« Nous sommes en droit d’as­pi­rer à un trai­te­ment dif­fé­ren­cié »

Bé­ji Caïd Es­seb­si au Par­le­ment eu­ro­péen à Bruxelles:

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Le pré­sident de la Ré­pu­blique, Bé­ji Caïd Es­seb­si, a ap­pe­lé, hier, du haut de la tri­bune du Par­le­ment eu­ro­péen, à Bruxelles, à la né­ces­si­té de bâ­tir une re­la­tion stra­té­gique forte et pros­père entre la Tu­ni­sie et l’eu­rope, à la hau­teur des en­jeux et dé­fis ac­tuels.

La Tu­ni­sie, a-t-il dit, a tou­jours su main­te­nir des liens so­lides et étroits avec l’eu­rope. Ces liens doivent consti­tuer le socle sur le­quel nous de­vons bâ­tir, au­jourd’hui, une re­la­tion stra­té­gique forte entre la Tu­ni­sie et l’eu­rope, à la hau­teur des en­jeux et dé­fis ac­tuels. Notre ex­pé­rience dé­mo­cra­tique qui a fran­chi d’im­por­tantes étapes reste vul­né­rable. Et « l’ex­cep­tion tu­ni­sienne « a be­soin plus que ja­mais d’un sou­tien fort des par­te­naires eu­ro­péens car le suc­cès de la dé­mo­cra­tie tu­ni­sienne est non seule­ment dans l’in­té­rêt de la Tu­ni­sie mais éga­le­ment de l’eu­rope. Une Tu­ni­sie dé­mo­cra­tique, forte et pros­père contri­bue­ra à sta­bi­li­ser le voi­si­nage sud de L’UE, a-t-il sou­te­nu.

Le pré­sident de la Ré­pu­blique, Bé­ji Caïd Es­seb­si, a ap­pe­lé, hier, du haut de la tri­bune du Par­le­ment eu­ro­péen, à Bruxelles, à la né­ces­si­té de bâ­tir une re­la­tion stra­té­gique forte et pros­père entre la Tu­ni­sie et l’eu­rope, à la hau­teur des en­jeux et dé­fis ac­tuels. La Tu­ni­sie, a-t-il dit, a tou­jours su main­te­nir des liens so­lides et étroits avec l’eu­rope. Ces liens doivent consti­tuer le socle sur le­quel nous de­vons bâ­tir, au­jourd’hui, une re­la­tion stra­té­gique forte entre la Tu­ni­sie et l’eu­rope, à la hau­teur des en­jeux et dé­fis ac­tuels. Notre ex­pé­rience dé­mo­cra­tique qui a fran­chi d’im­por­tantes étapes reste vul­né­rable. Et « l’ex­cep­tion tu­ni­sienne « a be­soin plus que ja­mais d’un sou­tien fort des par­te­naires eu­ro­péens car le suc­cès de la dé­mo­cra­tie tu­ni­sienne est non seule­ment dans l’in­té­rêt de la Tu­ni­sie mais éga­le­ment de l’eu­rope. Une Tu­ni­sie dé­mo­cra­tique, forte et pros­père contri­bue­ra à sta­bi­li­ser le voi­si­nage sud de L’UE, a-t-il sou­te­nu. Bé­ji Caïd Es­seb­si es­time pri­mor­dial de faire évo­luer les re­la­tions tun­sio-eu­ro­péennes vers une ap­proche of­frant de nou­velles pers­pec­tives pour sou­te­nir ef­fi­ca­ce­ment les ef­forts de la Tu­ni­sie en ma­tière de dé­ve­lop­pe­ment et de re­lance éco­no­mique. Pour re­cou­vrir sa vi­gueur et ac­cé­lé­rer la ca­dence des ré­formes, a-t-il dit, la Tu­ni­sie s’at­telle à mettre en oeuvre les grandes ré­formes in­dis­pen­sables pour bâ­tir un mo­dèle de crois­sance du­rable et in­clu­sif. D’ailleurs, a-t-il ajou­té, le Plan de dé­ve­lop­pe­ment quin­quen­nal 2016-2020 s’in­sère lar­ge­ment dans cette op­tique. Aus­si, la ré­cente adop­tion du nou­veau Code des in­ves­tis­se­ments confirme cet en­ga­ge­ment à do­ter l’éco­no­mie tu­ni­sienne d’un cadre pro­pice à l’in­ves­tis­se­ment na­tio­nal et étran­ger. Le pré­sident Caïd Es­seb­si s’est, dans ce sens, dit sa­tis­fait que la confé­rence «Tunisia 2020» qui vient de s’ache­ver, a re­po­si­tion­né la Tu­ni­sie sur la carte in­ter­na­tio­nale d’in­ves­tis­se­ment. Il a sa­lué les par­te­naires eu­ro­péens qui ont contri­bué au suc­cès de cet évè­ne­ment éco­no­mique ma­jeur. « Les contrats si­gnés et les en­ga­ge­ments for­mu­lés à cette oc­ca­sion, té­moignent de la confiance re­nou­ve­lée vis-à-vis de la Tu­ni­sie et de son po­ten­tiel éco­no­mique «, a-t-il dit. Se fé­li­ci­tant des me­sures im­por­tantes qui ont été prises par l’union eu­ro­péenne de­puis 2011 pour sou­te­nir la Tu­ni­sie et celles an­non­cées ré­cem­ment pour ren­for­cer da­van­tage ce sou­tien, à l’ins­tar du « Plan Mar­shall «, et la conver­sion de la dette en pro­jets d’in­ves­tis­se­ments, Bé­ji Caïd Es­seb­si es­time, tou­te­fois, que « les ins­tru­ments tra­di­tion­nels de co­opé­ra­tion de­meurent in­suf­fi­sants pour ac­com­pa­gner la re­mar­quable trans­for­ma­tion en­tre­prise par la Tu­ni­sie ». «Notre pays qui vit une ex­pé­rience in­édite dans sa ré­gion, est en droit d’as­pi­rer à un trai­te­ment dif­fé­ren­cié de la part de son pre­mier par­te­naire «. « L’ex­cep­tion tu­ni­sienne doit être sou­te­nue tout comme d’autres pays en leur temps ont été sou­te­nus dans leur tran­si­tion dé­mo­cra­tique «, a es­ti­mé le chef de l’etat.

«Nous es­pé­rons que cette ini­tia­tive trouve un écho fa­vo­rable au­près des autres ins­ti­tu­tions eu­ro­péennes et des Etats membres pour la mo­bi­li­sa­tion d’un ap­pui consé­quent à la hau­teur des en­jeux et dé­fis aux­quels fait face la Tu­ni­sie. Un ap­pui dé­sor­mais es­sen­tiel pour ac­com­pa­gner la Tu­ni­sie à fran­chir cette étape cru­ciale de son his­toire «, ajoute le pré­sident de la Ré­pu­blique. Il a af­fir­mé que la Tu­ni­sie s’at­telle à mettre en oeuvre les grandes ré­formes in­dis­pen­sables pour bâ­tir un mo­dèle de crois­sance du­rable et in­clu­sif. De par sa vo­ca­tion, son His­toire an­tique et sa géo­gra­phie, notre mer com­mune doit re­don­ner goût au bras­sage des cultures et des ci­vi­li­sa­tions et re­de­ve­nir ce trait d’union qui re­lie les es­paces et les hommes et non une fron­tière qui les sé­pare, a sou­te­nu le pré­sident Caïd Es­seb­si. Cet es­poir doit être por­té en pre­mier lieu par les jeunes des deux rives. Nous de­vons, ain­si, veiller à ce que la jeu­nesse oc­cupe une place prio­ri­taire dans notre co­opé­ra­tion fu­ture, a-t-il dit, se fé­li­ci­tant des ini­tia­tives de co­opé­ra­tion mises en place par L’UE dans le do­maine de la jeu­nesse, de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur et de la re­cherche scien­ti­fique.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.