Le dé­fi­cit cou­rant se creuse, la masse mo­né­taire s’ac­croît

Le Temps (Tunisia) - - Economite & Finances - Zied DABBAR

« Le creu­se­ment du dé­fi­cit de la ba­lance cou­rante s’est pour­sui­vi pour at­teindre -4.011 mil­lions de di­nars (ou -4,1% du PIB) contre -3.037 mil­lions de di­nars à fin avril 2016 (-3,4% du PIB). A ce rythme, et en l’ab­sence de me­sures cor­rec­tives, le dé­fi­cit risque de se si­tuer, pour toute l’an­née 2017, à des ni­veaux su­pé­rieurs à ceux en­re­gis­trés au­pa­ra­vant avec des consé­quences négatives sur les ré­serves de changes et les ra­tios de l’en­det­te­ment ex­té­rieur ». C’est à tra­vers ce simple constat que les ana­lystes de la Banque Cen­trale de Tu­ni­sie, dé­plorent le creu­se­ment du dé­fi­cit cou­rant. Une si­tua­tion qui s’ac­com­pagne par l’amé­lio­ra­tion du solde de la ba­lance gé­né­rale des paie­ments qui a at­teint 530 mil­lions de di­nars contre un dé­fi­cit de 3027 mil­lions de di­nars au cours de la même pé­riode une an­née au­pa­ra­vant.

D’après les ex­pli­ca­tions avan­cées par la BCT, l’amé­lio­ra­tion de ce solde est due à des flux de re­cettes en de­vises. Il s’agit prin­ci­pa­le­ment de la mo­bi­li­sa­tion d’un em­prunt obli­ga­taire sur le mar­ché fi­nan­cier in­ter­na­tio­nal pour 850 mil­lions d’eu­ros, et le ren­for­ce­ment des in­ves­tis­se­ments di­rects étran­gers (524 mil­lions de di­nars contre 449 mil­lions de di­nars une an­née au­pa­ra­vant). Ac­crois­se­ment de la masse

mo­né­taire Tou­jours se­lon les mêmes don­nées com­mu­ni­quées par la BCT dans une note de con­jonc­ture, la masse mo­né­taire (M3) s’est ac­crue de 7,6%, à fin avril de l’an­née en cours, contre 5,6% en mars 2017 et 5,8% une an­née au­pa­ra­vant. Les ana­lyses de la BCT, ex­pliquent cette amé­lio­ra­tion prin­ci­pa­le­ment par l’ac­cé­lé­ra­tion des concours à l’éco­no­mie (+9,8% en avril 2017 contre +7,4% il y a un an) et la re­prise des créances nettes sur l’ex­té­rieur (+547 mil­lions de di­nars contre -4.085 mil­lions de di­nars au cours de la même pé­riode de 2016). Ce­pen­dant, les créances nettes sur l’etat se sont lé­gè­re­ment ra­len­ties (+19,5% en g.a contre +20%). En contre par­tie, les res­sources mo­né­taires, se sont ins­crites en hausse en mars et avril 2017 et ce, après la baisse en­re­gis­trée du­rant les deux pre­miers mois de l’an­née en cours. “Cette évo­lu­tion porte la marque d’une im­por­tante hausse des dé­pôts à vue chez les banques et d’une re­prise, en avril, des cer­ti­fi­cats de dé­pôts et des billets et mon­naie en cir­cu­la­tion. L’épargne des mé­nages a connu un ra­len­tis­se­ment après la nette re­prise ob­ser­vée tout au long de l’an­née 2016”, in­dique-t-on dans la note. Se­lon cette même note, les be­soins de li­qui­di­té se sont en­core ac­cen­tués en avril 2017. Une ac­cen­tua­tion ex­pli­quée par l’ef­fet res­tric­tif pro­ve­nant, prin­ci­pa­le­ment, de l’en­cais­se­ment de re­cettes fis­cales re­la­tives au mois de mars, dont no­tam­ment, la pre­mière tranche de la contri­bu­tion ex­cep­tion­nelle au pro­fit du bud­get de l’etat pré­vue dans la LF-2017, ain­si que le re­cours ac­cru des banques à l’achat de de­vises au­près de la Banque cen­trale pour fi­nan­cer les im­por­ta­tions des agents éco­no­miques.

C’est ain­si que l’in­ter­ven­tion de la Banque cen­trale sur le mar­ché mo­né­taire a pour­sui­vi sa hausse pour s’éta­blir en avril 2017, au-des­sus de la barre de 9 mil­liards de di­nars, contre 5.635 mil­lions de di­nars une an­née au­pa­ra­vant. Plus en­core, les cré­dits à l’éco­no­mie ont pro­gres­sé de 788 mil­lions de di­nars en avril 2017 après une pro­gres­sion im­por­tante de 1.241 mil­lions de di­nars en­re­gis­trée au mois pré­cé­dent. En glis­se­ment an­nuel, ils ont évo­lué au rythme de +9,7% contre +7,2% une an­née au­pa­ra­vant.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.