La drogue, l’un des prin­ci­paux fléaux de notre so­cié­té

Le Viet­nam compte 210.000 toxi­co­manes, dont la moi­tié a moins de 35 ans et 8% sont mi­neurs. Pour lut­ter contre la drogue, il faut re­dou­bler d’ef­forts. Un com­bat de tous les ins­tants qui doit mo­bi­li­ser la par­ti­ci­pa­tion de toute la so­cié­té.

Le Courrier du Vietnam - - SOCIÉTÉ -

Le nombre de toxi­co­manes a tendance à aug­men­ter et s’éta­blit au­jourd’hui of­fi­ciel­le­ment à 210.000. Et en­core, ce chiffre est sous-es­ti­mé», a lan­cé en guise d’in­tro­duc­tion Nguyên Trong Dàm, vi­ce­mi­nistre du Tra­vail, des In­va­lides de guerre et des Af­faires so­ciales, lors d’un col­loque sur «les dan­gers de la drogue et notre ac­tion», or­ga­ni­sé ré­cem­ment à Ha­noï.

Tout le pays est tou­ché

Se­lon lui, ce fléau so­cial touche toutes les villes et pro­vinces, 99% des ar­ron­dis­se­ments et dis­tricts, 70% des com­munes, quar­tiers et bourgs. Et le nombre de toxi­co­manes aug­mente chaque an­née de 6% à 8%. «Ces der­nières an­nées, les drogues de syn­thèse ont dé­fer­lé au Viet­nam. Fa­ci­le­ment ac­ces­sibles, ces psy­cho­tropes hau­te­ment ad­di­tifs ciblent les jeunes qui sont à l’ori­gine de nombre d’in­frac­tions pé­nales. Le phé­no­mène +toxi­co­ma­nie­dé­lin­quance+ est en constante ex­pan­sion et une réelle me­nace pour l’ordre pu­blic. C’est pour­quoi, la pré­ven­tion et la lutte contre ce fléau exige beau­coup d’ef­forts», a sou­li­gné M. Dàm. Les études du Centre d’as­sis­tance aux ini­tia­tives sur le dé­ve­lop­pe­ment com­mu­nau­taire (SCDI) montrent que l’âge moyen de dé­but de consom­ma­tion de stu­pé­fiants est de 16 ans à Ha­noï, Hai Phong, et de 17 ans à Hô Chi Minh-Ville. De plus, le taux de re­chute après se­vrage reste éle­vé. Mal­gré le fait qu’en 2013, le gou­ver­ne­ment ait ap­prou­vé le pro­jet «Re­nou­vel­le­ment des ac­ti­vi­tés de dés­in­toxi­ca­tion au Viet­nam en 2020», le taux de re­chute os­cille entre 70% et 80%. D’après Nguyên Xuân Lâp, chef du Dé­par­te­ment de la pré­ven­tion et de la lutte contre les fléaux so­ciaux, cette si­tua­tion s’ex­plique par la trop faible du­rée du pro­ces­sus de dés­in­toxi­ca­tion dans les éta­blis­se­ments spé­cia­li­sés. En ef­fet, une cure

Lâm Khanh/ VNA/CVN

Cours de cé­ra­mique ré­ser­vé à des toxi­co­manes à Hai Phong (Nord).

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.