DÉ­COU­VERTE

De 1911 à 1913, le Pré­sident Hô Chi Minh était bou­lan­ger dans un hô­tel à Bos­ton aux États-Unis. Les traces de son pas­sage sont pré­ser­vées soi­gneu­se­ment.

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE - MINH NGA - VÂN ANH/CVN

Les traces du pas­sage du Pré­sident Hô Chi Minh à Bos­ton

De­puis sa mise en chan­tier en 1855, l’hô­tel Om­ni Par­ker House, ville de Bos­ton (ÉtatsU­nis), a fait l’ob­jet de plu­sieurs ré­no­va­tions. Pour­tant, rien n’a chan­gé dans la pe­tite cui­sine au sous-sol de cet hô­tel, où le Pré­sident Hô Chi Minh a tra­vaillé lors de son sé­jour dans cette ville. “À l’hô­tel Om­ni Par­ker, le Pré­sident Hô Chi Minh a tra­vaillé en tant que ser­veur”. Voi­ci l’écri­ture ins­crite sur le pan­neau éri­gé à l’en­trée de l’éta­blis­se­ment. Cet hô­tel se si­tue dans la rue School, au sein d’une zone com­mer­ciale très ani­mée de Bos­ton. Ce bâ­ti­ment de sept étages pos­sède une ar­chi­tec­ture si­mi­laire à celle des châ­teaux an­ciens d’An­gle­terre. Le pla­fond de la pe­tite cui­sine au sous-sol de l’hô­tel est mas­qué par de nom­breux tuyaux. Des éta­gères de gâ­teaux rem­plissent la pièce. Au mi­lieu se trouve une longue table en pierre sur la­quelle sont dis­po­sés un grand moule et des bols de fa­rine. Un angle de la table est cas­sé. “Au­tre­fois, le Pré­sident Hô Chi Minh a uti­li­sé cette table. Pour ex­pri­mer le res­pect en­vers le di­ri­geant viet­na­mien, les ges­tion­naires de l’hô­tel ont dé­ci­dé de la conser­ver”, a sou­li­gné Da­vid W. Rit­chie, di­rec­teur char­gé des af­faires com­mer­ciales de l’hô­tel. “La table est de­ve­nue, ces der­nières an­nées, un ob­jet de cu­rio­si­té pour les vi­si­teurs viet­na­miens et étran­gers”, a af­fir­mé Trân Xuân Tuoi, une Viet­na­mienne d’ori­gine de la pro­vince de Trà Vinh (Sud), bou­lan­gère de l’hô­tel Om­ni Par­ker House. Elle est très fière de pou­voir

confec­tion­ner, de­puis 20 ans, le même gâ­teau que ce­lui qu’Oncle Hô pré­pa­rait sur cette même table. Elle a ajou­té que l’his­toire de l’Oncle Hô avait ins­pi­ré plu­sieurs mé­dias amé­ri­cains et étran­gers. Beau­coup de mu­sées ont ex­pri­mé le sou­hait d’ache­ter la table, mais se sont heur­tés au re­fus ca­té­go­rique de la di­rec­tion de l’hô­tel. “Cette table est l’ou­til de tra­vail d’un homme qui fait par­tie de la culture mon­diale : le Pré­sident Hô Chi Minh”.

Source d’ins­pi­ra­tion pour les mé­dias étran­gers

Le nom et les images du Pré­sident Hô Chi Minh, le jeune pa­triote, alias Van Ba, sont exal­tés dans les ar­ticles en­ca­drés et sus­pen­dus sur le mur de la salle d’ex­po­si­tions de l’hô­tel Om­ni Par­ker House. “Du­rant les pre­mières an­nées du XXe siècle, le Pré­sident Hô Chi Minh a tra­vaillé dans la bou­lan­ge­rie de l’Om­ni Par­ker House. Pen­dant cette pé­riode, il a éga­le­ment étu­dié à l’Ins­ti­tut de tech­no­lo­gie du Mas­sa­chus­setts (MIT). Ces jours-là, le bou­lan­ger, qui avait une vo­lon­té ferme de pro­gres­ser, mar­chait chaque jour des milles dans le froid de ca­nard de Bos­ton, pour ve­nir au MIT si­tué au bord de la ri­vière Charles”, a écrit Ma­ry Billing­sley. Dans un autre ar­ticle, Su­san Wil­son a ex­pli­qué : “Il est in­té­res­sant de re­mar­quer que le cé­lèbre ré­vo­lu­tion­naire Hô Chi Minh du Viet­nam était bou­lan­ger à l’hô­tel Om­ni Par­ker House entre 1911 à 1913. Son pas­sage tout par­ti­cu­lier a ap­por­té un cer­tain pres­tige à cet hô­tel”. L’hô­tel Om­ni Par­ker House a eu l’hon­neur d’ac­cueillir plu­sieurs écri­vains et poètes amé­ri­cains re­nom­més, dont Ralple Wal­do Emer­non. Ce bâ­ti­ment a aus­si été sé­lec­tion­né par des po­li­ti­ciens pour or­ga­ni­ser des ren­contres in­ter­na­tio­nales. John F. Ken­ne­dy a éga­le­ment choi­si cet hô­tel pour ins­tal­ler son quar­tier gé­né­ral de cam­pagne lors des an­nées 1960. Le com­mer­çant amé­ri­cain Mal­colm Lit­tle, un pion­ner dans les cam­pagnes de lutte contre le ra­cisme, y a éga­le­ment sé­jour­né. À no­ter qu’entre les an­nées 1940 à 1950, Mal­colm Lit­tle était éga­le­ment ser­veur à Om­ni Par­ker House. Bos­ton est une des plus an­ciennes villes des États-Unis. Elle est le ber­ceau des cam­pagnes ré­vo­lu­tion­naires amé­ri­caines. Lors du sé­jour du Pré­sident Hô Chi Minh dans cette ville, il a été le té­moin presque tous les jours des ma­ni­fes­ta­tions d’ou­vriers qui ré­cla­maient alors de meilleures condi­tions de tra­vail. À cette pé­riode-là, il a étu­dié l’his­toire, les us et cou­tumes et les tra­di­tions des mi­no­ri­tés amé­ri­caines. Il a tou­jours sou­li­gné son res­pect pour la lutte pour l’in­dé­pen­dance du peuple amé­ri­cain. Dans la Dé­cla­ra­tion d’in­dé­pen­dance du Viet­nam du 2 sep­tembre 1945 sur la Place de Ba Dinh, à Ha­noï, le Pré­sident Hô Chi Minh a re­pris quelques pas­sages de celle des États-Unis comme le droit, pour l’Homme, de vivre libre et de re­cher­cher le bon­heur.

Minh Nga/CVN

Hoàng Xuân Tuoi (gauche) et la jour­na­liste de l’Agence Viet­na­mienne d’In­for­ma­tion à cô­té de la table en pierre sur la­quelle le Pré­sident Hô Chi Minh a fa­bri­qué des gâ­teaux.

Minh Nga/CVN

Des di­ri­geants viet­na­miens vi­sitent la pe­tite cui­sine au sous­sol de l’hô­tel Om­ni Par­ker House, où le Pré­sident Hô Chi Minh a tra­vaillé.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.