La sprin­teuse Lê Tu Chinh, jeune fier­té du sport viet­na­mien

Lê Tu Chinh est ac­tuel­le­ment la reine du sprint na­tio­nal, plus pré­ci­sé­ment des 100 m et 200 m dames. Elle a été élue par­mi les dix jeunes fi­gures exem­plaires du Viet­nam en 2017.

Le Courrier du Vietnam - - LA UNE - PHUONG NGA/CVN

Les 29es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 29), dis­pu­tés en août 2017 en Ma­lai­sie, ont mis en lu­mière le ta­lent de la jeune ath­lète viet­na­mienne Lê Tu Chinh. Dès sa pre­mière par­ti­ci­pa­tion à la plus grande com­pé­ti­tion spor­tive ré­gio­nale, elle y est de­ve­nue une étoile du sprint, après avoir réa­li­sé un fa­bu­leux tri­plé en or. En ef­fet, elle l’a dé­cro­ché sur le 100 m (11 sec 56) et le 200 m (23 sec 32), les deux plus pres­ti­gieuses épreuves de l’ath­lé­tisme. Avec ses co­équi­pières, elle a bat­tu le re­cord du re­lais 4 x 100 m dames (43 sec 88) dé­te­nu de­puis 2007 par la Thaï­lande (44 sec 00). “C’est ex­cellent !”, a dé­cla­ré Trân Duc Phân, chef ad­joint du Dé­par­te­ment gé­né­ral de l’édu­ca­tion phy­sique et des sports et chef de la dé­lé­ga­tion spor­tive viet­na­mienne aux SEA Games 29, en par­lant de la per­for­mance

de Tu Chinh en Ma­lai­sie. Se­lon lui, dix ans après les ex­ploits de la reine du sprint ré­gio­nal Vu Thi Huong, l’ath­lé­tisme viet­na­mien a en­fin re­trou­vé son suc­ces­seur en courte dis­tance.

L’éclair sur la piste

Quelques jour­naux et sites In­ter­net d’Asie du Sud-Est l’ont même com­pa­rée à “l’éclair” ou à “la tem­pête” sur la piste. “En 2017, j’ai eu plus de suc­cès qu’en 2016, où je n’ai rem­por­té l’or qu’aux tour­nois na­tio­naux ou ceux ju­niors d’Asie. Je n’avais pas pen­sé que je pour­rais ga­gner trois mé­dailles d’or dès ma pre­mière par­ti­ci­pa­tion aux

SEA Games”, a confié Lê Tu Chinh. Ses ef­forts et ses per­for­mances ont été ré­com­pen­sés par le prix “Jeune fi­gure exem­plaire du Viet­nam 2017”, qui lui a été re­mis en mars 2018 à Ha­noï. Ce prix ho­nore dix in­di­vi­dus ayant ob­te­nu d’ex­cel­lents ré­sul­tats dans dif­fé­rents do­maines, dont de jeunes Viet­na­miens étu­diant ou tra­vaillant à l’étran­ger. Née en 1997, Tu Chinh est la ben­ja­mine dans une fa­mille de trois filles. Sa mère est morte alors qu’elle n’avait que six ans. Son père s’est dé­brouillé tout seul afin de ga­gner de l’ar­gent pour nour­rir les en­fants. L’an­née 2007 marque un tour­nant dans la vie de la pe­tite fille, lors­qu’elle a été in­vi­tée par l’en­traî­neuse Nguyên Thi Thanh Huong à pra­ti­quer l’ath­lé­tisme. À cette époque, Tu Chinh était en­core une fille frêle en der­nière an­née de l’école pri­maire Tuy Ly Vuong (8e ar­ron­dis­se­ment), à Hô Chi Minh-Ville. De­puis, elles ne se sé­parent plus. L’en­traî­neuse Thanh Huong est de­ve­nue la deuxième mère de Tu Chinh. Comme elle a éga­le­ment per­du sa mère à l’âge de 13 ans, Thanh Huong et Tu Chinh ont une re­la­tion très spé­ciale. Tu Chinh ex­prime sou­vent ses sen­ti­ments et sa gra­ti­tude en­vers qu’elle res­pecte le plus. Et ce sont les cir­cons­tances dif­fi­ciles de son en­fance, ain­si que l’en­traî­neuse at­ten­tion­née mais non moins stricte Thanh Huong qui ont ame­né la puis­sante Tu Chinh sur le che­min de la vic­toire. “la mère et l’en­sei­gnante”

Un stage de longue du­rée aux États-Unis

Après le Têt tra­di­tion­nel, Lê Tu Chinh et son en­traî­neuse Thanh Huong se sont ren­dues aux États-Unis le 23 fé­vrier pour suivre un stage de longue du­rée à l’Aca­dé­mie IMG de Flo­ride. Lors d’une ren­contre avec elles le 22 fé­vrier, le di­rec­teur du Ser­vice de la culture et des sports

de Hô Chi Minh-Ville, Huynh Thanh Nhàn, a es­pé­ré que

Lê Tu Chinh em­ma­ga­si­ne­rait beau­coup d’ex­pé­riences à l’in­ter­na­tio­nal et ob­tien­drait d’ex­cel­lents ré­sul­tats lors des Jeux asia­tiques (ASIAD) 2018, pré­vus du 18 août au 2 sep­tembre en In­do­né­sie. De son cô­té, la jeune fille a pro­mis de faire tous ses ef­forts pour ob­te­nir de meilleurs ré­sul­tats, se clas­sant par­mi les trois pre­miers ath­lètes lors de cet évé­ne­ment. Et d’ajou­ter qu’avant son dé­part pour les États-Unis, elle avait amé­lio­ré son ni­veau d’an­glais en vue d’une meilleure adap­ta­tion à son nou­vel en­vi­ron­ne­ment pro­fes­sion­nel. Son stage de longue du­rée à l’aca­dé­mie amé­ri­caine du­re­ra quatre ans, à par­tir de fé­vrier 2018. Pen­dant ce temps, la reine de la vi­tesse viet­na­mienne re­tour­ne­ra au pays en août pro­chain pour par­ti­ci­per aux ASIAD en In­do­né­sie, puis en no­vembre pour le Fes­ti­val na­tio­nal de l’édu­ca­tion phy­sique et du sport 2018. À l’Aca­dé­mie IMG, elle tra­vaille­ra avec un en­traî­neur prin­ci­pal et d’autres ex­perts de la san­té, de la pré­pa­ra­tion phy­sique et de la nu­tri­tion. Elle au­ra la chance de par­ti­ci­per à des com­pé­ti­tions d’ath­lé­tisme aux États-Unis et dans d’autres pays.

Quôc Khanh/VNA/CVN

Aux SEA Games 29 or­ga­ni­sés en 2017 en Ma­lai­sie, Lê Tu Chinh a fait forte im­pres­sion en rem­por­tant trois mé­dailles d’or lors de sa pre­mière par­ti­ci­pa­tion.

Quôc Khanh/ VNA/CVN

Les ins­tances spor­tives na­tio­nales es­pèrent un bon re­tour sur in­ves­tis­se­ment aux États-Unis pour Lê Tu Chinh (centre).

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.