Une en­sei­gnante bé­né­vole de­puis 18 ans

De­puis presque deux dé­cen­nies, Nguyên Thi Huynh Nga, 61 ans, do­mi­ci­liée à Vinh Long (Sud), donne des cours gra­tuits à des en­fants dé­fa­vo­ri­sés. Une vé­ri­table “mis­sion” qui donne du sens à son exis­tence.

Le Courrier du Vietnam - - LA UNE - HOÀNG PHUONG/CVN

Dans les an­nées 1990, lors­qu’elle en­sei­gnait à l’École pri­maire Chu Van An, ville de Vinh Long, Nguyên Thi Huynh Nga s’est trou­vée face à de nom­breux en­fants dé­sco­la­ri­sés en rai­son d’un contexte fa­mi­lial dif­fi­cile. C’est pour of­frir une chance à ces pe­tits, ne pas les lais­ser sur le bord du che­min, qu’elle a dé­ci­dé d’ou­vrir, en 1999, des cours gra­tuits à son do­mi­cile. Ses cours ont per­mis à des di­zaines d’en­fants d’ap­prendre à lire et écrire. À son dé­part à la re­traite en 2009, Mme Nga a dé­ci­dé de consa­crer tout son temps à cette mis­sion qui lui tient tant à coeur. Afin que ces pe­tits puissent al­ler en classe, elle n’hé­site pas à al­ler voir leurs pa­rents en vue de ten­ter de les convaincre. Car pour elle, tous les en­fants ont droit à la même chance. Ses élèves souffrent tous d’un han­di­cap phy­sique ou men­tal. Les uns sont tou­jours ré­ser­vés et re­fusent de s’in­té­grer au groupe. Les autres sont bruyants voire ef­fron­tés. Avec amour et pa­tience,

Pour Nguyên Thi Huynh Nga, tous les en­fants ont droit à la même chance.

l’en­sei­gnante les aide à de­ve­nir des en­fants sages, at­ten­tifs, ou­verts aux autres et res­pec­tueux de la dis­ci­pline. Elle leur re­donne aus­si confiance en eux-mêmes et en la vie, leur ouvre de nou­veaux ho­ri­zons, dif­fé­rents de ceux que leur offre le contexte fa­mi­lial. D’après elle, en­sei­gner, c’est bien plus que don­ner des cours à de jeunes en­fants. C’est aus­si et sur­tout les ac­com­pa­gner dans leur par­cours édu­ca­tif, so­cial et mo­ral.

Un exemple

Mme Nga en­seigne ac­tuel­le­ment à 35 élèves, aux par­cours de vie très dif­fé­rents. M. A, 10 ans, est or­phe­lin et por­teur du VIH. Il vit avec sa grand-mère ma­ter­nelle ma­lade et doit vendre jus­qu’à la nuit tom­bée des billets de lo­te­rie dans la rue pour ga­gner un maigre pé­cule de 100.000 dôngs par jour. Lê Thi Ngoc Trinh, 11 ans, est quant à elle af­fec­tée par le syn­drome de Down. Sa mère l’a aban­don­née et son père ma­lade ne peut tra­vailler. C’est sa grand­mère pa­ter­nel qui nour­rit toute la fa­mille, en ven­dant des billets de lo­te­rie. Trinh est très sage et a un ta­lent pour le des­sin. Lors de la Fête de la mi-au­tomne 2017, elle a même ob­te­nu un prix à un concours de pein­tures ré­ser­vé aux en­fants, or­ga­ni­sé par la pro­vince mé­ri­dio­nale de Vinh Long. “Je consacre tout mon temps à ces en­fants en si­tua­tion dif­fi­cile, confie Mme Nga. Si j’avais fon­dé une fa­mille, je ne pour­rais m’in­ves­tir au­tant. Je consi­dère ces élèves un peu comme mes en­fants. Je sou­haite leur trans­mettre des connais­sances, des va­leurs, pour qu’ils trouvent leur che­min dans la vie”. Rien ne la comble plus que de voir leur pro­grès jour­na­lier. “Leurs pa­rents et leurs proches aus­si sont joyeux. Les en­fants aiment al­ler en classe, se faire des amis, dé­cou­vrir de nou­velles choses. Je ré­serve une par­tie de ma pen­sion de re­traite pour leur ache­ter des frian­dises, du riz et du pain. Cer­tains gé­né­reux do­na­teurs leur donnent éga­le­ment des gâ­teaux et du lait”, par­tage Mme Nga. Se­lon Nguyên Trung Dân, vice-pré­sident du Co­mi­té po­pu­laire du 8e quar­tier de la ville de Vinh Long, Nguyên Thi Huynh Nga est “un exemple dans l’al­pha­bé­ti­sa­tion des en­fants dé­fa­vo­ri­sés. Elle leur donne une chance de s’in­sé­rer à la so­cié­té. Sa mis­sion et son dé­voue­ment mé­ritent vrai­ment le res­pect”.

Minh Tuân/VNA/CVN

Les élèves de Mme Nga sont tous des en­fants de fa­milles en si­tua­tion d’ex­trême pré­ca­ri­té.

Minh Tuân/ VNA/CVN

Nguyên Thi Huynh Nga donne des cours gra­tuits aux en­fants déshé­ri­tés de la ville de Vinh Long (Sud).

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.