Plon­gée dans les tun­nels de Cu Chi

Les tun­nels de Cu Chi sym­bo­lisent la dé­ter­mi­na­tion et l’in­gé­nio­si­té des com­bat­tants viet­na­miens pen­dant la se­conde guerre d’In­do­chine de 1954 à 1975.

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHO­TOS: MO­HAM­MED BENMASSAOUD/CVN

Si­tué à Cu Chi, un des cinq dis­tricts sub­ur­bains de Hô Chi Minh-Ville (Sud), le ré­seau de tun­nels sou­ter­rains de Cu Chi a été ini­tia­le­ment creu­sé par les com­bat­tants Viêt Minh (Front pour l’in­dé­pen­dance du Viet­nam) pen­dant la pre­mière guerre d’In­do­chine contre l’oc­cu­pant fran­çais (1946-1954) et ne fai­sait qu’une ving­taine de ki­lo­mètres, avant de prendre une am­pleur plus im­por­tante et d’être dé­ve­lop­pé consi­dé­ra­ble­ment lors de la gueurre du Viet­nam. En­tiè­re­ment creu­sé à la main, ce ré­seau sou­ter­rain de 250 km com­prend des ga­le­ries des­ser­vant des salles et des ca­vi­tés dont l’ac­cès se fait par des trappes soi­gneu­se­ment ca­mou­flées dans l’épaisse vé­gé­ta­tion de la jungle viet­na­mienne. Les tun­nels de Cu Chi ont été uti­li­sés par les com­bat­tants du Front pour l’in­dé­pen­dance du Viet­nam en tant qu’abris du­rant les bom­bar­de­ments, voies de com­mu­ni­ca­tion et d’ap­pro­vi­sion­ne­ment, hô­pi­taux de cam­pagne, ré­serves de nour­ri­ture et d’armes, centres de com­man­de­ment.

Jouer un rôle clé lors des com­bats

Le ré­seau de tun­nels de Cu Chi a été au coeur de la stra­té­gie de gué­rilla prô­née par Hô Chi Minh et de la guerre d’usure me­née pa­tiem­ment contre les troupes amé­ri­caines qui, mal­gré les 500.000 tonnes de bombes et

de pro­duits chi­miques, larguées sur la zone dont le tris­te­ment cé­lèbre agent orange et Na­palm, n’ont pas pu ve­nir à bout des com­bat­tants viet­na­miens et des tun­nels. Ils abri­taient au plus fort de la guerre 16.000 per­sonnes. Dans les zones bom­bar­dées mas­si­ve­ment, les tun­nels de Cu Chi se sont dé­ve­lop­pés pour abri­ter des vil­lages en­tiers. Il y avait même des théâtres pour di­ver­tir les com­bat­tants. En plus de leur fonc­tion d’abri sou­ter­rain, les tun­nels de Cu Chi ont joué un rôle clé lors des com­bats avec la mise en place de pièges ru­di­men­taires mais re­dou­tés par les troupes amé­ri­caines qui ont, à leur tour, for­mé des “rats de tun­nel“pour ra­tis­ser les conduits sombres et étroits afin de dé­tec­ter les pièges et re­pé­rer les troupes viet­na­miennes. Qua­rante trois ans se sont écou­lés de­puis la li­bé­ra­tion du Sud le 30 avril 1975, la zone au­jourd’hui pai­sible de Cu Chi garde les stig­mates de la guerre du Viet­nam.

Un cra­tère lais­sé par l’ex­plo­sion d’une bombe lar­guée par B-52 amé­ri­cain.

Les restes d’un tank amé­ri­cain dé­truit par une mine.

Scène re­cons­ti­tuant le re­pos de sol­dats de l’ar­mée de li­bé­ra­tion du Viet­nam.

Un piège mis en place par les sol­dats du Viêt Minh.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.