Pas de siège pour l’ecosse dans les né­go­cia­tions

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

La Pre­mière mi­nistre britannique The­re­sa May a re­fu­sé ven­dre­di que les in­dé­pen­dan­tistes au pou­voir en Ecosse siègent à la table des né­go­cia­tions du Brexit, en pré­sen­tant à Edim­bourg le pro­gramme de son par­ti pour les lé­gis­la­tives du 8 juin.

«Pen­dant ces né­go­cia­tions, je né­go­cie­rai en tant que Pre­mière mi­nistre du Royaume-uni. Nous conti­nue­rons de dis­cu­ter et de tra­vailler avec le gouvernement écos­sais et les autres ad­mi­nis­tra­tions ré­gio­nales, mais con­cer­nant ceux qui se­ront à la table de né­go­cia­tions, le choix du 8 juin est très clair, ce se­ra moi ou Je­re­my Cor­byn», le chef de l’op­po­si­tion tra­vailliste, a dé­cla­ré The­re­sa May . Elle a ain­si re­je­té une de­mande de la cheffe du gouvernement écos­sais Ni­co­la Stur­geon, qui sou­haite un main­tien de l’ecosse dans L’UE ou tout du moins dans le mar­ché unique eu­ro­péen, puisque la ré­gion a ma­jo­ri­tai­re­ment vo­té contre le Brexit lors du ré­fé­ren­dum du 23 juin 2016. Mme Stur­geon avait ain­si ap­pe­lé le 14 mai les Ecos­sais à vo­ter le 8 juin pour son par­ti SNP (par­ti na­tio­nal écos­sais) pour lui don­ner les moyens «de ren­for­cer les cartes de l’ecosse dans ces né­go­cia­tions, d’ob­te­nir un siège à la table des né­go­cia­tions et d’ar­gu­men­ter en fa­veur de la pré­sence de l’ecosse dans le mar­ché unique». «Etant don­né qu’elle veut que l’ecosse quitte le Royaume-uni et que l’ecosse soit dans L’UE, on peut se de­man­der de quel cô­té de la table des né­go­cia­tions elle veut être as­sise», a fait va­loir ven­dre­di à L’AFP la cheffe des Conser­va­teurs écos­sais Ruth Da­vid­son. «Le Royaume-uni né­go­cie­ra avec les 27 membres de L’UE. Ils né­go­cie­ront pour l’en­semble du pays», a-telle dit en écho à The­re­sa May.

Celle-ci a ré­pé­té que ce n’était «pas le mo­ment» pour un se­cond ré­fé­ren­dum d’in­dé­pen­dance sus­cep­tible «de di­vi­ser» les Bri­tan­niques.

«Il ne doit pas avoir lieu s’il n’y a pas un consen­sus pu­blic» pour que ce soit le cas, a ren­ché­ri Ruth Da­vid­son. Ni­co­la Stur­geon, sou­te­nue par le par­le­ment écos­sais do­mi­né par le SNP, ré­clame à Londres la te­nue d’un se­cond ré­fé­ren­dum d’in­dé­pen­dance, après ce­lui de sep­tembre 2014. Pour le dé­pu­té SNP An­gus Ro­bert­son, «The­re­sa May est ve­nue à Edim­bourg pour faire pas­ser un mes­sage simple aux Ecos­sais: res­tez à votre place (...) Tout dé­pu­té conser­va­teur élu en Ecosse fe­ra pas­ser le Brexit dur de The­re­sa May avant les em­plois en Ecosse qu’ils de­vraient pro­té­ger», a-t-il af­fir­mé.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.