« Le ma­na­ge­ment de risque est le mé­tier prin­ci­pal des as­su­reurs »

L'Economiste Maghrébin - - Finance & marchés -

A la veille de la 32ème confé­rence bien­nale de l’Union gé­né­rale des as­su­rances arabes (GAIF), or­ga­ni­sée du 24 au 26 juin 2018, à Ham­ma­met, sur le thème : « La trans­for­ma­tion nu­mé­rique et l’in­dus­trie de l’as­su­rance dans le monde arabe », l’Eco­no­miste Magh­ré­bin a in­ter­viewé Las­saâd Zar­rouk, se­cré­taire gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion tu­ni­sienne des so­cié­tés d’as­su­rance (FTUSA) et Di­rec­teur gé­né­ral de la MAE.

Dans cet en­tre­tien, L. Zar­rouk re­vient sur l’or­ga­ni­sa­tion et la thé­ma­tique de cette confé­rence, évoque l’im­por­tance du di­gi­tal dans l’im­pul­sion des ac­ti­vi­tés d’as­su­rance, le rôle dé­vo­lu de plus en plus au sec­teur de l’as­su­rance dans le ma­na­ge­ment des risques mul­ti­dis­ci­pli­naires et la place de la MAE dans la pro­mo­tion de l’Eco­no­mie so­ciale et so­li­daire (ESS) du pays.

La Tu­ni­sie a été choi­sie pour abri­ter cette 32ème confé­rence bien­nale de l’Union gé­né­rale des as­su­rances arabes, quel est l’en­jeu de ce choix ?

Le choix de la Tu­ni­sie pour abri­ter cet évé­ne­ment ma­jeur de di­men­sion à la fois ré­gio­nale et in­ter­na­tio­nale est une consé­cra­tion de la FTUSA à l’in­ter­na­tio­nal mais sur­tout une re­con­nais­sance in­ter­na­tio­nale de la ca­pa­ci­té et du sa­voir-faire de notre pays d’or­ga­ni­ser une ren­contre de cette en­ver­gure. Faut-il-le rap­pe­ler : outre, les quelque 350 as­su­reurs et ré­as­su­reurs arabes membres de la GAIF, pas moins de 1500 per­sonnes au to­tal vont par­ti­ci­per à ce con­grès.

C’est pour la deuxième fois que la Tu­ni­sie ac­cueille ce con­grès. La pre­mière fois re­monte au dé­but des an­nées 90.

Ce con­grès, le plus grand ras­sem­ble­ment d’as­su­reurs et de ré­as­su­reurs sur le plan in­ter­na­tio­nal, at­tire tous les as­su­reurs et ré­as­su­reurs du monde en­tier. Ce­la pour dire que nous sommes fiers d’ac­cueillir cet évé­ne­ment en Tu­ni­sie.

Mieux, ce con­grès va être le pré­lude à d’autres évé­ne­ments pan­afri­cains et arabes qui vont avoir lieu en 2019 et 2020.

A l’is­sue des tra­vaux de ce con­grès, le se­cré­ta­riat et la pré­si­dence de la GAIF re­vien­dront à la Tu­ni­sie pour un man­dat de deux ans.

A mon ni­veau, j’ai dé­jà pré­pa­ré un do­cu­ment stra­té­gique. Il se pro­pose de sen­si­bi­li­ser les par­ti­ci­pants aux avan­tages du di­gi­tal certes mais aus­si et de faire prendre conscience sur­tout de l’im­por­tance du sec­teur de l’as­su­rance pour faire face à tous les risques éco­no­miques, fi­nan­ciers so­ciaux, na­tu­rels….

Le thème de ce con­grès, en l’oc­cur­rence « La trans­for­ma­tion nu­mé­rique et l’in­dus­trie de l’as­su­rance dans le monde arabe » est d’une brû­lante ac­tua­li­té. Quelles sont les at­tentes des as­su­reurs arabes de cette ré­vo­lu­tion tech­no­lo­gique ?

La mi­gra­tion vers le di­gi­tal est un dé­fi ma­jeur que l’in­dus­trie de l’as­su­rance arabe se doit de re­le­ver dans les meilleurs dé­lais. On parle sou­vent du sec­teur ban­caire, de la mon­naie cryp­tée, de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain (tech­no­lo­gie de sto­ckage et de trans­mis­sion d’in­for­ma­tions, trans­pa­rente, sé­cu­ri­sée), qui vient consa­crer une évo­lu­tion ra­pide sur le plan mo­né­taire et ban­caire mais on ou­blie que le sec­teur de l’as­su­rance n’est

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.