Le tus­si­lage

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE - DR DOÀN VAN TÂN/CVN

Le tus­si­lage a pour nom scien­ti­fique Tus­si­la­go far­fa­ra et pour nom viet­na­mien cúc buoc lua. Ori­gi­naire d’Eu­rope et d’Asie sep­ten­trio­nale, ac­cli­ma­té en Amé­rique du Nord, le tus­si­lage pousse le long des routes, en li­sière de fo­rêt et sur les friches. C’est une plante vi­vace à rhi­zome ram­pant et sto­lons ; à feuilles ba­sales pé­tio­lées, ap­pa­rais­sant après la flo­rai­son, dis­po­sées en ro­sette, en forme de coeur, à bord den­te­lé ; à fleurs jaune d’or, en ca­pi­tules por­tés par une tige dres­sée, cou­verte d’écailles.

Par­ties uti­li­sées : feuilles et fleurs. On ré­colte les fleurs à la fin de l’hi­ver et les feuilles en été.

Cons­ti­tuants connus : fla­vo­noïdes, en­vi­ron 8% de mu­ci­lage (com­po­sé de po­ly­sac­cha­rides), 10% de ta­nins, al­ca­loïdes pyr­ro­li­zi­di­niques, vi­ta­mine C et zinc.

Ef­fets et usages mé­di­ci­naux :

- Plante cal­mante et ex­pec­to­rante ef­fi­cace, le tus­si­lage est un re­mède des plus po­pu­laires contre les af­fec­tions res­pi­ra­toires. On uti­lise les deux par­ties de la plante en dé­coc­tion. To­niques pour le foie, les al­ca­loïdes pyr­ro­li­zi­di­niques sont dé­truits lors­qu’on fait bouillir la plante pour réa­li­ser une dé­coc­tion. - Les Eu­ro­péens pré­fèrent les feuilles aux fruits (qui contiennent des doses plus éle­vées d’al­ca­loïdes pyr­ro­li­zi­di­niques) mais les Chi­nois font le choix in­verse. - Quant aux fla­vo­noïdes, ils sont an­ti-in­flam­ma­toires et an­ti­spas­mo­diques. Sous forme de si­rop ou de ci­ga­rette mé­di­ci­nale, le tus­si­lage sou­lage l’asthme et traite les toux spas­mo­diques. As­so­cié au ré­glisse, au thym et à la ce­rise, il est par­fai­te­ment ef­fi­cace. - Usage ex­terne dans de nom­breux cas de der­ma­toses et sur les plaies gué­ris­sant mal.

Pré­pa­ra­tions et usages :

- In­fu­sion de fleurs et de feuilles : une cuillère à soupe pour un de­mi-litre d’eau et lais­ser ti­rer, trois ou quatre tasses par jour et éga­le­ment par voie ex­terne. - La plante peut être broyée pour le trai­te­ment des plaies.

At­ten­tion : Ne pas consom­mer les feuilles pen­dant plus de trois à quatre se­maines consé­cu­tives. Dé­con­seillé pen­dant la gros­sesse et l’al­lai­te­ment. Cette plante ne convient pas aux en­fants de moins de six mois et est dé­con­seillée en cas de ma­la­die du foie.

Ar­chives/CVN

Le tus­si­lage.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.