Le Viet­nam peut ti­rer par­ti du CPTPP pour fa­vo­ri­ser sa crois­sance

Tous les sec­teurs éco­no­miques du Viet­nam se­ront tou­chés par l’Ac­cord de par­te­na­riat trans­pa­ci­fique glo­bal et pro­gres­siste (CPTPP pour son acro­nyme en an­glais), qui vient d’être si­gné au Chi­li, avec des im­pacts à la fois po­si­tifs et né­ga­tifs.

Le Courrier du Vietnam - - LA UNE - THÊ LINH/CVN

Si­gné le 8 mars à San­tia­go, ca­pi­tale du Chi­li, le CPTPP re­groupe 11 pays : Aus­tra­lie, Bru­nei, Ca­na­da, Chi­li, Ja­pon, Ma­lai­sie, Mexique, Nou­velle-Zé­lande, Pé­rou, Sin­ga­pour et Viet­nam. Ces si­gna­taires re­pré­sentent en­vi­ron 13% du PIB mon­dial avec une po­pu­la­tion to­tale de près de 500 mil­lions de per­sonnes. L’ac­cord en­tre­ra en vi­gueur 60 jours après la ra­ti­fi­ca­tion d’au moins six éco­no­mies membres. Sans doute dès 2019.

De grandes op­por­tu­ni­tés à ve­nir

Dès le re­trait des États-Unis de l’Ac­cord de par­te­na­riat trans­pa­ci­fique (TPP), les 11 autres pays si­gna­taires se sont em­pres­sés de par­ve­nir à un nou­vel, le CPTPP. Ce­lui-ci conserve le texte ori­gi­nal de 8.000 pages mais gèle la mise en oeuvre de 22 clauses, dont celle sur la pro­prié­té in­tel­lec­tuelle afin d’as­su­rer l’équi­libre et la qua­li­té du do­cu­ment dans le nou­veau contexte. Concer­nant le Viet­nam, le pays ne se­ra pas te­nu de réa­li­ser cer­tains en­ga­ge­ments liés à la pro­prié­té in­tel­lec­tuelle, aux achats du gou­ver­ne­ment, aux ser­vices fi­nan­ciers et aux té­lé­com­mu­ni­ca­tions. Dans son rap­port ré­cem­ment pu­blié, la Banque mon­diale (BM) a es­ti­mé que ce CPTPP se­rait très bé­né­fique au Viet­nam sur le plan éco­no­mique. Se­lon ce rap­port, les ac­cords com­mer­ciaux mul­ti­la­té­raux comme le CPTPP per­met­tront de sti­mu­ler da­van­tage sa crois­sance, ba­sée sur les in­ves­tis­se­ments et les ex­por­ta­tions. “Avec l’hypothèse mo­deste d’une lé­gère crois­sance de la pro­duc­ti­vi­té, le CPTPP de­vrait contri­buer

à aug­men­ter le PIB du Viet­nam de 1,1% d’ici 2030”, a pré­vu Ous­mane Dione, di­rec­teur na­tio­nal de la BM au Viet­nam. L’ac­cord de­vrait bé­né­fi­cier à tous les groupes de re­ve­nus, sur­tout aux tra­vailleurs hau­te­ment qualifiés et aux sa­la­riés à re­ve­nu éle­vé. En outre, l’aug­men­ta­tion pré­vue des in­ves­tis­se­ments étran­gers en­traî­ne­rait un dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur des ser­vices et sti­mu­le­rait la pro­duc­ti­vi­té. Les en­tre­prises pri­vées na­tio­nales au­raient plus de pos­si­bi­li­tés de par­ti­ci­per à la chaîne de va­leur mon­diale, per­met­tant ain­si le dé­ve­lop­pe­ment des pe­tites et moyennes en­tre­prises. Avec les avan­cées dans la li­bé­ra­li­sa­tion du com­merce et l’ac­cès ac­cru au mar­ché, le nou­vel ac­cord “ap­por­te­ra des avan­tages di­rects au Viet­nam. Le plus im­por­tant, il per­met­tra de ren­for­cer et d’ac­cé­lé­rer le pro­ces­sus de ré­forme in­terne dans de nom­breux do­maines dif­fé­rents”, a dé­cla­ré Se­bas­tian Eckardt, un éco­no­miste de la BM. “Le res­pect des en­ga­ge­ments pris dans le cadre du CPTPP contri­bue­ra à pro­mou­voir la trans­pa­rence et à sou­te­nir l’édi­fi­ca­tion d’ins­ti­tu­tions mo­dernes au Viet­nam”, a-t-il ajou­té. D’après Luong Hoàng Thai, di­rec­teur du Dé­par­te­ment des po­li­tiques mul­ti­la­té­rales du mi­nis­tère de l’In­dus­trie et du Com­merce, même sans les États-Unis, le CPTPP ap­por­te­ra de nom­breux avan­tages à ses par­ti­ci­pants. Il contri­bue­ra à ren­for­cer les ex­por­ta­tions vers les mar­chés im­por­tants comme l’Aus­tra­lie, le Ca­na­da, le Ja­pon, le Mexique, mais aus­si à at­ti­rer l’in­ves­tis­se­ment étran­ger dans les sec­teurs où le Viet­nam en a be­soin. Plus im­por­tant, il obli­ge­ra le Viet­nam à “ré­for­mer ses ins­ti­tu­tions et à créer un en­vi­ron­ne­ment de l’in­ves­tis­se­ment plus trans­pa­rent”. L’ac­cord crée­ra éga­le­ment une forte pres­sion concur­ren­tielle tant pour les en­tre­prises que pour l’éco­no­mie, condi­tion d’une crois­sance plus du­rable. Ce­la de­man­de­ra aux en­tre­prises viet­na­miennes de s’adap­ter à ce nou­veau contexte. De plus, les en­tre­prises de­vront trou­ver des so­lu­tions pour at­ti­rer les in­ves­tis­se­ments di­rects étran­gers au Viet­nam et les uti­li­ser ef­fi­ca­ce­ment en cher­chant à bé­né­fi­cier des avan­tages des éven­tuels trans­ferts de tech­no­lo­gies. Suite à l’ap­pli­ca­tion du CPTPP, plus de 98% des droits de douane se­ront sup­pri­més entre ses 11 si­gna­taires. Les en­tre­prises es­pèrent que cet ac­cord au­ra des im­pacts po­si­tifs, per­met­tant au Viet­nam d’élar­gir ses dé­bou­chés vers les 10 autres si­gna­taires du CPTPP et d’im­por­ter plus de ma­tières pre­mières de ces pays. Des re­pré­sen­tants de cer­taines en­tre­prises ont es­ti­mé que pour pro­fi­ter au mieux de ces op­por­tu­ni­tés, il fau­drait éle­ver la qua­li­té des pro­duits pour pou­voir ré­pondre aux exi­gences de ces mar­chés.

Le tex­tile et l’acier, de grands bé­né­fi­ciaires

Truong Van Câm, vice-pré­sident de l’As­so­cia­tion du tex­tile du Viet­nam (Vi­tas), a es­pé­ré que cet ac­cord fa­vo­ri­se­rait la crois­sance des ex­por­ta­tions tex­tiles du pays. En 2017, ce sec­teur a at­teint un chiffre d’af­faires à l’ex­port de plus de 31 mil­liards de dol­lars, en hausse de 10,23% en va­ria­tion an­nuelle. Avec 48% du to­tal, soit 12,58 mil­liards de dol­lars, les États-Unis sont res­tés le plus grand dé­bou­ché du Viet­nam, sui­vis par l’UE, le Ja­pon et la Ré­pu­blique de Co­rée. Cette an­née, le sec­teur vise un chiffre d’af­faires à l’ex­port de

Le CPTPP per­met­tra d’ac­cé­lé­rer le pro­ces­sus de ré­forme dans dif­fé­rents sec­teurs du Viet­nam.

34 mil­liards de dol­lars, +10% par rap­port à 2017. Se­lon cet ex­pert, le CPTPP est une op­por­tu­ni­té pour le Viet­nam d’élar­gir ses mar­chés. Pour­tant, pour mieux pro­fi­ter des ac­cords si­gnés avec les pays membres du CPTPP dans le do­maine du tex­ti­le­ha­bille­ment, les en­tre­prises de­vront pro­cé­der à des ré­formes pour re­haus­ser la va­leur ajou­tée de leurs pro­duits. Pour le sec­teur na­tio­nal de l’acier, le CPTPP au­ra plus d’im­pacts po­si­tifs que né­ga­tifs, a par­ta­gé Nguyên Van Sua, vice-pré­sident de l’As­so­cia­tion de l’acier du Viet­nam. La levée des bar­rières doua­nières per­met­tra au sec­teur d’élar­gir ses mar­chés à l’ex­port. De plus, le Viet­nam pour­ra im­por­ter plus de ma­tières pre­mières, ain­si que de tech­no­lo­gies et équi­pe­ments pour mo­der­ni­ser sa pro­duc­tion et re­haus­ser la com­pé­ti­ti­vi­té de ses en­tre­prises. Afin de pro­fi­ter des op­por­tu­ni­tés du CPTPP sur le plan doua­nier, se­lon Nguyên Van Sua, les en­tre­prises na­tio­nales doivent bien étu­dier les conte­nus et règles de cet ac­cord pour évi­ter les risques, amé­lio­rer la qua­li­té de leurs pro­duits et s’in­té­res­ser à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. L’As­so­cia­tion de l’acier du Viet­nam as­siste d’ores et dé­jà les en­tre­prises sur le plan ju­ri­dique. Quant au sec­teur de la mé­ca­nique, les dif­fi­cul­tés et im­pacts né­ga­tifs se­ront plus lourds en rai­son de la rude concur­rence des pays membres du CTTPP, a es­ti­mé Dào Phan Long, se­cré­taire gé­né­ral de l’As­so­cia­tion des en­tre­prises mé­ca­niques du Viet­nam (VAMI). Ce sec­teur pour­ra se dé­ve­lop­per se­lon deux orien­ta­tions : la pour­suite de la pro­duc­tion pour les pays dé­ve­lop­pés ; ou la co­opé­ra­tion avec les pays pour pro­fi­ter de leurs tech­no­lo­gies, de leurs tech­niques de ges­tion, de leurs mar­chés pour par­ti­ci­per à leur chaîne de va­leur. L’in­dus­trie mé­ca­nique viet­na­mienne souffre de cer­taines la­cunes en termes de tech­no­lo­gies et de qua­li­fi­ca­tion des tra­vailleurs. Aus­si, si des co­or­di­na­tions et études de mar­ché ne sont pas réa­li­sées, les pe­tites en­tre­prises du sec­teur pour­ront avoir des dif­fi­cul­tés à sur­vivre. En par­ti­ci­pant au CPTPP, le Viet­nam bé­né­fi­cie­ra d’un mar­ché plus grand avec des taxes ré­duites. L’État de­vra fixer des orien­ta­tions de dé­ve­lop­pe­ment stra­té­giques concrètes pour fa­vo­ri­ser les in­ves­tis­se­ments des en­tre­prises de l’in­dus­trie mé­ca­nique, a ana­ly­sé Dào Phan Long. Le CPTPP va aus­si fa­vo­ri­ser l’écou­le­ment des pro­duits agri­coles viet­na­miens en Aus­tra­lie, si­gna­taire de l’ac­cord, grâce à l’as­sis­tance tech­nique et à l’ac­cé­lé­ra­tion des for­ma­li­tés d’ou­ver­ture du mar­ché, qui pas­se­ront de 9-10 ans à 2-3 ans. Les dé­bou­chés des fruits viet­na­miens sont prin­ci­pa­le­ment le Ja­pon, l’Aus­tra­lie, la Nou­vel­leZé­lande, la Ré­pu­blique de Co­rée. Avec le CPTPP, les fruits du pays fe­ront face à une concur­rence de plus en plus achar­née. Les agri­cul­teurs de­vront ac­cé­lé­rer la mo­der­ni­sa­tion de leur pro­duc­tion pour ré­pondre aux normes des pays im­por­ta­teurs, a re­mar­qué Nguyên Khac Huy, di­rec­teur de la com­pa­gnie Hoàng Phát Foods. Il a sou­hai­té que l’État pro­pose plus de po­li­tiques d’as­sis­tance aux PME et les aide à ré­soudre leurs dif­fi­cul­tés en ma­tière de lo­gis­tique.

Trân Hoàng Ngoc/VNA/CVN

Une fois en­tré en vi­gueur, le CPTPP se­ra un des plus im­por­tants ac­cords com­mer­ciaux mon­diaux en créant une zone de libre-échange re­pré­sen­tant 13% du PIB mon­dial.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.