Qu’est-ce que le Prin­temps arabe a chan­gé au Magh­reb ?

Un ou­vrage d’un think tank ma­ro­cain es­saie de faire le tour de la ques­tion.

L'Economiste Maghrébin - - La quinzaine maghrébine -

Pu­blié en juin 2018 par l’OCP Po­li­cy Cen­ter, un think tank ma­ro­cain, l’ou­vrage col­lec­tif sur le Prin­temps arabe sous le titre « Mu­ta­tions po­li­tiques com­pa­rées au Ma­chrek et au Magh­reb » n’a pas été as­sez com­men­té.

L’ou­vrage vaut pour­tant le dé­tour pour au moins deux ré­flexions. La pre­mière concerne le fait que les ré­vo­lu­tions arabes ont réus­si à « fé­dé­rer les ci­toyens qui n’avaient po­ten­tiel­le­ment rien en com­mun, et qui ne se se­raient pas re­trou­vés en­semble dans un autre contexte ».

Avec, à ce pro­pos, une mise en pers­pec­tive du rôle des ré­seaux so­ciaux, qui ont ac­cé­lé­ré le mou­ve­ment et per­mis de « don­ner une voix à ceux qui n’en avaient pas ».

La deuxième ré­flexion concerne ce que le do­cu­ment de l’OCP Po­li­cy Cen­ter, oeuvre de nom­breux uni­ver­si­taires et in­tel­lec­tuels, nomme la « re­mise en ques­tion du rôle de l’Etat ». Evo­quant la Tu­ni­sie, l’ou­vrage parle de « nou­veaux rap­ports entre l’Etat et les ci­toyens » et l’ « élar­gis­se­ment du dé­bat po­li­tique »

Scène de rue pen­dant le « Prin­temps arabe ». Les ré­seaux so­ciauxont ac­cé­lé­ré le mou­ve­ment

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.