Vac­cin contre la grippe : tous les ans, un pa­ri à gros en­jeu

Les vi­rus de la grippe évo­luent constam­ment. Ceux qui cir­culent cette an­née ne sont pas for­cé­ment ceux qui cir­cu­le­ront l'an pro­chain. C'est pour­quoi les vac­cins doivent être mo­di­fiés sou­vent.

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE -

Ima­gi­nez une par­tie de rou­lette où l'on ne mi­se­rait pas sur des nu­mé­ros mais sur des vi­rus. Chaque an­née, l'Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS) pa­rie sur ceux qui cir­cu­le­ront l'hi­ver sui­vant pour dé­ter­mi­ner avec plu­sieurs mois d'avance la com­po­si­tion du vac­cin contre la grippe. Mais con­trai­re­ment au ca­si­no, pas de place pour l'ins­tinct dans ce pa­ri-là qui peut sau­ver des vies. L'OMS s'ap­puie sur les don­nées de son ré­seau pla­né­taire. Deux fois par an, elle émet ses re­com­man­da­tions sur la com­po­si­tion des vac­cins an­ti­grippe pour l'hi­ver sui­vant : en fé­vrier pour l'hé­mi­sphère Nord et en sep­tembre pour l'hé­mi­sphère Sud. C'est sur cette base que sont en­suite éla­bo­rés les vac­cins fi­na­le­ment ad­mi­nis­trés à des mil­lions de per­sonnes huit à dix mois plus tard. Un dé­lai ren­du né­ces­saire par les pro­ces­sus de fa­bri­ca­tion. Plus les vi­rus com­po­sant les vac­cins cor­res­pondent à ceux qui cir­cu­le­ront à ce mo­ment-là, plus la vac­ci­na­tion se­ra ef­fi­cace. Cette équa­tion est simple, mais com­porte une grosse in­con­nue.

"Nous ne pou­vons dire avec cer­ti­tude quels vi­rus cir­cu­le­ront dans huit mois. Nous nous ba­sons donc sur le meilleur sys­tème de sur­veillance et d'ana­lyse pos­sible pour faire ce pa­ri, cette pro­jec­tion", sou­ligne la Doc­teur Wen­qing Zhang, res­pon­sable du Pro­gramme mon­dial de lutte contre la grippe de l'OMS. "Les vi­rus grip­paux ont une ca­pa­ci­té de mu­ta­tion énorme : pour sur­vivre, ils sont obli­gés de chan­ger se­lon des mu­ta­tions aléa­toires", ex­plique Vincent Enouf, de l'Ins­ti­tut Pas­teur à Pa­ris. Les vi­rus grip­paux res­pon­sables des épi­dé­mies sai­son­nières sont de deux types : A (di­vi­sés en sous­groupes, prin­ci­pa­le­ment H1N1 et H3N2) et B. Les re­com­man­da­tions de l'OMS portent sur des vac­cins tri­va­lents, c'est-à-dire conte­nant trois types de vi­rus (deux sous­types du vi­rus A et un de type B), et, de­puis quelques an­nées, qua­dri­va­lents (quatre types de vi­rus, deux A et deux B). "Pour l'ins­tant, l'ef­fi­ca­ci­té du vac­cin contre le H1N1 est as­sez haute, au­tour de 70%. Pour le H3N2, elle est as­sez basse, au­tour de 20%. Et pour les vi­rus de type B, ce­la va­rie de 20% à 70% se­lon les pays", in­dique Mme Zhang. Pour for­mu­ler ses re­com­man­da­tions, l'OMS ana­lyse les don­nées de ses 143 Centres na­tio­naux de la grippe, ré­par­tis dans 114 pays et re­grou­pés au sein d'un ré­seau ap­pe­lé GISRS (un acro­nyme an­glais). C'est lui qui se­rait mo­bi­li­sé en cas de pan­dé­mie comme celle de la grippe es­pa­gnole dont on com­mé­more le cen­te­naire. Ces centres sur­veillent la cir­cu­la­tion des vi­rus et col­lectent des pré­lè­ve­ments sur des pa­tients (sé­cré­tions dans la gorge, le nez...). Ils trans­mettent leurs don­nées aux six "Centres col­la­bo­ra­teurs" mon­diaux, pour abou­tir aux re­com­man­da­tions.

Les vi­rus culti­vés dans des oeufs de poules

Le ver­dict pour l'hi­ver 2018-2019 dans l'hé­mi­sphère Nord a été tom­bé le 22 fé­vrier : le vac­cin qua­dri­va­lent se­ra com­po­sé d'un vi­rus de type A (H1N1) pré­le­vé en 2015 au Mi­chi­gan (États-Unis), d'un de type A (H3N2) pré­le­vé en 2016 à Sin­ga­pour, d'un de type B pré­le­vé en 2017 au Co­lo­ra­do (ÉtatsU­nis) et d'un de type B pré­le­vé en 2013 à Phu­ket (Thaï­lande). Après d'ul­times étapes, les vac­cins se­ront pro­duits cet été par les la­bo­ra­toires

phar­ma­ceu­tiques. La mé­thode, tra­di­tion­nelle, consiste à culti­ver les vi­rus dans des oeufs de poule, d'où les dé­lais im­por­tants. Le pro­ces­sus com­prend de sa­vants mé­langes, "comme un as­sem­blage

de vins", sou­rit Vincent Enouf, res­pon­sable ad­joint du Centre na­tio­nal fran­çais ba­sé à l'Ins­ti­tut Pas­teur. La com­mu­nau­té mé­di­cale rêve de­puis long­temps d'une arme ab­so­lue : un vac­cin uni­ver­sel qui pour­rait être ef­fi­cace quelles que soient les souches de vi­rus. Il ne s'agit en­core que de scien­ce­fic­tion. Plu­sieurs vac­cins de ce type sont ac­tuel­le­ment à l'étude, mais "on ne sait pas du tout si l'un ou l'autre abou­ti­ra", sou­ligne le vi­ro­lo­giste Jo­na­than Ball, de l'uni­ver­si­té de Not­tin­gham. L'OMS re­com­mande tou­jours la vac­ci­na­tion an­nuelle contre la grippe aux femmes en­ceintes, aux en­fants de six mois à cinq ans, aux plus de 65 ans, aux ma­lades chro­niques et aux pro­fes­sion­nels de san­té. Dé­but fé­vrier, elle s'est alar­mée de la "baisse constante" de la vac­ci­na­tion an­ti­grip­pale en Eu­rope. "Même quand le vac­cin a une ef­fi­ca­ci­té moindre, il sauve des vies", in­siste M. Enouf.

Duong Ngoc/VNA/CVN

L’OMS re­com­mande tou­jours la vac­ci­na­tion an­nuelle contre la grippe no­tam­ment aux femmes en­ceintes, en­fants et per­sonnes de plus de 65 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.