TAK­ING SIDES IN POLITICS

The use of ‘left’ and ‘right’ to de­scribe po­lit­i­cal par­ties orig­i­nates in the early days of the French Revo­lu­tion, says So­phie Gard­ner-roberts

France - - Language -

Avec les élec­tions prési­den­tielles qui ap­prochent, nos col­lègues, nos proches et les mé­dias n’au­ront plus que ces deux mots à la bouche: ‘droite’ et ‘gauche’. Mais pourquoi util­isons-nous ces ter­mes pour par­ler d’idées poli­tiques ad­verses et pourquoi util­isons-nous le bleu et le rouge pour dif­férencier les par­tis ?

L’orig­ine de ‘la droite’ et ‘la gauche’ en France re­monte à l’époque de la monar­chie. Tra­di­tionelle­ment, les mem­bres du clergé et de la no­blesse se tenaient tou­jours à droite du roi, tan­dis que les mem­bres du Tiers Etat (le pe­u­ple) étaient à gauche.

En septem­bre 1789, au début de la Révo­lu­tion française, l’as­sem­blée con­sti­tu­ante se réu­nit pour dé­bat­tre du droit de veto royal ac­cordé à Louis XVI. Les défenseurs de la monar­chie s’as­sirent à droite du Prési­dent de l’as­sem­blée, alors que les de­fenseurs d’une sou­veraineté na­tionale se placèrent à sa gauche. Cette pra­tique fut en­suite util­isée bon nom­bres de fois lors de votes dans l’as­sem­blée, non pas pour des raisons idéologiques, mais pour des raisons pra­tiques: il était plus facile de compter les votes lorsque les députés étaient de part et d’autre de la salle.

C’est du­rant la troisième République française en 1871, que les ter­mes ‘droite’ et ‘gauche’ ont été adop­tés par les par­tis. Ces mots sont tou­jours util­isés pour par­ler des par­tis – même si des par­tis al­lant dans la même di­rec­tion ne sont pas for­cé­ment liés – et pour évo­quer les ten­dances poli­tiques des citoyens. Pensez à la phrase «Tu es de gauche ou de droite?» com­muné­ment util­isée dans les con­ver­sa­tions.

Le fait d’as­socier le bleu aux par­tis plus con­ser­va­teurs et le rouge aux par­tis de gauche a aussi des orig­ines his­toriques. Le rouge rap­pelle les dra­peaux rouges util­isés pen­dant la Com­mune de Paris de 1871 et représente le sang versé par les tra­vailleurs. Depuis, le rouge est resté la couleur du pe­u­ple et la rose rouge est même de­v­enue sym­bole du so­cial­isme après la Se­conde Guerre Mon­di­ale. Le bleu était la couleur de la roy­auté et du clergé, deux groupes qui étaient tra­di­tionelle­ment con­ser­va­teurs, et la couleur a gardé cette con­no­ta­tion.

With the French pres­i­den­tial elec­tions ap­proach­ing, col­leagues, fam­ily and the me­dia will only have two words in mind: ‘right’ and ‘left’. But why do we use these words to re­fer to op­pos­ing po­lit­i­cal ideas and why do we use blue and red to sep­a­rate them?

The ori­gins of ‘the right’ and ‘the left’ in France date back to the monar­chy. Tra­di­tion­ally, mem­bers of the clergy and the no­bil­ity would stand to the right of the king, while mem­bers of the Third Es­tate (com­mon­ers) were to the left.

In Septem­ber 1789, at the be­gin­ning of the French Revo­lu­tion, the Con­stituent Assem­bly gath­ered to de­bate the right of Louis XVI to have a royal veto. De­fend­ers of the monar­chy sat on the right-hand side of the chair­man while the de­fend­ers of a na­tional sovereignty placed them­selves on his left. This prac­tice was then used sev­eral times dur­ing votes in the assem­bly, not for ide­o­log­i­cal rea­sons but for prac­ti­cal ones: it was eas­ier to count votes when the mem­bers were on ei­ther side of the room.

It was in 1871, dur­ing the Third French Repub­lic, that ‘right’ and ‘left’ were adopted by the po­lit­i­cal par­ties. The words are still used to re­fer to par­ties – even though par­ties go­ing in the same po­lit­i­cal ‘di­rec­tion’ are not nec­es­sar­ily linked – and to talk about cit­i­zens’ po­lit­i­cal be­liefs. Just think of the phrase “Are you on the right or the left?” com­monly used in con­ver­sa­tions.

As­so­ci­at­ing right-wing par­ties with the colour blue and left-wing par­ties with red also has his­tor­i­cal ori­gins. Red is a re­minder of the ban­ners used dur­ing the Paris Com­mune of 1871 and rep­re­sents the blood spilled by the work­ers. Since then, red has re­mained the colour of the peo­ple, and the red rose even be­came a sym­bol of so­cial­ism af­ter World War II. Blue was the colour of roy­alty and the clergy, two tra­di­tion­ally con­ser­va­tive groups, and has there­fore re­tained that con­no­ta­tion.

Newspapers in English

Newspapers from UK

© PressReader. All rights reserved.