

Il ne faut pas né­gli­ger par ailleurs, la pol­lu­tion par les usines. En réa­li­té il faut éga­le­ment des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion dans les dif­fé­rentes ré­gions du pays en vue d’in­ci­ter les ci­toyens à agir à l’unis­son afin de ré­duire la pol­lu­tion par tous les moyens. Il en va de la né­ces­si­té de la pré­ser­va­tion de l’image du pays et de la pré­ser­va­tion de la san­té de ses ci­toyens, la pol­lu­tion étant à l’ori­gine de plu­sieurs ma­la­dies graves, telles que les ma­la­dies can­cé­reuses, car­dio­vas­cu­laires et res­pi­ra­toires.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.