GAS­TRO­NO­MIE

Xôi xeo Hàng Bài, bun ngan Nhàn et chè Bôn Mua sont de vé­ri­tables ins­ti­tu­tions de la res­tau­ra­tion ha­noïenne. De­ve­nues des ré­fé­rences dans leur do­maine grâce à des dé­cen­nies d’ex­pé­rience, elles sont très pri­sées des gour­mets.

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHO­TOS : MAI QUYNH/CVN

De bonnes adresses gas­tro­no­miques à Ha­noï

Xôi xeo Hàng Bài

Si­tué au car­re­four des rues Hàng Bài et Ly Thuong Kiêt, le pe­tit coin de Mây (du nom de la cui­si­nière) pro­pose du xôi xeo (riz gluant cuit à la va­peur aux ha­ri­cots mun­go) de­puis une ving­taine d’an­nées. Il ne s’agit pas vrai­ment d’un res­tau­rant mais seule­ment de… deux pa­niers en bam­bou po­sés à même le sol. Mây est en ef­fet une ven­deuse am­bu­lante, mais qui est fi­dèle à son bout de trot­toir de­puis des dé­cen­nies ! On y voit dé­fi­ler de bon ma­tin une clien­tèle des plus hé­té­ro­clites, de l’étu­diant pres­sé au re­trai­té en py­ja­ma. Le riz gluant est en­ve­lop­pé dans des feuilles de ba­na­nier, et ac­com­pa­gné de porc dé­fi­bré sé­ché et d’oi­gnons frits.

Bun ngan Nhàn

Faire la queue est de­ve­nu une ha­bi­tude pour les clients du res­tau­rant Bun ngan Nhàn (ver­mi­celles au ca­nard de Ma­dame Nhàn) dans la ruelle Trung Yên, en plein coeur de la ca­pi­tale. D’après cer­tains fins gour­mets, la sa­veur de ce bun ngan est unique, ce qui ex­plique que l’on s’y presse aux heures des re­pas. La soupe est confec­tion­née à par­tir d’os de ca­nard mi­jo­tés pen­dant des heures et de cham­pi­gnons sé­chés. Les mor­ceaux de ca­nard, très tendres, sont la base de ce plat, qui est aus­si ac­com­pa­gné de jeunes pousses de bam­bou sé­chées et de bou­lettes de viande. Le res­tau­rant est ou­vert de 10h00 à 14h00. Le pic d’af­fluence est à mi­di. Comp­tez 40.000 dôngs le bol.

Banh gio Nguyên Công Tru

Si le xôi xeo est idéal pour le pe­tit dé­jeu­ner, le banh gio (bou­lettes de riz en forme py­ra­mide), lui, est pré­fé­ré comme en-cas. S’il est ven­du par­tout dans la ville, les «fines gueules» vont de pré­fé­rence le cher­cher dans un res­tau­rant de la ruelle Nguyên Công Tru, ar­ron­dis­se­ment Hai Bà Trung. Ser­vi chaud, ce met sé­duit par sa farce com­po­sée de viande ha­chée et de cham­pi­gnons par­fu­més. On ne manque pas de l’ac­com­pa­gner de cha côm (jeune riz et ha­chis de porc mé­lan­gés et frits) et de gio (mor­ta­delle viet­na­mienne).

Chè Bôn Mùa

Le Chè Bôn Mùa a ou­vert ses portes en 1975, dans la rue Hàng Cân. C’est de­ve­nu une vé­ri­table ins­ti­tu­tion dans le Vieux quar­tier. Il s’agit d’un res­tau­rant de chè (com­pote), cette spé­cia­li­té mi-plat, mi-bois­son, à base de fruits. En été, il en pro­pose une grande va­rié­té : chè dâu xanh (aux ha­ri­cots mun­go), chè dâu den (aux ha­ri­cots noirs), sen nhan dua (aux graines de lo­tus, lon­ganes et noix de co­co) ; en hi­ver, c’est au tour du chè bà côt (riz gluant, sucre brun et gin­gembre), banh trôi tàu (bou­lettes de riz gluant avec sucre brun), luc tàu xa (des­sert d’ori­gine chi­noise com­pre­nant ha­ri­cots mun­go, graines de lo­tus, lait de co­co et peau de clé­men­tine). Si vous êtes in­té­res­sés, voi­ci les adresses de ces res­tos : - Xôi xeo Hàng Bài (car­re­four Hàng Bài – Ly Thuong Kiêt) - Bun ngan Nhàn (14, ruelle Trung Yên, rue Dinh Liêt) - Banh gio Nguyên Công Tru (mar­ché Nguyên Công Tru, ar­ron­dis­se­ment Hai Bà Trung) - Chè Bôn Mùa (4, rue Hàng Cân)

Le riz gluant aux ha­ri­cots mun­go au coin des rues Hàng Bài et Ly Thuong Kiêt est un in­con­tour­nable.

Le res­tau­rant Bun ngan Nhàn est tel­le­ment ap­pré­cié que l’on doit sou­vent faire la queue.

Chè Bôn Mua, un lieu très cou­ru des adeptes du chè, la com­pote su­crée à base de fruits.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.