Pé­nu­rie d'eau «ca­tas­tro­phique» à Mos­soul

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Irak

«Près d’un de­mi-mil­lion de ci­vils, qui ont dé­jà du mal à se nour­rir chaque jour, sont dé­sor­mais pri­vés d’eau po­table saine. » Se­lon Lise Grande, co­or­di­na­trice des opé­ra­tions hu­ma­ni­taires de L’ONU en Irak, la ville de Mos­soul est confron­tée à une pé­nu­rie d’eau qui « va avoir des consé­quences ca­tas­tro­phiques pour les en­fants, les femmes et les fa­milles » res­tés dans la deuxième ville du pays.

Dans une dé­cla­ra­tion trans­mise pu­bliée sur son site In­ter­net, l’unicef tire donc au­jourd’hui la son­nette d’alarme, af­fir­mant que le ré­seau de dis­tri­bu­tion de Mos­soul a été en­dom­ma­gé dans les com­bats me­nés de­puis six se­maines par l'ar­mée et la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale pour dé­lo­ger l’or­ga­ni­sa­tion ter­ro­riste de l’etat is­la­mique (EI) de son der­nier grand bas­tion ira­kien.

Or « le seg­ment de ca­na­li­sa­tion à ré­pa­rer est si­tué dans une par­tie de la ville qui est tou­jours entre les mains des ter­ro­ristes de L’EI », in­ter­di­sant toute in­ter­ven­tion ra­pide, pré­cise l’or­ga­ni­sa­tion onu­sienne dans un com­mu­ni­qué.

Diar­rhées ai­guës et à des risques de mal­nu­tri­tion

«Si l’eau cou­rante n’est pas ré­ta­blie dans les pro­chains jours, les ci­vils vont de­voir uti­li­ser des sources d’eau im­propres à la consom­ma­tion, ex­po­sant les en­fants à des diar­rhées ai­guës et à des risques de mal­nu­tri­tion », aver­tit en­core l’unicef.

« L’eau, c’est la chose la plus im­por­tante. On ne se lave pas, on va at­tra­per des poux et nos mai­sons sont sales », a té­moi­gné Iman Ba­ker, 34 ans, mère de trois en­fants ins­tal­lée dans un quar­tier re­pris la veille à Daesh par les forces ar­mées. De son cô­té, Abou Ali, un ré­sident de Mos­soul-est, « cer­tains ha­bi­tants vont s’ap­pro­vi­sion­ner dans le Tigre » qui coupe la ville en deux.

Plus de 70.000 per­sonnes ont dé­jà fui les com­bats

Pour rap­pel, de­puis le lan­ce­ment de l’of­fen­sive à Mos­soul le 17 oc­tobre, plus de 70.000 per­sonnes ont fui les com­bats, mais plus d'un mil­lion de per­sonnes ha­bitent tou­jours la grande mé­tro­pole du nord de l'irak, dont 600.000 dans les quar­tiers Est.

Alors que l’hô­pi­tal de Gog­ja­li, si­tué à la sor­tie Est de Mos­soul, com­mence à voir ar­ri­ver « des cas de diar­rhées et de crampes in­tes­ti­nales, sur­tout chez les en­fants », l’in­ter­na­tio­nal Res­cue Com­mit­tee (IRC) a ré­cem­ment fait sa­voir qu’elle en­vi­sa­geait des dis­tri­bu­tions de pas­tilles pour pu­ri­fier l’eau. Ce­ci en dé­pit du fait qu’il reste tou­jours « très dif­fi­cile de se dé­pla­cer dans Mos­soul pour at­teindre la po­pu­la­tion, et très dan­ge­reux de sor­tir de chez soi, avec les sni­pers et les ex­plo­sions ».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.