Elec­tri­ci­té : Fin du mo­no­pole de la STEG

L'Economiste Maghrébin - - Focus -

Une agence de ré­gu­la­tion du sec­teur de l’élec­tri­ci­té se­ra créée d’ici fin 2018, a an­non­cé ré­cem­ment le mi­nistre de l’Energie, des Mines et des Ener­gies Re­nou­ve­lables, Kha­led Kaddour, en marge d’un ate­lier or­ga­ni­sé à Gam­marth sur “la stra­té­gie éner­gé­tique tu­ni­sienne”.

La créa­tion de ce ré­gu­la­teur in­dé­pen­dant est l’une des re­com­man­da­tions de la Banque Mon­diale aux pays magh­ré­bins, en par­ti­cu­lier la Tu­ni­sie et le Ma­roc, et fi­gure par­mi les points prin­ci­paux de la stra­té­gie na­tio­nale de la tran­si­tion éner­gé­tique en Tu­ni­sie.

Dans le cadre de sa “vi­sion stra­té­gique pour le sec­teur tu­ni­sien de l’éner­gie”, pu­bliée en 2014, la Banque Mon­diale avait in­di­qué que l’ins­tau­ra­tion, en Tu­ni­sie, d’une struc­ture de ré­gu­la­tion in­dé­pen­dante doit se faire d’une ma­nière pro­gres­sive “parce que la fonc­tion de ré­gu­la­teur in­dé­pen­dant est nou­velle dans le sec­teur de l’éner­gie et il est né­ces­saire de pré­pa­rer et d’in­for­mer les in­ter­ve­nants sur les mo­da­li­tés et l’im­pli­ca­tion pra­tique de cette mis­sion“.

L’ins­ti­tu­tion mon­diale, qui es­time que le rôle du ré­gu­la­teur in­dé­pen­dant “se­rait d’être l’oeil cri­tique ex­terne du sys­tème ain­si qu’un ap­pui pour l’Ad­mi­nis­tra­tion“, a in­di­qué que le dé­ve­lop­pe­ment de la fonc­tion de ré­gu­la­tion pour­rait com­men­cer par la créa­tion d’une com­mis­sion de ré­gu­la­tion for­mée d’un nombre res­treint d’ex­perts pour en­suite har­mo­ni­ser et adap­ter les règles d’oc­troi des conces­sions aux nou­veaux opé­ra­teurs, pour en­suite tra­vailler sur la ta­ri­fi­ca­tion de l’élec­tri­ci­té et du gaz avec un bon ci­blage des sub­ven­tions.

Pour re­ve­nir à cette nou­velle agence, il s’agit d’une struc­ture de ré­gu­la­tion in­dé­pen­dante pour les sec­teurs de l’élec­tri­ci­té et du gaz, dont la créa­tion se jus­ti­fie no­tam­ment par l’ou­ver­ture du sec­teur éner­gé­tique aux pro­duc­teurs pri­vés et l’ac­crois­se­ment du nombre des opé­ra­teurs ac­tuels (pro­duc­tion d’éner­gie in­dé­pen­dante – IPP -, co­gé­né­ra­tion, au­to-pro­duc­teurs).

Ce choix est aus­si dic­té par la tran­si­tion éner­gé­tique que connaît la Tu­ni­sie et dont l’un des prin­ci­paux ob­jec­tifs est d’aug­men­ter la part des éner­gies re­nou­ve­lables à 30% de la pro­duc­tion élec­trique en 2030. La réa­li­sa­tion de cet ob­jec­tif né­ces­site, en ef­fet, un ar­bi­trage sur les condi­tions d’ac­cès aux ré­seaux, les prix et les in­ves­tis­se­ments.

Il s’agit en­core de contri­buer, en col­la­bo­ra­tion avec la STEG, en tant qu’ache­teur et dis­tri­bu­teur unique de l’élec­tri­ci­té, à sor­tir de la si­tua­tion de mo­no­pole et à ga­ran­tir l’adop­tion de règles trans­pa­rentes et com­munes pour réus­sir les pro­jets pri­vés d’éner­gies re­nou­ve­lables et aus­si l’in­té­gra­tion des mar­chés magh­ré­bin et eu­ro­péen.a

Le ré­gu­la­teur in­dé­pen­dant veille­ra, ain­si, à l’ap­pli­ca­tion de ces règles, ac­com­pa­gne­ra l’ou­ver­ture du sec­teur de l’élec­tri­ci­té et pré­pa­re­ra le ter­rain au dé­ve­lop­pe­ment des in­ter­con­nexions, des échanges trans­fron­ta­liers d’élec­tri­ci­té avec les pays voi­sins et aus­si avec l’Eu­rope

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.