Des spor­tifs Viêt kiêu fiers de por­ter les cou­leurs du Vie­nam

Pa­triotes. Ils avaient une vie ai­sée dans leur pays d’ac­cueil. Ce­pen­dant, ces Viêt kiêu (Viet­na­miens de la dia­spo­ra) ont dé­ci­dé de ren­trer au Viet­nam afin de por­ter les cou­leurs na­tio­nales aux SEA Games 29 en Ma­lai­sie. Ren­contre avec un na­geur et un joueu

Le Courrier du Vietnam - - LA UNE - PHUONG NGA/CVN

Paul Nguyên Lê est un na­geur «bour­ré de ta­lent», comme le dé­crivent ses en­traî­neurs. Il est même consi­dé­ré comme l’un des plus grands es­poirs de mé­dailles aux 29es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 29), qui se tiennent du 18 au 31 août en Ma­lai­sie. Aux Cham­pion­nats du Viet­nam de na­ta­tion or­ga­ni­sés en oc­tobre 2016 à Ha­noï, sous le maillot de l’équipe d’An Giang (Sud), ce na­geur de 25 ans a fait par­ler de lui en rem­por­tant à la sur­prise gé­né­rale sept mé­dailles d’or et deux d’ar­gent au nez et à la barbe des meilleurs na­geurs du pays comme Hoàng Quý Phuoc (de Dà Nang) et Trân Duy Khôi (Hô Chi Minh-Ville). Mieux en­core, grâce à des chro­nos de 55 sec 34’ et 25 sec 57’, Paul Nguyên Lê a bat­tu deux re­cords na­tio­naux, res­pec­ti­ve­ment en 100 m et 50 m dos hommes. Ses per­for­mances ont per­mis à la dé­lé­ga­tion d’An Giang de se his­ser à la deuxième place du clas­se­ment fi­nal, juste der­rière celle de Hô Chi Minh-Ville.

Une pas­sion, un des­tin croi­sé

En 2015, Paul Nguyên Lê avait par­ti­ci­pé aux Cham­pion­nats du monde de na­ta­tion à Ka­zan, en Rus­sie, sous les cou­leurs du Viet­nam. La même an­née, il s’était qua­li­fié pour les Jeux olym­piques 2016 de Rio (Bré­sil). Ce­pen­dant, il avait man­qué les SEA Games 28 pour des ques­tions de for­ma­li­tés ad­mi­nis­tra­tives. C’est pour

quoi le fait d’être pré­sent à cette 29e édi­tion si­gni­fie beau­coup pour lui. Paul Nguyên Lê est né et a gran­di aux États-Unis, pays bien connu pour pro­duire les meilleurs na­geurs du monde. Ses pa­rents sont tous deux d’ori­gine viet­na­mienne. Di­plô­mé de l’Uni­ver­si­té du Mis­sou­ri, Paul Nguyên Lê est en train d’y faire un doc­to­rat en éco­no­mie in­ter­na­tio­nale. «J’adore à la fois la na­ta­tion et l’éco­no­mie, et je ne veux aban­don­ner au­cune de ces deux pas­sions. Je suis dé­ter­mi­né à briller aux SEA Games 29», confie-t-il, des étoiles dans les yeux. Sa mère, Nguyên Thi Tâm, ne cache pas son bon­heur : «Nous sou­hai­tons que notre fils contri­bue au suc­cès du sport viet­na­mien. Nous ai­mons le Viet­nam. Ce pays tient une place im­por­tante dans notre coeur». Le des­tin de Paul Nguyên Lê a bas­cu­lé après avoir croi­sé le che­min de la «fille en or» de la na­ta­tion viet­na­mienne, Nguyên Thi Ánh Viên, qui a dé­cro­ché huit mé­dailles d’or pour au­tant de re­cords des SEA Games 28 en 2015 à Sin­ga­pour. En 2014, Paul avait par­ti­ci­pé à une com­pé­ti­tion aux États-Unis dans la­quelle la na­geuse Ánh Viên concou­rait éga­le­ment. Après avoir ob­ser­vé ses per­for­mances, il a ren­con­tré le coach Dang Anh Tuân et ex­pri­mé le sou­hait d’in­té­grer l’équipe viet­na­mienne. Comme Paul ré­pon­dait aux cri­tères de sé­lec­tion, Dang Anh Tuân a dé­ci­dé de l’ai­der à ac­qué­rir la na­tio­na­li­té viet­na­mienne. «Paul est un spor­tif ta­len­tueux», par­tage Dang Anh Tuân. D’après lui, le jeune homme dis­pose d’une belle tech­nique, d’une forte vo­lon­té et d’une as­si­dui­té rare chez un spor­tif. Ce n’est pour rien que la pro­vince d’An Giang a si­gné un contrat à long terme avec lui. «Il est pro­mis à une belle car­rière s’il garde tou­jours son amour pour la na­ta­tion ain­si qu’un ni­veau de per­for­mance éle­vé», sou­ligne Dang Anh Tuân. Comme Paul Nguyên Lê, l’amour pour son pays d’ori­gine est la rai­son qui a in­ci­té Dinh Thanh Tâm, 27 ans, à por­ter les cou­leurs du Viet­nam.

Fiers de re­pré­sen­ter le Viet­nam

Un jour, en 2016, Thanh Tâm a ap­pris que le co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion du pre­mier Cham­pion­nat pro­fes­sion­nel de bas­ket-ball du Viet­nam (VBA) se ren­dait aux États-Unis afin de sé­lec­tion­ner des joueurs d’ori­gine viet­na­mienne pour par­ti­ci­per aux com­pé­ti­tions dans le pays. Il n’a pas hé­si­té une se­conde pour dé­po­ser sa can­di­da­ture. Grâce à ses dix ans d’ex­pé­riences en tant que spor­tif se­mi-pro­fes­sion­nel, Thanh Tâm a été ad­mis au club viet­na­mien Can­tho Cat­fish (Sud). Le ta­lent de Thanh Tâm et de ses co­équi­piers a don­né un nou­veau souffle au bas­ket-ball lo­cal. Ce sport est plus en vogue que ja­mais à Cân Tho. Les matchs de Can­tho Cat­fish at­tirent une foule de sup­por­ters qui viennent sou­te­nir le pre­mier club pro­fes­sion­nel du del­ta du Mé­kong. Avec en moyenne 19,47 points mar­qués à chaque match, Thanh Tâm est une source d’ins­pi­ra­tion pour ses co­équi­piers. Il a aus­si écrit son nom dans l’his­toire du VBA en ins­cri­vant 41 points lors d’un match contre le club Sai­gon Heat. Du ja­mais vu dans le pays. Pas éton­nant donc que Thanh Tâm ait ta­pé dans l’oeil du staff de la sé­lec­tion na­tio­nale de bas­ket­ball. Il pren­dra part aux SEA Games 29 avec le maillot rouge frap­pé de l’étoile d’or. Un rêve et, sur­tout, une im­mense fier­té. «Ces jeux réuni­ront les meilleures sé­lec­tions de la ré­gion, donc, en com­pa­rai­son avec le VBA, la concur­rence se­ra plus rude. Mais j’aime par­ti­ci­per à de grandes com­pé­ti­tions», par­tage Thanh Tâm. Et de conclure : «Ma fa­mille est fière de me voir por­ter le maillot du pays d’ori­gine. Mes co­équi­piers et moi fe­ront le maxi­mum pour que tous les Viet­na­miens, où qu’ils soient, soient fiers de nous».

CTV/CVN

Le na­geur Paul Nguyên Lê vise le po­dium aux SEA Games 29.

CTV/CVN

Thanh Tâm est de­ve­nu un pi­lier du club Can­tho Cat­fish.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.