Pour em­pê­cher la noyade chez les en­fants

Pré­cau­tion. Chaque jour, neuf en­fants se noient au Vietnam. Des me­sures sont prises pour y faire face, dont l’ap­pren­tis­sage de la na­ta­tion. La mo­bi­li­sa­tion du sec­teur pri­vé est éga­le­ment pour­sui­vie.

Le Courrier du Vietnam - - LA UNE - HÔNG NGA/CVN

Mo­ment idéal pour se dé­tendre et se dé­ta­cher de la rou­tine et du stress du quo­ti­dien, les va­cances d’été sont, pour les en­fants, l’oc­ca­sion de se mettre ou de se re­mettre à la na­ta­tion. Ce­pen­dant, c’est aus­si le mo­ment où ils sont le plus ex­po­sés aux risques de noyade. Une réa­li­té alar­mante ! La noyade est la première cause de dé­cès par trau­ma­tisme non in­ten­tion­nel chez les en­fants au Vietnam. On es­time que de 3.000 à 4.000 en­fants et ado­les­cents se noient chaque an­née, soit 9 par jour. Se­lon des don­nées du Dé­par­te­ment de la pro­tec­tion et des soins des en­fants du mi­nis­tère du Tra­vail, des In­va­lides de guerre et des Af­faires so­ciales, le nombre de noyades d’en­fants au Vietnam est 8 à 10 fois plus éle­vé que dans les pays dé­ve­lop­pés.

Des me­sures avan­cées

«Les au­to­ri­tés, les pa­rents et les en­fants eux-mêmes sont peu conscients de ce pro­blème. L’ap­pren­tis­sage de la na­ta­tion ren­contre en­core de nom­breuses dif­fi­cul­tés, no­tam­ment en rai­son du manque de maîtres na­geurs et de pis­cines, en par­ti­cu­lier dans les zones en dif­fi­cul­té comme les com­munes pauvres», ex­plique Vu Thi Kim Hoa, chef ad­jointe du Dé­par­te­ment de la pro­tec­tion et des soins des en­fants. Se­lon une en­quête de ce dé­par­te­ment, seule­ment 35%

des en­fants dans le del­ta du Mé­kong et 10% dans ce­lui du fleuve Rouge savent na­ger. Et ce taux est en­core plus faible en zone mon­ta­gneuse, tan­dis qu’il est plus bas en ville qu’en zone ru­rale. «Ce qui ex­plique le risque par­ti­cu­liè­re­ment éle­vé de noyade

chez les en­fants», es­time Dang Hoa Nam, chef du Dé­par­te­ment de la pro­tec­tion et des soins des en­fants. De­vant ce pro­blème, le mi­nis­tère du Tra­vail, des In­va­lides de guerre et des Af­faires so­ciales éla­bore un pro­jet de po­li­tiques d’aide à la pré­ven­tion de la noyade chez les en­fants. L’ob­jec­tif est qu’en 2020, plus de 80% des en­fants âgés de 6 à 15 ans sachent na­ger et maî­trisent les tech­niques de sé­cu­ri­té en mi­lieu aqua­tique. La to­ta­li­té des villes et pro­vinces de­vront ren­for­cer leurs ré­seaux d’en­sei­gne­ment de la na­ta­tion et de la sé­cu­ri­té en mi­lieu aqua­tique, et faire en sorte de dis­po­ser d’un corps de maîtres na­geurs suf­fi­sant, dans le cadre du pro­gramme na­tio­nal de gé­né­ra­li­sa­tion de l’ap­pren­tis­sage de la na­ta­tion. La to­ta­li­té des com­munes et des quar­tiers de­vront sup­pri­mer les fac­teurs de risques de noyade chez les en­fants. De­puis des an­nées, le mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion et de la For­ma­tion prend des cir­cu­laires à l’at­ten­tion des dif­fé­rentes pro­vinces, les en­joi­gnant à mettre en place des cours de na­ta­tion en mi­lieu sco­laire. Grâce à des as­sis­tances fi­nan­cières et tech­niques mo­bi­li­sées au­près de di­verses sources, des pis­cines mo­biles sont ins­tal­lées dans des éta­blis­se­ments sco­laires, mais en trop faible nombre.

Mo­bi­li­ser la par­ti­ci­pa­tion du sec­teur pri­vé

Faute de bud­get, plu­sieurs lo­ca­li­tés sont par­ve­nues à mo­bi­li­ser le sec­teur pri­vé pour l’ap­pren­tis­sage de la na­ta­tion. L’ins­tal­la­tion ré­cente d’une «pis­cine in­tel­li­gente» dans le col­lège Hai Bôi du dis­trict de Ðông Anh, en ban­lieue de Ha­noï, en est un exemple. Se­lon Duong Thi Sáu, chef du Bu­reau de l’édu­ca­tion et de la for­ma­tion de ce dis­trict, seule­ment 30% en­vi­ron des élèves des écoles du dis­trict connaissent les tech­niques de base de la na­ta­tion, ce qui ex­plique les ac­ci­dents de noyade, fa­tals ou non, qui sur­viennent chaque an­née dans cette lo­ca­li­té qui pos­sède bien des ri­vières et des lacs. Les le­çons de na­ta­tion sont donc «par­ti­cu­liè­re­ment

né­ces­saires» pour pré­ve­nir les noyades chez les en­fants. «Chaque an­née, le bud­get lo­cal per­met à en­vi­ron 400 élèves d’ap­prendre à na­ger gra­tui­te­ment dans la pis­cine au centre du dis­trict. Mais ce chiffre est trop faible par rap­port aux be­soins. Faute de bud­get, la gé­né­ra­li­sa­tion de la na­ta­tion chez les élèves ne peut être faite qu’en mo­bi­li­sant le sec­teur pri­vé», sou­ligne Mme Sáu. Le dis­trict a donc ap­pe­lé les en­tre­prises à in­ves­tir dans l’ins­tal­la­tion de pis­cines mo­biles au sein des écoles pen­dant les trois mois des va­cances d’été. «Ce laps de temps suf­fit aux élèves pour ap­prendre à na­ger. Notre ob­jec­tif est de gé­né­ra­li­ser la na­ta­tion chez les élèves des 4e et 5e classes de pri­maire et de toutes celles du col­lège. Si ce­la fonc­tionne bien, ce mo­dèle se­ra gé­né­ra­li­sé à toutes les classes du cycle du pri­maire», in­forme-t-elle. En de­hors de Dông Anh, d’autres ar­ron­dis­se­ments et dis­tricts de Ha­noï ap­pliquent aus­si ce mo­dèle.

Anh Tuân/ VNA/CVN

Cours de na­ta­tion dans une pis­cine de Ha­noï.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.